actualité
actualité

Grêve massive des travailleurs du textile au Bangladesh

Publié le 17 jan 2019
Temps de lecture : 2 min.
Retrouvez ci-dessous la déclaration commune de la CGT et de sa fédération du textile, habillement, cuir et blanchisserie.

À Dacca, depuis le 8 janvier, plus de 50 000 travailleurs du textile sont en grève totale pour faire triompher leurs revendications salariales.

Le principal syndicat des travailleurs du textile (National Garment Workers' Federation, NGWF) et son Président Amirul Haque Amin, qui sont les partenaires réguliers de la CGT au Bangladesh, ont pris une part active tant dans la préparation de ce mouvement social que dans les discussions ou Amin à été élu membre du comité des négociations.

Dans plusieurs villes du pays, plus de 80 usines de confection sont bloquées par les grévistes. La production de marques comme H&M, Zara, WalMart, Kappa, Tommy Hilfiger, Calvin Klein, Carrefour, Tesco, Primark et Aldi est paralysée.

La principale revendication concerne les salaires.

Depuis 2013, année de la catastrophe du Rana-Plazza, les salaires n’ont jamais été réévalués. À l’époque, le patronat bengalais avait accepté de faire passer le salaire minimum mensuel de 40 € à 82 €. Aujourd’hui, les travailleurs et leurs organisations exigent 104 € mensuel en faisant remarquer que l’augmentation proposée ne comblait même pas la perte de pouvoir d’achat liée à l’inflation entre 2013 et 2019.

La grande majorité des autoroutes et routes menant à la capitale ont été coupées de nombreuses heures par plus d’une dizaine de milliers de manifestants, isolant Dacca du reste du pays.

La police n’a pas hésité, pour libérer les accès à Dacca, à faire usage de canons à eau, gaz lacrymogènes, fusils lanceur de balles « défensives », faisant un mort et plus de 50 blessés.

Le Bangladesh est le plus grand producteur mondial de vêtements derrière la Chine.

Les recettes tirées des exportations de vêtements prêt-à-porter ont atteint 30,61 milliards de dollars au cours de l'exercice 2017-2018, soit près de 83 % des recettes d'exportation totales du pays. Les usines bloquées par la grève produisent 20 % de la production de vêtements du Bangladesh.

La CGT et sa fédération du textile, habillement cuir et blanchisserie soutiennent les travailleurs ainsi que leurs syndicats. Elles demandent que  les  travailleurs soient rémunérés de façon correcte leur permettant de vivre décemment : se loger, se nourrir, avoir accès à la santé, à la culture et à un secteur éducatif.

La  CGT exige que les transnationales exploitant les travailleurs soient taxées sur leurs profits afin de permettre aux travailleurs de vivre dignement et aux distributeurs de ne pas
augmenter les prix de ventes.

L’argent existe, Zara, par exemple, a dégagé 3,16 milliards d’euros de bénéfices en 2016.

A voir aussi

Actualité

Sous-traitance textile : le droit humain bafoué

Un travailleur des entreprises sous-traitantes des grandes marques de la mode et de la distribution est en butte à des violences au Bangladesh. Une situation que dénonce fermement la CGT.

Communiqués de presse

HONG KONG La CGT soutient les travaileur·euse·s, les organisations syndicales, les ONGs du travail et les étudiants

Depuis quelques jours, Hong Kong est paralysée. Des manifestations exceptionnelles de travaileur·euse·s, d’étudiant·e·s, de lycéen·ne·s, de retraité·e·s et d’immigré·e·s dans la rue, bloquent toute…

Actualité

Contre l’exploitation des enfants asiatiques dans le démantèlement des navires

Le démantèlement des navires en fin de vie est toujours aussi inacceptable. Plus de 70% des navires européens sont démantelés sur les plages d’Asie du Sud, au mépris des conditions sociales et…

Nos repères CGT

La CGT propose un effort considérable pour la recherche, pour contribuer au progrès des connaissances, répondre aux besoins de la société en expertise et contrôle, créer les conditions d’un renouveau du développement industriel.

Première préoccupation des travailleurs et des citoyens, l’emploi est, avec les salaires, les conditions de travail, la protection sociale, l’enjeu majeur des luttes sociales, inséparable des exigences montantes d’une transformation profonde du travail.