actualité
actualité

Démocratie au Cambodge ?

Publié le 31 juil 2018
Temps de lecture : 2 min.
Les élections cambodgiennes se sont déroulées ce dimanche. Le Premier ministre Hun Sen a tout fait pour que les résultats lui soient acquis : Il a dissous le principal parti d’opposition il y a un an, enfermant son premier dirigeant, et poussant son second dirigeant à l’exil en France. Ne restaient alors plus que deux enjeux.

Le premier était la participation au vote. Le parti d’opposition dissous, les syndicats — ceux qui ne sont pas des affidés du pouvoir — et les ONG appelaient au boycott, malgré les menaces de la part du gouvernement ou du parti du Premier ministre, le PPC (Parti du peuple cambodgien).
Le deuxième enjeu était la participation des ouvriers. Les employeurs, âmes damnées du pouvoir, ont exercé des pressions menaçant de sanctions toutes et tous ceux qui ne pourraient pas prouver qu’ils ont participé au vote.
Ainsi, Hun Sen a pu indiquer fièrement que 82 % des électeurs s’étaient exprimés, que sûrement seul le PPC serait représenté à l’assemblée. Il n’a pas annoncé le nombre de fois où son nom et celui de son parti ont été rayés sur les bulletins de vote.
Les pays de l’Union européenne, comme de nombreux autres, ont refusé de venir en observateurs. Certains parlementaires européens sont venus assister aux élections de leur propre chef :
Dimanche étaient présents, dans les bureaux de vote :
- des députés italiens, de Bulgarie, d’Autriche, du Royaume-Uni, la plupart appartenant aux mouvances d’extrême droite ;
- l’eurodéputée française du Rassemblement national de Marine Le Pen.
Au Cambodge, comme en France, un vote ne fait pas, à lui seul, la démocratie.
La CGT exige :
- qu’une réelle démocratie soit installée au Cambodge ;
- que les pressions et menaces sur les syndiqués et leurs responsables cessent immédiatement ;
- qu’un droit du travail conforme aux conventions de l’OIT soit établi et que les transnationales n’aient plus tous les droits aux détriments des travailleurs.

Montreuil, le 31 juillet.

A voir aussi

Communiqués de presse

La catastrophe du Rana Plaza ne doit pas recommencer

COMMUNIQUÉ de PRESSE CONFÉDÉRAL et de la FÉDÉRATION CGT TEXTILE, HABILLEMENT, CUIR ET BLANCHISSSERIE

Actualité

Solidarité avec la lutte de nos camarades coréens en grève pour mettre fin aux discriminations dont ils sont victimes

En Corée du sud, le personnel d'exploitation des installations électriques de l’Université nationale de Séoul (SNU) est en grève pour faire cesser les discriminations.

Actualité

Solidarité avec les ouvrières de Flormar en Turquie

Après avoir été licenciées pour s’être syndiquées, les ouvrières de l’entreprise Flormar (dont Yves Rocher détient 51%), en Turquie, sont mobilisées. Outre leur réintégration, ces dernières exigent…

Nos repères CGT