La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> La CGT communique

Culture

Pour une reconquête des politiques publiques culturelles

lundi 18 juillet 2011

Déclaration commune de la CGT, de la Fédération CGT du Spectacle,
de l’Union départementale CGT du Vaucluse,
et de la CGT Culture au Festival d’Avignon

texte en pdf

Jean Vilar nous a appris que le théâtre, la culture « est une nourriture aussi indispensable à la vie que le pain et le vin…Le théâtre est donc au premier chef, un service public, tout comme le gaz, l’eau, l’électricité ».
Comme nous le rappelait Paul Puaux, « Le festival d’Avignon, c’est votre histoire ». Cette histoire au service des « classes laborieuses », de la création, de l’accès à la culture au service de l’émancipation de chacun et l’épanouissement de tous, demeure un combat.

Depuis des années l’Etat se désengage de ses missions fondamentales et contraint les collectivités à en faire de même.
Après quatre années de réformes libérales, le service public dans son ensemble est affaibli.
La culture n’est pas épargnée. Austérité et coupes budgétaires, Révisions Générales des Politiques Publiques (RGPP), restructurations successives et destructions d’emplois, réformes des collectivités territoriales et de leur fiscalité, précarité accrue des professions et des statuts ont d’ores et déjà fait des dégâts considérables.
Les spectateurs sont méprisés, les créateurs et le monde du travail du spectacle, de l’audiovisuel et de la culture sont maltraités.
Le monde des affaires s’est emparé des affaires de l’esprit.
Les créateurs et les travailleurs du Festival ont à nouveau réaffirmé ensemble le 14 juillet : La culture, les œuvres de l’esprit ne sont pas une marchandise ; Le Service public n’est ni un concept, ni l’héritage d’un passé dépassé. L’intervention publique doit servir l’intérêt général et non les intérêts d’une minorité.

La CGT, avec toutes celles et ceux - artistes, acteurs culturels, professionnels, personnels, agents du ministère, spectateurs - qui unissent leurs efforts pour résister, non sans succès, aux orientations gouvernementales, entend de nouveau interroger les responsabilités publiques.
Pour nous démocratie sociale et démocratie culturelle sont indissociables.
La campagne nationale que vient de lancer la CGT pour la reconquête des Services publics sera un moyen pour inventer, construire et agir ensemble.
Cette ambition ne peut ni se penser ni exister sans une politique publique culturelle, sans un ministère conforté et refondé, sans une loi d’orientation et de programmation pour la culture, garante de l’exception culturelle, de droits sociaux, d’emplois de qualité et de moyens pour l’ensemble des créateurs, des travailleurs du monde du spectacle et de la culture, de l’accès du plus grand nombre aux œuvres de l’esprit.

Le 18 juillet 2011