La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Société  >> Logement
Publié le lundi 17 mai 2004

Prestations logement : une attaque sans précédent contre les familles les plus modestes

Logement

Le gouvernement s’apprête à rendre public les décrets et arrêtés d’actualisation des aides personnelles au logement qui devaient l’être depuis le 1er juillet 2003. Il convient de rappeler que les aides au logement concernent quasi exclusivement les ménages et les familles les plus modestes.

Le coût de cette actualisation est estimé à 225 millions d’euros, mais les mesures d’économies ciblées sur certains types de ménages, ramènent cette évolution réelle à seulement 54 millions d’euros.

Ces économies structurelles vont pénaliser les chômeurs, les ménages retraités ayant élevé trois enfants et plus, les ménages modestes dont le couple est salarié. De plus, en dessous d’un droit à allocation de 24 euros par mois, les allocations sont supprimées.

Les actualisations envisagées sont inférieures à la moyenne des loyers, des charges et de l’indice de la construction sur la période considérée.

Alors qu’il est urgent de revaloriser les aides pour répondre aux besoins des familles les plus modestes, ces projets d’actualisation s’inscrivent dans une politique de régression sociale.

La conséquence directe pour ces familles déjà fragilisées est d’aggraver leur insolvabilité face aux bailleurs et de les enfoncer durablement dans la pauvreté.

La Cgt considère qu’il est intolérable de faire supporter aux familles modestes de nouvelles ponctions pour réduire les déficits du budget de l’Etat, tout en accordant des réductions d’impôts aux plus aisés et des exonérations de charges pour les entreprises dont on vérifie par ailleurs, à l’aune du niveau de chômage, l’inefficacité en matière d’emploi.