actualité
actualité

Faussaires d'hier et d'aujourd'hui : du national-socialisme au FN

Publié le 9 oct 2017
Temps de lecture : 3 min.
La Confédération générale du travail (CGT) et son collectif de lutte contre les idées d'extrême-droite, en partenariat avec l'IHS CGT, organise un premier débat autour de la thématique de lutte contre le racisme.

Ce débat auquel vous êtes conviés permettra de revenir sur le rapport de l'extrême-droite avec le syndicalisme, sur la construction d'un discours autour de la haine de l'autre, de l'étranger, et son utilisation.

Pour en débattre, au siège de la CGT, quatre experts sont invités :

Grégoire KauffmannNé en 1973, Grégoire Kauffmann est historien de formation. Secrétaire délégué de l’association Liberté pour l’histoire, Grégoire Kauffmann est aussi maitre de conférence à l’IEP de Paris. C’est un spécialiste reconnu des droites radicales. Il a obtenu le 7e prix du sénat du livre d’histoire en 2009. Il a notamment publié une biographie d’Édouard Drumont, théoricien de l’antisémitisme, et un essai sur le Front national, Le nouveau FN, les vieux habits du populisme (éditions le Seuil, 2016).

Tal BruttmannTal Bruttmann est un historien français. Entre 2001 et 2011, il a dirigé les travaux scientifiques de recherche pour la commission d’enquête de la ville de Grenoble sur les spoliations des biens des juifs en Isère durant la seconde guerre mondiale. En 2006, il publie aux éditions La Découverte {Au bureau des affaires juives. L’administration française et l’application de la législation antisémite}. Il y étudie l’élaboration du statut des juifs de France.

Robert MencheriniRobert Mencherini est historien, membre de plusieurs équipes de recherche régionales et nationales. Résident à Aix-en-Provence, il est notamment l’auteur de {Guerre froide, grèves rouges. Parti communiste, stalinisme et luttes sociales en France. Les grèves « insurrectionnelles » de 1947-1948}, et de « Midi rouge, ombres et lumières », grande fresque historique en quatre volumes retraçant l’histoire du sud de la France des années 1930 à 1947. Il est reconnu en Provence comme un des meilleurs historiens de la période contemporaine.

Jérôme BeauvisageJérôme Beauvisage est historien, membre du bureau de l’Institut d’histoire sociale (IHS). Créée en 1982 à l’occasion du congrès confédéral de Lille, cette structure montre l’intérêt que porte la CGT à la connaissance historique. Se consacrant en premier lieu à la sauvegarde, au classement et à la valorisation des archives de la Confédération, l’IHS vise à ce qu’un large public puisse s’approprier les expériences sociales et politiques du passé.

Le programme :

9h00 : Accueil petit déjeuner.

9h30 - 10h45 : « Extrême-droite, syndicalisme jaune, populisme », avec Jérôme Beauvisage, historien, et Grégoire Kauffmann, historien.

11h00 - 12h15 : « Construction de la haine de l’autre : exemples de l’immigration italienne du début du XXe siècle, et de l’antisémitisme », avec Robert Mencherini et Tal Bruttmann, historiens.

Débats animés par Sonia Porot et Pascal Debay, du collectif de lutte contre les idées d’extrême-droite.

Pour vous inscrire à ce débat organisé le mercredi 18 octobre dans le patio de la  CGT - 263, rue de Paris, Montreuil, 9 heures.
Renvoyez un mail à campagnecontreleracisme@cgt.fr.

 

 

 

A voir aussi

Document

Le handicap, le regarder en face c’est lui accorder une place !

« La CGT s’inscrit dans une démarche de sensibilisation, d’information et de revendication afin de faire progresser les mentalités et les craintes suscitées par le handicap. Et, c’est dans le cadre…

Communiqués de presse

La lutte contre l’islamophobie comme de toute forme de racisme, d’antisémitisme et de xénophobie est un combat de toute la CGT !

Le monde du travail et les travailleurs/travailleuses n’ont rien à gagner dans les divisions, les oppositions ou le rejet de l’autre, que ce soit des travailleurs ou des citoyens entre eux, en…

Actualité

Cessons de dévoyer la laïcité

La banalisation des idées, comportements et attitudes racistes ou antisémites dans notre quotidien est une réalité.

Nos repères CGT

La CGT considère que l'émancipation des femmes passe par leur égal accès au travail salarié.

Chaque personne, qu’elle soit en demande d’emploi ou de stage, salariée, stagiaire, doit effectivement bénéficier d’une situation d’emploi, de formation et de travail sans discrimination. Pour cela, le droit à la non-discrimination (européen et français), globalement satisfaisant, doit être mis en œuvre de manière efficace en s’appuyant sur des moyens mobilisables et opposables.