La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> La CGT communique
  • Une grande figure de la CGT et du syndicalisme
    Hommage à Georges Séguy ›››

    C’est avec beaucoup de tristesse et d’émotion que nous avons appris le samedi 13 août 2016, le décès de Georges Séguy, à 89 ans, ancien Secrétaire Général de la CGT de 1967 à 1982. C’est une grande figure de la CGT et du syndicalisme qui vient de nous quitter. Infatigable porteur de valeur humaine et des droits émancipateurs pour tous les salariés, c’est ce qui le guidera jusqu’à son dernier souffle. Très tôt dans sa jeunesse, il s’engage dans la (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Communiqué commun de la CGT et de la FTM-CGT
    Molex : la justice confirme que les salariés et leur syndicat CGT avaient raison ! ›››

    Ce 9 août 2016, soit 8 ans après l’annonce de la fermeture de MOLEX, à Villemur-sur-Tarn, en Haute-Garonne, la Cour d’appel de Toulouse confirme le jugement, sur le fond, des Prud’hommes et donne raison aux salariés en lutte, en jugeant la nature des licenciements sans cause réelle et sérieuse car sans fondement économique. La Confédération CGT et la Fédération des Travailleurs de la Métallurgie CGT tiennent à mettre en exergue cette décision juridique (...)
    Voir tout le texte ›››
  • LOI TRAVAIL
    Promulgation ou pas, rendez-vous le 15 septembre ›››

    Après un passage éclair devant le Conseil constitutionnel, la loi travail est promulguée en pleine période estivale, sans jamais avoir été votée, François Hollande ayant eu recours à trois reprises au 49-3 ! Voilà la vraie définition du soi-disant dialogue social défendu par le Président de la République et son gouvernement : recourir à l’article 49 alinéa 3 de notre Constitution c’est-à-dire à une disposition qui empêche le dialogue pour faire adopter une (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Communiqué commun de la confédération CGT, de la Fédération CGT Transports et du syndicat Ugict d’Air France
    Air France : La chasse aux sorcières continue ! ›››

    Il n’y a pas de conquêtes sociales sans libertés syndicales. Gouvernement et Medef, en pleine lune de miel depuis 2012, l’ont bien compris : ils veulent museler le monde du travail pour imposer leurs réformes antisociales ! La chasse aux sorcières, qu’ils mènent contre toute forme de lutte et de contestation notamment envers les militants de la CGT, continue de plus belle. Suite à l’affaire dite de « la chemise », le 5 octobre 2015, la direction (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Loi travail
    La mobilisation contre la loi travail doit continuer ›››

    Le Conseil constitutionnel qui vient de statuer sur la loi travail et les recours déposés par des parlementaires de tous bords politiques n’a finalement validé aucun de ces recours. La CGT, pour sa part, fait le constat que, jusqu’aujourd’hui, la loi travail fait consensus dans le rejet massif qu’elle provoque, chez les parlementaires mais aussi chez une majorité de salariés et de syndicats. Le Conseil constitutionnel lui-même considère que des (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Notre camarade Cédric innocenté et relaxé :
    victoire pour les libertés syndicales ›››

    Communiqué de la CGT, de la Fédération CGT des Services publics, de l’Union Régionale CGT d’Ile-de-France (URIF) et de l’Union départementale CGT de la Loire Dans un contexte social où le gouvernement tente de museler la CGT en discréditant ses militants et en allant jusqu’à la répression dans la violence, ce 27 juillet 2016 marque une victoire face aux attaques contre les libertés syndicales. Notre camarade Cédric Crozet, des Territoriaux CGT de (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Répression antisyndicale
    Pour la relaxe de Cédric et Loïc ! ›››

    Nos camarades Cédric et Loïc, des services publics et des Ports et Docks, comparaissent ce mercredi 27 juillet 2016 au tribunal de Paris. Lors de la manifestation nationale contre le projet « loi travail » du 14 juin, différents militants ont été interpellés par les forces de l’ordre. Pour nos 2 camarades, l’interpellation a été suivie d’une garde à vue et d’une mise en examen pour des « soi-disant faits de violence et rébellion ». Pourtant, les (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Chiffres du chômage de juin
    La CGT réclame une autre politique de l’emploi ›››

