La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

Égalité Femmes/Hommes

Même les experts proches du patronat reconnaissent les bienfaits de l’égalité salariale

vendredi 24 novembre 2017

La Fondation Concorde, d’orientation libérale, a récemment livré une étude montrant les avantages économiques de la suppression des inégalités salariales Femmes/Hommes.

© Corinne Rozotte / Divergence images

Une récente publication de l’Insee fait état d’un écart de 18,4 % en moyenne et en équivalent temps plein entre les salaires des femmes et des hommes.
Dans la réalité, en tenant compte du fait qu’elles subissent une précarité plus forte, les femmes gagnent un quart de moins que les hommes (cf. le livre de Rachel Silvera, Un quart de moins, 2015). Les femmes sont discriminées dans les autres pays aussi.

Cette situation scandaleuse est à l’origine d’un mouvement d’arrêt de travail une fois par an vers 15 heures en signe de contestation. Initié en Islande, ce mouvement a fait des émules. Ainsi, le 8 mars 2017, dans plusieurs pays européens dont la France, les femmes ont arrêté le travail à 15 h 40 pour réclamer haut et fort : à travail égal, salaire égal !

L’égalité salariale est bonne pour l’économie

Dénonçant ce scandale, la CGT, comme nombre d’autres organisations et de chercheurs, souligne depuis longtemps que l’inégalité salariale femmes/hommes est inadmissible non seulement du point de vue éthique et social, mais aussi du point de vue économique.

Une étude récente de la Fondation Concorde, organisme d’orientation libérale – donc loin de partager notre idéologie – confirme à son tour que l’égalité femmes/hommes est bonne pour l’économie. Selon cette étude, l’écart de salaire net versé entre les femmes et les hommes est en moyenne de 3 525  euros par an. Sur l’ensemble de l’économie, cela représente près de 34,6  milliards d’euros par an.

À partir de là, les experts de la Fondation Concorde posent la question de savoir ce qui va se passer sur le plan économique si cet écart est éliminé. Autrement dit : quel serait l’effet de l’égalité salariale femmes/hommes sur la consommation des ménages, les recettes de la Sécurité sociale, les caisses de l’État, l’investissement des entreprises et la croissance économique…

Leurs calculs sont sans doute discutables. On peut aussi et surtout être en désaccord avec les conclusions qu’ils en tirent (par exemple, l’allègement de 33 milliards d’euros par an des cotisations sociales). Il n’en reste pas moins que ces calculs confirment la nécessité, également d’un point de vue économique, de mettre fin à l’inégalité salariale femmes/hommes.

Effets sur la consommation, la croissance et l’emploi

D’après ces calculs, grâce à l’égalité salariale femmes/hommes, la consommation des ménages augmenterait de 22 milliards d’euros et leur épargne de 6,2 milliards d’euros. La hausse de la consommation entraînerait une hausse du taux de croissance économique de 0,16 point, et donc une hausse de l’investissement des entreprises. L’ensemble de ces évolutions permettrait de créer 26 000 emplois supplémentaires par an.

Effets sur le budget de l’État et les caisses de Sécurité sociale

Le surplus de la consommation et de la croissance conduirait aussi à une hausse de 34 milliards des recettes de l’État et de la Sécurité sociale, de la manière suivante :

  • hausse de la TVA : 3,83 milliards d’euros ;
  • hausse de l’impôt sur le revenu : 5,4  milliards d’euros ;
  • hausse des cotisations sociales (salariales et patronales) : 24,4 milliards d’euros.

Les ressources générées grâce à l’égalité salariale femmes/hommes pourraient être utilisées ensuite pour améliorer la qualité des services publics et mieux répondre aux attentes des citoyens. Contrairement à ce que prétendent les libéraux et le patronat, le progrès social est ainsi positif pour l’économie.

Retrouvez cet article (et bien d’autres) dans la lettre du pôle économique CGT.