La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> La CGT communique

Raffinerie

Les solutions existent pour le redémarrage de la raffinerie de Lyondellbasell

mercredi 7 mai 2014

Communiqué commun de la CGT, de la Fédération Nationale des Industries Chimiques, de la Fédération Nationale des Ports et Docks
et de l’Union Départementale CGT des Bouches du Rhône

PDF - 145.4 ko
Texte en pdf

Le 16 avril dernier, la direction de LyondellBasell a annoncé aux représentants du personnel de la société, l’arrêt des négociations avec la société Sotragem pour la reprise et le redémarrage de la raffinerie de Berre l’Etang.

De ce site dépend l’activité de nombreuses usines alentour, de KemOne à Fos sur Mer au complexe de Lavéra, en passant par de nombreux liens aux ramifications très étendues, qui incluent bien entendu l’activité portuaire de Marseille.

La mise sous cocon de la raffinerie, obtenue de haute lutte par les salariés il y a deux ans, en alternative à sa fermeture pure et simple, a permis jusqu’à aujourd’hui de maintenir l’éventualité de continuer cette activité industrielle, vitale pour la région comme pour l’avenir de la filière du raffinage en France.

Depuis l’arrêt des raffineries de Total Flandres et Petroplus Reichstett et Petit Couronne, aucune raffinerie en France n’a récupéré les volumes disparus, qui ont été au litre près, remplacés par des produits finis importés d’Asie et fabriqués dans des conditions sociales et environnementales dégradées. Aujourd’hui, l’importation de produits finis représente plus de la moitié de la consommation du marché intérieur.

Notre pays a besoin d’une véritable politique industrielle permettant de développer et pérenniser nos industries, de préserver nos savoir-faire et nos emplois et capable de dégager les moyens pour la recherche et l’innovation, cela au service de tous et non du monde de la finance.

Depuis quelques jours, la direction de LyondellBasell communique abondamment sur la dépollution du site dans l’hypothèse de sa fermeture.

Le gouvernement semble s’être résigné à cette éventualité. Il existe pourtant bel et bien un repreneur solide, qui a depuis des mois, répondu positivement, du point de vue financier comme du point de vue technologique, à une liste d’exigences élaborée par LyondellBasell.
A chaque étape de ce processus, le gouvernement a validé les réponses de Sotragem.

Tout se passe comme si LyondellBasell refusait tout bonnement de vendre.

Face aux enjeux sur l’activité économique et les emplois de la région, mais aussi leurs répercussions dans la filière pétrolière et pétrochimique en France, la CGT estime que le gouvernement doit envisager toute solution pour qu’enfin redémarre la raffinerie de Berre l’Etang, ce fleuron de notre industrie, et s’il le faut, envisager une nationalisation transitoire de manière à ce qu’à terme, l’ensemble du site de Berre et de la filière aval soit enfin pérennisé.

La CGT soutient les salariés du site qui seront en grève le 3 juin prochain.

Montreuil, le 7 mai 2014