Confirmation des 4 000 suppressions de postes !

Temps de lecture : 1 min.
Publié le 11 juin. 2018
La Loi de programmation budgétaire des finances publiques 2018-2022 et CAP 2022 n'en finissent pas de faire des victimes. . . Lors du CCE extraordinaire de Pôle emploi, le 24 mai, c'est le directeur général adjoint qui s'est chargé d'annoncer aux instances représentatives du personnel que le chiffre, qui circulait depuis début mai, de 4000 suppressions de postes ne pourrait être atteint par les seuls départs en retraite...

La Loi de programmation budgétaire des finances publiques 2018-2022 et CAP 2022 n'en finissent pas de faire des victimes...

Lors du CCE extraordinaire de Pôle emploi, le 24 mai, c'est le directeur général adjoint qui s'est chargé d'annoncer aux instances représentatives du personnel que le chiffre, qui circulait depuis début mai, de 4000 suppressions de postes ne pourrait être atteint par les seuls départs en retraite. Tout en réaffirmant que tout ceci restait une hypothèse liée à un recul du chômage... qui n'a pas baissé [en avril,->http://cgt.fr/Un-enfumage-avec-la-precarite-comme-seul-horizon-pour-le-gouvernement.html] pour ne prendre que l'analyse des derniers chiffres !

Les élus et représentants syndicaux ont donc voté à l'unanimité la demande d'un nouveau CCE extraordinaire sur *« l'état des lieux des charges et ressources des services et missions de Pôle Emploi et des charges de travail des agents »*, et qu'il se tienne en présence, cette fois, de leur directeur général lui-même, Jean Bassères.
|left>

Sur le même thème

Actualité

« Les conduites addictives en milieu de travail »

Lire la suite
Actualité

Santé au travail au coeur de la santé publique

Lire la suite
Actualité

Mobilisation à Bordeaux des coursiers à vélo travaillant chez Deliveroo

Lire la suite