actualité
actualité

La Suède, le pays des 32 heures

Publié le 14 fév 2017
Temps de lecture : 2 min.
En Suède, de nombreuses entreprises, hôpitaux, maisons de retraite, se sont convertis aux 32 heures.

Il est un pays en Europe qui ne se pose plus la question de la réduction du temps de travail : c’est la Suède. Et c’est une grande entreprise qui a enclenché le passage aux 32 heures : Toyota, en 2002. Il y a deux ans, la ville de Goteborg, deuxième du pays par sa population, a lancé des expérimentations dans certains établissements gothembourgeois, comme dans le service de chirurgie orthopédique du principal hôpital de la ville. Cette réduction du temps de travail a permis de fidéliser le personnel soignant, soumis à une forte pénibilité : manutention pour chaque opération du genou d’une dizaine de boites de matériel représentant quelques 150 kilogrammes. L’expérimentation des 32 heures a également été menée dans une maison de retraite de Göteborg gérée par la municipalité. Près de 40 salariés ont bénéficié pendant deux ans de ce nouveau rythme de travail.
Si la municipalité a constaté une baisse des arrêts maladie - le nombre de jours d’absence est deux fois inférieur à celui observé dans les autres services municipaux - le passage aux 32 heures a un coût : 2,1 millions d’euros. Pour cette raison, la municipalité a mis fin à l’expérimentation, au grand dam des personnels. Paradoxe : l’entreprise Toyota a trouvé son compte dans la semaine des 32 heures. Les salariés font moins de pauses et ont augmenté leur productivité. De nombreuses entreprises suédoises, depuis, ont suivi l’exemple de Toyota.

A voir aussi

Communiqués de presse

LIVREURS À VÉLO : DES LUTTES LOCALES À LA LUTTE INTERNATIONALE

Les coursiers à vélo ont décidé de ne plus subir la dégradation des conditions de travail générée par une soi-disant économie « moderne » et d'agir pour obtenir des droits.

Actualité

Euro-manifestation syndicale à Bruxelles

« Protégeons les salaires, pas les frontières ! » « Pour une Europe sociale ! » Vendredi 26 avril, quelque 8000 travailleurs de toute l'Europe ont manifesté ensemble à Bruxelles à l'appel de la…

Actualité

Le 26 avril à Bruxelles, tous mobilisés pour une Europe sociale

Partout en Europe nous exigeons une hausse des salaires, des pensions et des minima sociaux, parce que ce sont les travailleurs qui créent la richesse.

Nos repères CGT

La CGT propose la construction d’une véritable démocratie culturelle.

L’accueil, les soins, l’entretien et l’éducation des enfants représentent une fonction sociale qui engage l’avenir de la société et justifie une politique familiale de haut niveau et la participation des entreprises à son financement. Cette politique familiale doit permettre de soutenir et encourager le travail des femmes quelles que soient leurs responsabilités familiales.