    Les chiffres du chômage du mois de juin semblent montrer une relative stabilité. Mais, une certaine confusion statistique règne : au mois d’avril, les radiations avaient très fortement augmenté et on compte désormais des tendances sur trois mois, ce qui permet d’afficher des toutes petites baisses (-0,2% et -5300 personnes en catégorie A) alors que le chômage augmente sur un mois (0,2%, +5400 personnes)... Toutefois, l’embellie n’est pas encore là : (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Solidarité
    Drame à Saint-Etienne-de-Rouvray ›››

    La CGT tient à témoigner son soutien et sa solidarité aux personnes touchées par ce nouveau drame, survenu ce matin à Saint-Etienne-de-Rouvray, près de Rouen. L’extrême violence de ces actes est, à nouveau, très choquante. Nous la condamnons sans réserve. A nouveau, les militant-es et les syndiqué-es de la CGT tiennent à affirmer que les valeurs essentielles de notre démocratie et de notre République doivent être défendues au quotidien. Ces actes (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Loi travail
    Troisième 49.3 pour une adoption aux « forceps » ! ›››

    Après un retour express au sénat le 19 juillet, le projet est de retour à l’assemblée pour clôturer un processus parlementaire sans débat. Sans surprise, le premier ministre vient d’annoncer le recours pour la troisième fois au 49.3. Sondages après sondages, le rejet de cette loi régressive est massif et sans appel. Dernier en date, le sondage Odoxa-FTI paru le 18 juillet, relève que 7 français sur 10 sont « mécontents de l’adoption définitive du (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Rapport de l’IGAS sur les 35 heures
    La transparence est gage de démocratie ›››

    Ainsi donc, la censure fait son retour dans les hautes sphères de l’administration ! Le rapport de l’IGAS consacré aux politiques d’aménagement et de réduction du temps de travail dans la lutte contre le chômage vient de faire l’objet d’une décision inique : le directeur de l’IGAS a décidé qu’il ne doit pas être transmis au gouvernement. Que lui reproche-t-on ? Probablement de ne pas se couler dans le discours récurrent qui fait des 35h la cause de tous (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Etat d’urgence
    L’exception devient la règle ! ›››

    Suite au terrible évènement survenu le soir du 14 juillet à Nice, le gouvernement a annoncé une 4 ème prolongation de l’état d’urgence. Le projet de loi sera présenté en conseil des ministres mardi 19 juillet, pour être ensuite soumis aux député-es et sénateur-rices les jours suivants. La CGT tient, à nouveau, à réaffirmer la nécessité de défendre les valeurs essentielles de notre démocratie et de notre République. Les actes de terrorisme ne pourront être (...)
    Voir tout le texte ›››
  • ATTENTAT À NICE
    Réaffirmons les valeurs de solidarité, de paix et de fraternité ! ›››

    La CGT tient à témoigner son soutien et sa solidarité à l’ensemble des familles touchées par l’attentat survenu à Nice dans la nuit du 14 au 15 juillet. Elle tient également à saluer le formidable élan de solidarité de l’ensemble des agents des services publics et, particulièrement, celui des personnels de santé qui n’ont pas attendu le plan blanc pour se mettre à disposition. Alors que le pays est à nouveau endeuillé par un acte de violence extrême, les (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Programmation Pluriannuelle de l’Energie
    L’avis de la CGT ›››

    Le gouvernement vient de rendre public le projet de programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Cette PPE, complémentaire de la stratégie nationale bas carbone (SNBC) adoptée en novembre dernier, doit définir la réponse aux objectifs suivants : Satisfaire les besoins énergétiques, de l’industrie et des usagers, en assurant le droit à l’énergie pour tous Réduire les gaz à effet de serre (GES) et la pollution atmosphérique, en application de (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Intersyndicale du 8 juillet
    Déclaration commune CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL ›››

    Les organisations syndicales de salarié-es et de jeunesse (CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL) ont pris acte et dénoncent la nouvelle utilisation du 49-3, véritable déni de démocratie, pour faire passer le projet de loi travail. C’est bien la preuve, si celle-ci était nécessaire, que ce texte de régression sociale reste minoritaire. Soutenues par une large majorité de la population, elles réaffirment leur opposition à ce projet et la nécessité (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Communiqué commun CGT, URIF-CGT, Union départementale CGT du Val-de-Marne
    Toute la CGT attaquée ! ›››

