La cgt
NOUS SUIVRE
  
Publié le mardi 11 avril 2017
Paprec La Courneuve

Pour la réintégration de Mahamadou Kante la lutte continue !



Le groupe Paprec a été fondé et est dirigé depuis sa création par Jean-Luc Petithuguenin. Il est passé en 25 ans de 45 à 8000 salariés répartis sur plus de 200 sites en France et en Suisse. Son chiffre d’affaires atteint 1,4 milliard d’euros.

Le communiqué émanant de l’Union locale de La Courneuve, que nous reproduisons ci-après, illustre la brutalité de cette entreprise à l’encontre des salariés et des syndicalistes CGT.

Paprec La Courneuve : Pour la réintégration de Mahamadou Kante la lutte continue !
Le 31 mars, plus d’une centaine de militants ont répondu à l’appel de la CGT 93 à se rassembler devant Paprec Île-de-France pour dénoncer la répression dont sont victimes les élus et mandatés CGT dans les entreprises de La Courneuve et leur apporter leur solidarité militante et financière.

La direction de l’entreprise Paprec organise de façon méthodique la répression syndicale. Refus de réintégrer le représentant de la section syndicale CGT de Paprec Île-de-France à son poste, malgré les demandes réitérées de l’inspection du travail ; pression sur des candidats CGT aux élections professionnelles de Paprec Chantiers pour qu’ils retirent leur candidature ; convocation trois semaines après sa désignation du représentant de la section syndicale CGT de Paprec Transport et Valorisation pour un entretien disciplinaire ; licenciement d’un salarié de Corbeille Bleue pour 7 minutes de retard sur trois jours, qualifiées de faute grave…

Ces atteintes aux libertés syndicales ne sont bien évidemment pas sans conséquences humaines et sociales. Car comment payer son loyer ou la cantine des enfants quand son salaire n’a pas été payé ? Comment faire aboutir ses démarches administratives quand l’employeur ne délivre pas les fiches de paye ? Réalité qui ne semble pas atteindre cette entreprise aux 1,5 milliard de chiffre d’affaires !
L’Union locale CGT La Courneuve a saisi la justice en référé pour demander la réintégration du représentant de la section syndicale de Paprec Île-de-France, Mahamadou Kante et le paiement de l’intégralité de ses salaires. L’audience a eu lieu le 24 mars, la décision du tribunal sera connue le 26 mai.

La mobilisation a obligé la direction de Paprec à accepter une rencontre le 5 avril. Une discussion de sourds puisque Paprec continue de piétiner la décision de la direction du travail en refusant de réintégrer notre représentant syndical Mahamadou Kante. On peut regretter que le PDG de Paprec ne s’intéresse pas autant à la démocratie à l’intérieur des murs de son entreprise qu’à l’extérieur ! La justice a annulé le 31 mars les élections professionnelles à Paprec Chantiers car la « sincérité du scrutin avait nécessairement été faussée » par les manœuvres de la direction de Paprec pour empêcher le dépôt de candidatures CGT.

Aussi la CGT a décidé d’élever le rapport de force, pour rétablir Mahamadou Kante et le représentant de la section syndicale CGT de Paprec Transport et Valorisation dans leurs droits !

Face à la brutalité de la direction, la CGT n’exclut aucune initiative d’ampleur dans les prochains jours. Par ailleurs, en prenant appui sur le soutien d’un certain nombre d’élus du territoire, nous allons interpeller lors du prochain conseil communautaire de Plaine Commune l’ensemble de l’assemblée et son président, afin de les alerter et de les sensibiliser sur la question du respect des libertés syndicales. Il convient que les élus prennent aussi leur part de responsabilité pour ne pas laisser un prestataire assurant une délégation de service publique, se vautrer ainsi dans une telle immunité.

La Courneuve, le 11 avril 2017