actualité
actualité

Les syndicats français, adhérents à la Confédération Syndicale Internationale (CSI) soutiennent les syndicats burkinabés dans leur lutte pour la démocratie

Publié le 18 sep 2015
Temps de lecture : 2 min.
Mercredi 16 septembre, à Ouagadougou (Burkina Faso), le Régiment de la Sécurité Présidentielle a pris en otage le Président du Faso, Michel Kafando, le Premier Ministre Yacouba Isaac Zida, ainsi que des ministres de la transition, en plein Conseil des Ministres au palais présidentiel. Ce jeudi 17 septembre, un militaire s’est présenté à la télévision au nom du Conseil national pour la démocratie et a annoncé la démission du président, la dissolution du gouvernement et du Parlement de transition...

Mercredi 16 septembre, à Ouagadougou (Burkina Faso), le Régiment de la Sécurité Présidentielle a pris en otage le Président du Faso, Michel Kafando, le Premier Ministre Yacouba Isaac Zida, ainsi que des ministres de la transition, en plein Conseil des Ministres au palais présidentiel. Ce jeudi 17 septembre, un militaire s’est présenté à la télévision au nom du Conseil national pour la démocratie et a annoncé la démission du président, la dissolution du gouvernement et du Parlement de transition.

Il s’agit ici d’une violation flagrante de la Constitution et de la Charte de Transition adoptée après la destitution par le peuple en 2014 de Blaise Compaoré.

L’Unité d’Action Syndicale (UAS) regroupant les centrales syndicales du pays et les syndicats autonomes, appelle à un mouvement de grève générale dans le pays et demande aux travailleurs de se mobiliser contre les ingérences du Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP) dans la vie politique et pour une véritable démocratie au Burkina Faso.

Les organisations syndicales françaises CFDT, CGT, FO et la CFTC condamnent ce coup de force du Régime de la Sécurité Présidentielle à trois semaines des élections qui doivent mettre en place démocratiquement un nouveau gouvernement et clore la période de transition ouverte en 2014.

Elles soutiennent les organisations syndicales burkinabées dans leur lutte contre l’ingérence militaire du pouvoir et pour la démocratie.

Paris, le 17 septembre 2015

A voir aussi

Communiqués de presse

POUR LE RESPECT DU DROIT HUMAIN ET DES CONVENTIONS INTERNATIONALES

La CGT, une fois de plus, proteste contre les violences dont sont victimes les travailleur-euse-s au Bangladesh dans les entreprises sous-traitantes des grandes marques de la mode et de la…

Communiqués de presse

OIT Le mouvement syndical mondial gagne l’adoption de la première norme internationale contre les violences et le harcèlement au travail

L’organisation Internationale du Travail a adopté, ce 21 juin, une convention contraignante accompagnée d’une recommandation contre les violences et le harcèlement au travail.

Communiqués de presse

Plusieurs milliers de manifestants à Genève à la reconquête de l’OIT

Aujourd’hui, à Genève, plusieurs milliers de manifestants ont défilé pour faire entendre la voix des travailleurs à l’occasion du centenaire de l’Organisation Internationale du Travail.

Nos repères CGT

Le droit à paix et à la sécurité de tout être humain et des populations doit constituer une obligation fondamentale des États et des institutions internationales.

La CGT propose l'égalité de traitement entre salariés et l'application du droit du travail français pour tous les salariés qui travaillent en France