L'usine Cotelle rapporte 2 millions d'euros par an mais Colgate veut la fermer !

Temps de lecture : 2 min.
Publié le 12 avr. 2024
La CGT apporte son soutien plein et entier aux salarié·es de l'usine Cotelle, propriété de Colgate, contre la fermeture de l'usine qui rapporte 2 millions d'euros par an !
Imagette
mobilisation cheminots P.Morel

L'entreprise rapporte mais le propriétaire veut délocaliser

Cotelle SA, située à Rilleux la Pape dans le Rhône a été fondée en 1904 et rachetée par Colgate en 1987. L'usine fabrique des produits connus de tous comme la javel Lacroix ou la Soupline.

Elle emploie 104 CDI, 15 intérimaires et 20 travailleurs extérieurs, soit environ 140 personnes sur le site. L'âge moyen des salarié·es est de 54 ans et l'ancienneté moyenne est de 26 ans.

Alors que l'entreprise rapporte 2 millions d'euros par an et que le groupe Colgate, à qui elle appartient, lui, enregistre en moyenne un bénéfice de 3 milliards d'euros par an, la direction a annoncé le 6 février 2024 que le groupe décidait de fermer son site de Rilleux et de transférer les productions en Belgique.

Cette décision est une aberration écologique car les premiers consommateurs de produits fabriqués dans l'usine sont les français, il n'y a donc aucun sens à éloigner le site de production.

Depuis le 28 mars 2024, les salarié·es sont en grève et bien décidé·es à ne pas se laisser faire.

Les salarié·es en grève demandent aujourd'hui au groupe de changer d'avis ou de laisser la place à un éventuel repreneur.

 

 

 

De son côté, la CGT apporte son soutien à l'ensemble des salarié·es et invite la population à venir les soutenir pour préserver et maintenir ce site de fabrication.

 

Participer à la cagnotte de solidarité avec les salarié·es

 

Sur le même thème

Actualité

Victoire de la CGT à Vulcacuir Saint-Flour avec 88,25 % des voix

Lire la suite
Actualité

Les salarié de General Electric Grenoble resteront mobilisés tant que le PSE supprimant 345 emplois ne sera pas retiré

Lire la suite
Actualité

Fermetures programmées à la SEITA : "Tout pour la SCOP"

Lire la suite