    Mardi, à Paris, pour la 12ème fois depuis le 9 mars 2016, plusieurs dizaines milliers de manifestants ont défilé pour exiger le retrait de la Loi El Khomri et l’ouverture de véritables négociations. Malgré les multiples provocations, les attaques d’une violence inouïe, la campagne médiatique sans précédent et la violence verbale de plusieurs responsables politiques et patronaux, les organisations syndicales, la CGT en premier lieu, n’ont eu de cesse de (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Loi Travail
    Le 49-3 ne nous arrêtera pas ! ›››

    Alors que le Premier Ministre, n’ayant plus de majorité, vient de bafouer la démocratie parlementaire en utilisant une nouvelle fois le 49-3, les mobilisations dans les grèves, rassemblements, manifestations, votations citoyennes démontrent que le mouvement contre la loi travail est loin de s’essouffler. Malgré une organisation sécuritaire démesurée empêchant des milliers de personnes d’entrer dans la manifestation parisienne, ce sont plus de 45 000 (...)
    Voir tout le texte ›››
  • La CGT condamne avec force
    Les actes de barbarie où qu’ils soient ›››

    La CGT condamne avec force les actes de barbarie où qu’ils soient commis. A Bagdad plus de 200 personnes ont été tuées et 200 autres blessées dans la nuit de Samedi à Dimanche dans un attentat revendiqué par Daesh. Il s’agit d’un bilan qui peut malheureusement encore s’alourdir. Vendredi 20 personnes ont été tuées à Dacca, au Bangladesh par un groupe djihadiste local. La CGT exprime sa solidarité aux victimes et à leurs familles, au peuple et aux (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Loi travail
    Un gouvernement hors la loi ! ›››

    Le gouvernement en utilisant à nouveau le 49.3 à l’assemblée nationale sur le projet de loi travail s’assoit une fois de plus sur la démocratie. Il renie les engagements pris lors de la campagne électorale et réitérés il y a un an dans la motion majoritaire au congrès du Parti Socialiste dans laquelle était indiquée « il faut rétablir la hiérarchie des normes : la loi est plus forte que l’accord collectif et lui-même s’impose au contrat de travail. Si la (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Votation citoyenne
    Plus d’1 million de votants ! ›››

    Après le dépôt, le 28 juin, de plus de 700 000 votations, à la Présidence de la République, par les organisations syndicales et de jeunesses engagées dans la mobilisation depuis 4 mois, la votation citoyenne s’est poursuivie dans les entreprises, les administrations et les lieux de vie. Cette votation a permis de rencontrer physiquement, un à un, plus d’un million de salariés et de citoyens en quelques semaines et d’échanger sur le contenu de ce (...)
    Voir tout le texte ›››

Droit d’asile

Réfugiés, Travailleurs migrants et Loi Cazeneuve

mardi 15 septembre 2015
PDF - 136.1 ko
Texte en pdf

De nombreux réfugiés frappent aux portes de l’Union Européenne. Ils doivent être accueillis dignement par chaque Etat européen, sans tergiverser, sans considération de nationalité ou d’éventuelle appartenance religieuse. C’est l’application de la Convention de Genève, des Traités européens, de notre Constitution. L’asile est un droit !

Accueillir dignement nécessite la révision du Règlement de Dublin, qui bloque le demandeur d’asile dans le premier pays de l’Union Européenne où il a réussi à arriver, et nécessite au moins l’application de la directive sur les « flux massifs », même si elle est bien insuffisante au regard de l’ampleur de la situation.

La France, qui se veut le pays des droits de l’Homme, doit prendre toute sa place dans cet accueil. Les 24 000 places prévues en deux ans par le gouvernement Français sont bien en dessous des possibilités de notre pays et surtout des nécessités de la situation. Il faut partout développer la solidarité, comme notre Peuple a toujours su le faire dans son Histoire.

