La cgt
NOUS SUIVRE
  
Publié le mardi 13 mars 2018
En direct de l’institutionnel

RGPP, MAP… : le bilan intermédiaire de France Stratégie



• Une "focalisation sur la règle du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux a largement occulté les autres aspects de la démarche" pour la RGPP (2007 à 2012), mue par des objectifs essentiellement financiers. La "chronologie" – qui a d’abord vu posée la "règle du un sur deux" puis lancée la définition, en secret, des mesures (300 réformes sur 2007-2010 puis 150 mesures sur 2011-2012) – ne pouvait conduire qu’au soupçon que celles-ci n’avaient pas d’autre objet que le "service" de cette règle, sans considération de la qualité du service rendu.
• une approche "principalement marquée par une logique d’évaluation" "malgré les progrès réalisés dans l’implication de l’encadrement et des agents" pour la MAP (2012-2017).
"Les démarches d’ensemble de modernisation de l’action publique ont fait l’objet de critiques fortes sur leur méthode" et en particulier sur la conduite du changement.

Tels sont les grands enseignements que France Stratégie a livrés à l’occasion de la présentation, lors du deuxième comité de suivi du programme "Action publique 2022", d’un point d’étape du bilan des réformes de l’État précédentes.

Un premier bilan jugé "transparent" par plusieurs organisations syndicales et correspondant aux critiques émises et largement partagées depuis.
Il doit inciter le gouvernement à prendre la mesure des erreurs à ne pas reproduire, préviennent-ils, d’autant que la méthode de conduite d’Action publique 2022 suivie actuellement, jugée "péremptoire", peut laisser penser qu’il "retombe dans les mêmes travers".
Source AEF.