La cgt
NOUS SUIVRE
  
Publié le vendredi 20 mars 2009
Journée de mobilisation du 19 mars

Message de solidarité de la Fédération des services publics CGIL (ITALIE)



Chers camarades,

62% des français soutiennent la journée de mobilisation « sous la forme de grèves et de manifestations dans tout le pays » de demain 19 mars 2009 pour protester contre les politiques économiques du Président Sarkozy.

La CFDT, FO, la CFTC, la CFE-CGC, la CGT, la FSU, Solidaire et l’UNSA continue à montrer leur unité syndicale construire sur la base de la journée de grève générale du 29 janvier 2009 parce que les mesures contre la crise sont trop fragmentaires pour avoir la capacité de changer le cours de la politique économique dans cette période difficile.

Nous savons que le Président français Nicolas Sarkozy refuse d’augmenter le salaire minimum, de changer sa politique sur l’emploi dans le secteur public, et refuse aussi de revenir sur l’imposition des heures supplémentaires ; les licenciements continuent tout cela amplifiant la récession économique actuelle pour les travailleurs français.

La Fédération des services publics de la CGIL se sent très proche des syndicats et des travailleurs français. Elle leur exprime sa plus grande solidarité. Les mêmes questions se posent en Italie où le Gouvernement italien de Silvio Berlusconi continue à nier la gravité de la crise et prétend faire payer la crise par les plus faibles et les services publics uniquement.

Nous avons besoin, dans le cadre d’EPSU et du SPI, de défendre les citoyens, les travailleurs et les services publics partout. Alors que la réponse des gouvernements dans toute l’Europe est de faire cadeau de milliards aux banques en faillites et aux grandes entreprises, ils continuent à prévoir des coupes sombres dans les services publics vitaux. Les syndicats en Europe exigent que la population passe en premier, que des actions urgentes soient adoptées pour une société plus juste et pour aider les travailleurs à faire face à la crise. Les travailleurs ne doivent pas payer une crise qu’ils n’ont pas provoquée.

Dans dix jours, nous le savons, les chefs des 20 pays les plus riches du monde vont se réunir à Londres pour essayer de trouver une issue à la crise financière globale.

Pour cette raison, la fédération de la Fonction publique CGIL et d’autre organisations syndicales européennes rejoignent à UNISON avec beaucoup d’autres organisations le 28 mars à Londres pour dire à ces dirigeants qu’il est temps de faire passer les personnes en premier. Nous devons trouver les moyens de lutter contre la pauvreté, le changement climatique et de donner aux gens des emplois décents et des services publics de qualité. Nous voulons une nouvelle donne pour une Europe Sociale. En agissant ensemble, nous pouvons atteindre nos objectifs.

Solidarité,

Carlo Podda
Secrétaire général