actualité
actualité

Secteur privé : la perte de salaire en cas de grève

Publié le 1 fév. 2019
Temps de lecture : 3 min.
Comment est calculée ma perte de salaire ? Puis-je être pénalisé sur mes primes et indemnités ? Ai-je droit au maintien de mon salaire quand je fais grève ? Quels sont mes recours si l’employeur me pénalise financièrement parce que j’ai fait grève ?

Comment est calculée ma perte de salaire ?

La retenue sur salaire doit être strictement proportionnelle à la durée d’interruption du travail, à défaut de quoi elle sera considérée comme une sanction pécuniaire illicite.
Par exemple : si vous faites grève 3 heures, l’employeur ne peut pas vous retirer plus de 3 heures.
La retenue opérée doit être égale, pour chaque heure d’absence, au quotient du salaire mensuel par le nombre d’heures de travail réel, dans l’entreprise, pour le mois considéré :

  • si votre salaire est de 1500 €uros net mensuel ;
  • si le nombre d’heures réellement effectué est de 154 heures, au cours du mois concerné ;
  • si votre durée d’absence (pour grève) est de 3 heures, au cours de ce mois.

Exemple : (1500 €uros/154) x 3 = 29,22 euros


Par conséquent, pour une même durée d’absence, le montant de la retenue peut être différent d’un mois sur l’autre (l’employeur ne doit pas effectuer de retenue forfaitaire en se basant sur la durée du travail mensualisée, exemple 151,67 heures pour un temps complet à 35 heures hebdomadaires).
Parfois, votre salaire est maintenu (voir question 3 ).

Puis-je être pénalisé sur mes primes et indemnités ?

L’employeur n’a pas le droit de vous retirer une prime ou une indemnité parce que vous avez fait grève.
C’est la règle quelle que soit la prime concernée : « présentéisme », « assiduité », « exceptionnelle », etc.
(« Est discriminatoire l’attribution par l’employeur d’une prime aux salariés selon qu’ils ont participé ou non à un mouvement de grève. »)
Mais l’employeur peut réduire ou ne pas verser une prime si toutes les absences sont traitées de la même manière, quel que soit leur motif, dans l’entreprise (hormis celles légalement assimilées à un temps de travail effectif).

Ai-je droit au maintien de mon salaire quand je fais grève ?

L’accord de fin de conflit, conclu entre l’employeur et le syndicat, peut prévoir que la totalité ou une partie des journées de grève sera payée.
De plus, votre rémunération (salaire, primes, indemnités…) doit être entièrement maintenue si vous faites grève pour obliger l’employeur à respecter ses obligations (appliquer la loi, appliquer la convention collective, l’accord d’entreprise…).

Quels sont mes recours si l’employeur me pénalise financièrement parce que j’ai fait grève ?

Si l’employeur vous pénalise financièrement (retrait de primes etc., voir questions 1 et 2), il vous inflige une sanction pécuniaire et commet une discrimination, ce qui est illégal.
Vous pouvez, de préférence en lien avec le syndicat, saisir l’inspection du travail et le Conseil de prud’hommes pour obtenir réparation et versement de dommages intérêts.

 

A voir aussi

Actualité

Grand débat : des mesures qui ne sont pas à la hauteur des enjeux

Les annonces du président de la République confirment la mise en place de mesures qui ne sont pas à la hauteur des exigences portées par les différents mouvements sociaux qui secouent le pays ces…

Actualité

Un naufrage industriel organisé par General electric

Le groupe General electric, propriétaire de la branche énergie d'Alstom depuis 2014, a volontairement affaibli sa branche française, organisant la mise en déficit de General electric Belfort. La…

Communiqués de presse

MICHELIN LA ROCHE-SUR-YON : UNE DÉLOCALISATION DÉGUISÉE C’est tout l’avenir du tissu industriel de Michelin en France qui est menacé

L’usine Michelin de La Roche-sur-Yon (Vendée) – dont la fermeture a été annoncée la semaine dernière pour fin 2020 – pourrait cesser de fonctionner « dans quelques mois ». Dans le prolongement de la…

Nos repères CGT

La fiscalité est un puissant moyen pour réduire l’injustice sociale, générer des ressources pour financer
des investissements de long terme et répondre aux besoins sociaux et économiques.

La CGT propose la construction d’une véritable démocratie culturelle.