actualité
actualité

Des règles pour mondialiser le progrès social

Publié le 10 mai 2020
Temps de lecture : 2 min.
Le capitalisme profite à une minorité, puisque 1 % des plus riches possèdent plus que le reste de la population. La CGT conduit son action dans la double exigence d’amélioration des droits et des libertés dans la vie comme au travail et de rompre avec le système capitaliste.

L’urgence est de lutter contre le dumping social par l’instauration d’un bouclier fiscal, social et environne- mental et d’obliger les États à prendre des mesures pour améliorer les conditions sociales des travailleuses et travailleurs.

La CGT œuvre en ce sens avec d’autres organisations syndicales aux niveaux européen et mondial.

Elle souhaite que l’OIT organise une conférence internationale extraordinaire du travail dès début 2021 comme au sortir de la Seconde Guerre mondiale (déclaration de Philadelphie en 1944 actant que le travail n’est pas une marchandise).

Dans le même état d’esprit, la pandémie actuelle montre que des institutions, telles l’OIT, l’OMS, l’Unesco, l’ONU et la FAO, devraient avoir des moyens juridiques renforcés pour

jouer leur rôle et que les normes sociales et environnementales sup- plantent les règles du commerce.

Il est urgent de prendre des mesures pour abolir le travail informel (60 % des emplois dans le monde), d’abroger les traités de libre échange inter- nationaux, d’instaurer des normes sociales comme conditions aux importations et de modifier la réglementation européenne sur les marchés publics pour garantir au minimum 70 % de production sur notre continent et 35 % sur notre territoire.

A voir aussi