La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

Discriminations

Rencontre nationale autour de l’égalité des droits entre les femmes et les hommes

vendredi 6 mars 2015 , par Philippe Gelinaud

« Les femmes ne doivent pas être la variable d’ajustement de la soi-disant compétitivité à court terme que prône le patronat », explique Sophie Binet, pilote de la commission « Femmes-mixité » de la CGT, lors de la synthèse clôturant la journée de rencontre du 5 mars 2015. Car les femmes, particulièrement impactées par les politiques d’austérité, sont souvent victimes d’un cumul de discriminations, sexistes, mais aussi sociales : elles constituent l’essentiel des travailleurs pauvres et des travailleurs précaires.

Des salaires et des retraites largement inférieurs à ceux des hommes, le travail à temps partiel imposé ou la difficulté à accéder à des postes à responsabilités, tel est le constat partagé par les près de 150 militants CGT venus de toute la France pour participer à cette journée de rencontre nationale « L’égalité entre les femmes et les hommes : plus que jamais d’actualité pour la CGT ! »

Conférences et ateliers ont permis de faire le bilan de la situation des femmes dans le monde du travail et de partager les bonnes pratiques de la lutte contre les discriminations. La question des temps partiels, ainsi que celle de la lutte contre les préjugés et les stéréotypes, apparaissent comme étant prioritaires. Dans leurs échanges, militantes et militants regrettent que les accords d’entreprises sur l’égalité homme-femme soient souvent purement incitatifs, et non coercitifs.

La présence de militantes engagées au niveau européen confirme que le constat de l’aggravation de la situation des femmes au travail à cause des politiques d’austérité ne s’applique pas qu’aux travailleuses françaises. France Sponem (FO), présidente du comité des femmes de la confédération européenne des syndicats (CES), explique que partout en Europe, les femmes sont plus exposées à la pauvreté.

« Aucune conquête n’est définitive. » ajoute Silvana Cappuccio (CGIL, confédération générale italienne du travail), membre du conseil d’administration de l’organisation internationale du travail (OIT). Quant à Vasiliki Kratimenou (GSEE, confédération générale des travailleurs grecs), membre du secrétariat des femmes à la CES, elle affirme que « l’Europe sociale a régressé. »


PDF - 128.6 ko
Cliquer l’image ci-dessus pour voir le texte introductif de Céline Verzeletti.

PDF - 110.3 ko
Cliquer l’image ci-dessus pour voir le texte conclusif de
Sophie Binet.

- Voir notre dossier spécifique « 8 mars 2015 »

- Voir le dossier « Égalité Femmes/Hommes ».