actualité
actualité

Soutien et solidarité aux salariés de la métallurgie allemands

Publié le 18 jan 2018
Temps de lecture : 1 min.
La CGT soutient et apporte toute sa solidarité aux salariés de la métallurgie en Allemagne, fortement mobilisés depuis plusieurs jours dans le but d’obtenir une réduction du temps de travail à 28 heures par semaine pour ceux qui le souhaitent, ainsi qu’une augmentation générale des salaires de 6 %.

En l’espèce, les revendications des camarades travailleurs outre-Rhin sont légitimes tant elles vont dans le sens de l’histoire du monde moderne et du progrès. Après de lourds sacrifices, la demande de partage des fruits de la croissance de la part des travailleurs allemands paraît plus que justifiée. Cette lutte porte un formidable espoir pour les travailleurs en France et dans le monde. Ces aspirations permettraient de donner du travail à toutes celles et ceux qui en sont privés, tout en améliorant les conditions de travail de ceux qui travaillent déjà. Travailler moins, travailler mieux, travailler tous.

Cette lutte fait écho à celles que l’on a pu connaître en France ces derniers mois contre la loi Travail ou les Ordonnances du Président Macron, visant à réduire les droits des travailleurs au profit des actionnaires.

A voir aussi

Communiqués de presse

SANTÉ DES SALARIÉS, DE LA POPULATION ET DE L’ENVIRONNEMENT : LA MÊME URGENCE

La CGT apporte tout son soutien aux populations sinistrées et salariés affectés par l’incendie du site Seveso Lubrizol, à Rouen.

Actualité

L’Europe que nous voulons

Déclaration commune des organisations syndicales allemandes et françaises

Actualité

La lutte des métallos Allemands montre la voie !

Les métallos, en Allemagne, viennent d’obtenir une hausse générale des salaires de 4,3 %, une prime de 100 € pour les trois premiers mois de l’année et des avancées sur leur demande de réduction du…

Nos repères CGT

La CGT propose un effort considérable pour la recherche, pour contribuer au progrès des connaissances, répondre aux besoins de la société en expertise et contrôle, créer les conditions d’un renouveau du développement industriel.

La CGT propose le droit à un salaire de base minimum de première embauche lié au niveau de qualification.