actualité
actualité

Contre l’exploitation des enfants asiatiques dans le démantèlement des navires

Publié le 12 juin 2018
Temps de lecture : 2 min.
Le démantèlement des navires en fin de vie est toujours aussi inacceptable. Plus de 70% des navires européens sont démantelés sur les plages d’Asie du Sud, au mépris des conditions sociales et environnementales. La CGT appelle la France à intervenir afin de stopper ces pratiques scandaleuses.

Chaque année, ce sont plus de 70 % des navires européens qui sont démantelés sur les plages d’Asie du Sud. Afin de se soustraire à leur responsabilité sociale et environnementale, ainsi qu’à la réglementation européenne, les armateurs et propriétaires européens vendent leurs navires en fin de vie à des sociétés intermédiaires, au financement opaque, appelées « cash buyers », qui enregistrent à leur tour ces navires via des sociétés écran situées dans des paradis fiscaux.

Or, ces pratiques ont un impact néfaste sur la santé des travailleurs, de la population et de l’environnement. En l’espèce, les principales préoccupations sont les pollutions sévères causées à l’environnement marin et terrestre, le déversement de déchets dangereux, des conditions de travail scandaleuses causant de nombreux accidents graves et mortels, allant jusqu’à l’exploitation d’enfants.

Alors que des pays européens commencent à s’élever contre les pratiques frauduleuses des armateurs et propriétaires européens, la France traîne des pieds. Le plus gros fond souverain au monde, détenu par la Norvège, a retiré son financement à quatre compagnies maritimes à cause de leurs mauvaises pratiques de démantèlement en Asie du Sud, tandis qu’aux Pays-Bas, une procédure juridique a abouti à la condamnation aux instances criminelles d’une compagnie qui démantelait en Asie du Sud. La France, à travers son silence coupable et son inaction, participe indirectement à cette exploitation d’enfants.

Ainsi, la CGT appelle la France à intervenir afin de stopper les scandaleuses pratiques de « beaching » (échouage) des armateurs et propriétaires européens, et de se mettre en accord avec les principes issus de la COP 21, notamment à travers la création d’un site de démantèlement sur la façade Méditerranée, en capacité d’accueillir des grands navires (bateaux et plateformes). Par ailleurs, la France doit veiller à ce que la liste européenne des installations de démantèlement des navires ne contienne que des sites où les normes sociales et environnementales européenne sont respectées.

A voir aussi

Communiqués de presse

La CGT satisfaite de la condamnation de Duterte

Par 626 voix, le Parlement Européen a voté une résolution d’urgence1 le 17 septembre condamnant les actions du Président Duterte et de son gouvernement vis-à-vis des violations des droits humains.

Communiqués de presse

En Myanmar, des travailleur.euse.s meurent pour plus de profit

En Myanmar (ex-Birmanie), à la suite d’un accident dans une mine non déclarée, plus de 163 travailleur·euse·s ont été retrouvé·e·s mort·e·s et au moins 55 ont été bléssé·e·s (bilan provisoire).

Actualité

Sous-traitance textile : le droit humain bafoué

Un travailleur des entreprises sous-traitantes des grandes marques de la mode et de la distribution est en butte à des violences au Bangladesh. Une situation que dénonce fermement la CGT.

Nos repères CGT

La CGT propose un effort considérable pour la recherche, pour contribuer au progrès des connaissances, répondre aux besoins de la société en expertise et contrôle, créer les conditions d’un renouveau du développement industriel.

La CGT propose le droit à un salaire de base minimum de première embauche lié au niveau de qualification.