La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

Métallurgie

Premier accord de rupture collective chez PSA et préconisation à outrance !

vendredi 19 janvier 2018

Si Pimkie a réussi en début de ce mois à éviter la rupture conventionnelle collective (RCC), PSA ne passera pas outre : les syndicats FO, CFDT, CFTC et GSEA, totalisant plus de 58 % des voix, ont indiqué vouloir signer l’accord. Seule la CGT s’est opposée, tandis que la CFE-CGC ne s’est pas encore déterminée. CGT-PSA a publié un communiqué.

La CGT réaffirme sont opposition à la rupture conventionnelle collective (RCC) dans le groupe PSA et regrette que PSA ait recueilli l’accord d’une majorité de syndicats pour son application.
Sans aucun motif, la direction de PSA s’est fixé l’objectif de supprimer 1 300 emplois en RCC et 900 « congés seniors » (départs anticipés) tout en prévoyant d’embaucher 1 300 CDI en 2018, alors que 25 000 emplois ont été supprimés depuis cinq ans.
Dans le même temps, PSA annonce une augmentation au recours au travail intérimaire, alors qu’on en compte déjà plus de 8 000.
D’un point de vue financier, le groupe annonce quatre mois de salaire supplémentaires pour les salariés des sites d’Île-de-France qui partiront du groupe avant le 31 juillet 2018, en plus du barème actuel.
Après l’annonce de la fermeture de PSA La Garenne Colombes en 2018, la CGT craint qu’un mauvais coup se prépare à l’usine de Saint-Ouen (93), puisque la direction locale communique, depuis plusieurs semaines, en affirmant que le site est en « décroissance pilotée ».
Pour la CGT, PSA n’a pas de scrupule et aucun respect pour ses salariés, à qui le groupe doit pourtant ses excellents résultats financiers.

La CGT réclame :
• que les congés seniors soient accompagnés d’une embauche en CDI pour chaque départ ;
• qu’un plan d’embauches massives des intérimaires et de privés d’emploi soit mis en place ;
• résultat opérationnel : 3,235 milliards d’euros pour 2016 soit une augmentation de 18%.
PSA, une situation florissante :
· le bénéfice est passé de 1,2 milliard en 2015 à 2,15 milliards en 2016 ;
· la trésorerie nette s’élève à 11,292 milliards d’euros pour 2016 ;
· une enveloppe totale de 388 millions pour les actionnaires ;
· au premier semestre 2017, le chiffre d’affaires de la division automobile a progressé de 5 % par rapport à 2016 soit 2,917 milliards d’euros :
• 287 millions d’aides publiques les quatre dernières années,
• en juillet 2017, c’est le rachat d’Opel pour 1,32 Milliard d’euro,
• en 2017 le groupe à explosé ses records de ventes en 2017 avec 3,6 millions de véhicules vendus (+15,4 %).

Pour la CGT, le développement de l’emploi devra passer par une réduction du temps de travail, avec des investissements massifs pour améliorer les conditions de travail, mais aussi développer les nouvelles technologies et non pas pour dégager plus de profits pour les actionnaires. La politique de PSA est indécente et le comportement du gouvernement, qui laisse faire, est inadmissible !