Réussir l’égalité Femmes / Hommes dans la CGT ! - Le guide

Publié le 20 mai 2016
Temps de lecture : 3 min.
Les progrès accomplis en matière d’égalité entre les femmes et les hommes sont considérables, dans la CGT, au travail, comme dans l’ensemble de la société. Ces progrès ne sont pas dus au hasard mais sont directement liés aux mobilisations sociales et aux luttes des femmes. L’égalité entre les femmes et les hommes n’est donc pas « naturelle »...

Les progrès accomplis en matière d’égalité entre les femmes et les hommes sont considérables, dans la CGT, au travail, comme dans l’ensemble de la société. Ces progrès ne sont pas dus au hasard mais sont directement liés aux mobilisations sociales et aux luttes des femmes.
L’égalité entre les femmes et les hommes n’est donc pas « naturelle ». Dès que la mobilisation et le rapport de force faiblissent les conquêtes peuvent être remises en cause, comme par exemple en matière d’accès à l’IVG.
La CGT a toujours lié la bataille pour l’émancipation des femmes au travail et dans la vie, à celle de l’égalité dans la CGT. Un long chemin a été accompli, permettant de faire avancer l’égalité et la mixité.

La charte pour l’égalité entre les femmes et les hommes, adoptée par le CCN en 2007, a été annexée aux statuts depuis le 50e congrès. Cependant, notre histoire nous démontre que dès que les efforts sont interrompus, la place des femmes dans la CGT peut reculer très rapidement. Surtout, ce chemin n’est pas achevé : si la direction confédérale est paritaire depuis 1999, les femmes ne représentent que 30 % en moyenne des dirigeant-e-s (CE et bureau) des organisations du CCN et 37 % de nos syndiqué-e-s.
Pour ne pas se limiter à une pétition de principe, l’égalité Femmes / Hommes ne peut rester un sujet annexe mais doit être au coeur de nos orientations et plan de travail et faire l’objet d’une impulsion volontariste et permanente. C’est l’objectif de ce guide : donner les moyens concrets à nos organisations de mettre en oeuvre la charte pour répondre aux attentes d’un salariat de plus en plus féminisé.

Ce guide n’a pas pour but d’imposer des modèles de comportements aux femmes et aux hommes, ni de promouvoir « la guerre des sexes ». Il présente un constat visant à déconstruire les stéréotypes de genre et à proposer une transformation des rapports sociaux. Employées, ouvrières, cadres ou techniciennes, les femmes sont victimes de discriminations qui s’expriment différemment et doivent être conjuguées avec les rapports sociaux de classe. Une approche spécifique s’impose, pour que la CGT soit la CGT de tou-te-s les salarié-e-s, défendant la salariée sans papier pour qui la discrimination de genre s’ajoute aux discriminations de couleur, de nationalité et de classe, l’ouvrière, comme la femme cadre. Ainsi les discriminations et les inégalités entre femmes et hommes sont interrogées pour que l’émancipation des femmes dans notre organisation syndicale devienne une réalité.
L’objectif est bien de faire progresser la CGT toute entière au service de l’émancipation des femmes et des hommes.

Sophie Binet, Céline Verzeletti
Commission "Femmes - mixité"  Secrétaire confédérale

A voir aussi

Communiqués de presse

La faillite du système marchand des Ehpad

Depuis des années, la CGT dénonce la marchandisation de la santé et, tout particulièrement, l’accueil et l’accompagnement des personnes âgées dans les instituts à but lucratif.

Communiqués de presse

Traite des êtres humains dans le bénévolat associatif

Demain, 21 janvier, à 13h30, un procès exceptionnel se tiendra à la 31ème chambre du tribunal judiciaire de Paris. La CGT sera aux côtés des 51 victimes concernées, comme partie civile.

Communiqués de presse

Éducation : interdiction par la préfecture de police de Paris de la manifestation le 20 janvier

Après la réussite historique de la journée de grève et de manifestation du 13 janvier dans l’Éducation, l’intersyndicale CGT Éduc’action/FSU/FNEC FP-FO/SUD Éducation appelle à une nouvelle journée d…

Nos repères CGT

La fiscalité est un puissant moyen pour réduire l’injustice sociale, générer des ressources pour financer
des investissements de long terme et répondre aux besoins sociaux et économiques.

La CGT propose le droit à une retraite pour tous les salariés, dès l’âge de 60 ans, avec les moyens de vivre dignement.