Mais le drame que vivent tous ces hommes, femmes et enfants ne tombe pas du ciel. Il est le résultat du chaos provoqué sur tout le pourtour méditerranéen par les guerres en Irak et en Syrie, par la destruction de l’Etat libyen, par le développement de la dictature en Erythrée. Les Etats européens, et la France en particulier, ne sont pas pour rien dans ce chaos. Et ce ne sont pas de nouveaux bombardements, en Syrie ou ailleurs, qui régleront quoi que ce soit. Si les bombes tombent, de nouvelles nombreuses familles fuiront pour garder la vie sauve ! La seule solution ne peut être que politique. Pour cela, il est temps de dialoguer avec tous ceux qui peuvent y contribuer.

L’attention portée aujourd’hui à juste titre sur les réfugiés pourrait faire penser qu’ils seraient de « bons » migrants, dignes d’être accueillis, tandis que les autres, qui ne fuient « que » la misère et l’absence de perspectives chez eux, devraient être refoulés. Il n’en est rien.

Chacun sait qu’aucun mur, aussi haut soit-il, aucune loi, aussi restrictive soit-elle, n’empêcheront jamais un migrant de tenter sa chance ailleurs s’il n’a aucune perspective d’avenir pour lui et sa famille chez lui.

Et là, il y a une double responsabilité des gouvernements successifs et des grands groupes français, pour s’en tenir à notre pays. Tant que les Bouygues, Boloré, Orange, Areva et les autres continueront de surexploiter les pays subsahariens pour ne prendre qu’eux, sans se soucier le moins du monde de construire du progrès social, tant que les relents de la Françafrique ne seront pas extirpés, nul ne peut s’étonner que de nombreux jeunes Africains, y compris diplômés, viennent tenter leur chance en France. D’autant plus que depuis 1974, l’immigration professionnelle reste fondamentalement impossible légalement. Ici, ces travailleurs migrants « sans papiers » ne prennent le travail de personne. Ils font le travail que personne ne peut accomplir dans les conditions d’ultradisponibilté, d’absence de droits, de salaires au rabais et de semaines à rallonge qui leur sont imposées !

Quand ces salariés se battent collectivement, avec l’appui de la CGT, pour la reconnaissance de leur travail, pour leurs droits de salariés, comme le font par exemple les travailleurs intérimaires des Yvelines depuis le début de l’été, ils se libèrent tout en contribuant à diminuer la concurrence entre les salariés organisée par le Patronat. C’est bon pour eux et pour tous les salariés !

Quand la CGT demande que soit instauré au moins un « forfait social » pour les employeurs d’ici qui emploient des travailleurs « détachés », c’est pour diminuer l’effet d’aubaine pour le donneur d’ordres d’ici, qui profite des différences de cotisations sociales entre pays. Quand le gouvernement va-t-il se décider à l’étudier ?
Tous ces sujets sont graves. Le projet de loi Cazeneuve, qui vient prochainement en procédure accélérée au Sénat après avoir été voté à l’Assemblée cet été, est loin de répondre aux préoccupations. Au contraire.

S’il introduit enfin la possibilité d’une immigration professionnelle légale, il la limite aux travailleurs très qualifiés, que s’arrachent les pays développés d’une façon telle qu’ils organisent en réalité un « pillage des cerveaux » propre à fragiliser encore le développement des pays d’origine.

Et s’il introduit enfin la carte de séjour pluriannuelle, qui est une des revendications de la CGT, ce projet oblige les étrangers salariés, primo-arrivant ou en renouvellement de leurs titres de séjour, à être munis d’un contrat de travail à durée indéterminée ! Que deviennent les nombreux salariés intérimaires ? Ou les salariés en contrat à durée déterminée, comme les enseignants étrangers ? Il est inacceptable que cette loi en l’état revienne sur ce qui a été arraché par des années de lutte des travailleurs migrants !

• Pour un digne accueil des réfugiés,
• Pour la reconnaissance et le respect du travail des salariés migrants,

La CGT appelle à la solidarité entre travailleurs d’ici et d’ailleurs, et notamment appelle aux initiatives et rassemblements intersyndicaux et inter associatifs qui auront lieu dans toute la France les 19 et 20 septembre.

Montreuil, le 15 septembre 2015