actualité
actualité

Rassemblement de soutien à Julien Pauliac le 5 novembre

Publié le 26 oct 2018
Temps de lecture : 2 min.
Alors qu’il est convoqué au tribunal correctionnel, lundi 5 novembre, pour avoir « organisé une manifestation sur la voie publique ayant été interdite dans les conditions fixées par la loi », lors des mobilisations contre les ordonnances Macron, son syndicat appelle l’ensemble des salariés des Ateliers industriels de l’aéronautique à la mobilisation et à la grève pour le soutenir.

Ouvrier de l’État aux Ateliers industriels de l’aéronautique (AIA), Julien est convoqué au tribunal correctionnel pour avoir, en tant que secrétaire général de l’UD CGT 63, « organisé une manifestation sur la voie publique ayant été interdite dans les conditions fixée par la loi », au péage de Gerzat le 8 juillet 2017, en pleine lutte contre les ordonnances Macron.

Son syndicat appelle l’ensemble des salariés à la mobilisation et à la grève pour le soutenir : le lundi 5 novembre 2018, à 9 heures devant l’AIA, 161 avenue du Brézet, à Clermont-Ferrand, puis place de l’Étoile, de midi à 14 heures, heure à laquelle débutera l’audience.

Au sein de l’arsenal mis en place pour « casser du militant », la répression syndicale est un des moyens patronaux et politiques privilégiés pour freiner le développement du syndicalisme et créer la peur de s’engager, de résister et de lutter. La proposition de loi rédigée par le groupe Les Républicains, qui vise à durcir le régime juridique des manifestations en instaurant des mesures préventives et répressives attentatoires à la liberté de manifester, en est une illustration.

À la CGT, nous ne lâcherons jamais rien. Nous ne lâcherons jamais Julien, ni aucun·e militant·e syndical·e, ni les millions de salarié·e·s qui donnent leur confiance à la CGT. La liberté de manifester est une composante essentielle de la démocratie, il faut la protéger !

A voir aussi

Actualité

"La CGT c'est nous, c'est elles"

Comment faire progresser la place des femmes dans la CGT et au travail ? Les leviers existent et le collectif femmes-mixité y travaille. Une journée confédérale "La CGT, c'est nous, c'est elles"…

Actualité

Solidarité avec les ouvrières de Flormar en Turquie

Après avoir été licenciées pour s’être syndiquées, les ouvrières de l’entreprise Flormar (dont Yves Rocher détient 51%), en Turquie, sont mobilisées. Outre leur réintégration, ces dernières exigent…

Nos repères CGT

La CGT considère que l'émancipation des femmes passe par leur égal accès au travail salarié.

Chaque personne, qu’elle soit en demande d’emploi ou de stage, salariée, stagiaire, doit effectivement bénéficier d’une situation d’emploi, de formation et de travail sans discrimination. Pour cela, le droit à la non-discrimination (européen et français), globalement satisfaisant, doit être mis en œuvre de manière efficace en s’appuyant sur des moyens mobilisables et opposables.