La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches
  • Finances publiques
    Argumentation fallacieuse sur le prélèvement à la source ›››

    Les partisans du prélèvement à la source usent du même argument depuis le départ : « La contemporanéité de l’impôt » (l’impôt payé au mois M correspond aux revenus que le contribuable perçoit ce même mois). Ce n’est malheureusement pas vraiment le cas... Retour sur cette tromperie avec la fédération CGT des finances. L’impôt sur le revenu est progressif : son taux est différent en fonction du niveau des revenus perçus (plus on est riche, plus le taux (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Commerce
    Lettre ouverte à la ministre du Travail ›››

    La Fédération CGT Commerce, Services et Distribution observe depuis des années une recrudescence de faits intolérables touchant les salarié·e·s de nos champs professionnels. Récemment, l’actualité s’est faite le relais d’affaires graves touchant à l’intégrité physique et morale des salarié·e·s. Aujourd’hui, la Fédération interpelle officiellement le ministère du Travail pour qu’il mette un terme à ces situations de souffrance au travail. Madame la (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Discrimination syndicale
    Bilal Coulibaly a été réintégré ›››

    Bilal Coulibaly, employé d’Acqua, entreprise de nettoyage sous-traitante de l’Hôtel du Collectionneur, un établissement 5 étoiles à Paris, a été réintégré après annulation de sa procédure de licenciement. Le 20 septembre, ce délégué du personnel CGT était agressé physiquement par un employé d’Acqua à qui il demandait de cesser de menacer les femmes de chambre, qui avaient adhéré massivement à la CGT-Hôtel de prestige et économiques. La direction d’Acqua, (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Énergie
    Engie prône la fin des tarifs réglementés de vente ›››

    La fédération nationale mines-énergie CGT (FNME-CGT) dénonce la proposition insensée du groupe gazier et rappelle ses revendications dans un communiqué paru le 10 octobre. S’inscrivant dans la continuité des ordonnances, le groupe Engie s’est rapproché du gouvernement pour proposer l’adoption très rapide d’une loi qui programme l’extinction des tarifs réglementés de ventes (TRV) de gaz et d’électricité. Il demande notamment qu’y soient inscrits : (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Ordonnances Macron
    Mobilisons nous le 19 octobre !! ›››

    À l’issue d’une rencontre intersyndicale qui a réuni l’ensemble des syndicats (CGT, CFDT, FO, CFTC, FSU, Unsa, Solidaires, Unef, UNL et FIDL) le 9 octobre au siège de la CGT, les organisations syndicales ont décidé de se revoir le 24 octobre prochain, « pour faire le point sur l’ensemble des réformes du gouvernement : loi travail, baisse des APL, hausse de la CSG, réformes à venir de l’apprentissage, de la formation professionnelle et de la retraite », (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Formation professionnelle
    Le conseil régional Nouvelle-Aquitaine maintient l’aide pour la restauration et l’hébergement des stagiaires de l’Afpa ›››

    À l’issue de plusieurs discussions entre la CGT Afpa et le conseil régional, les stagiaires demandeurs d’emploi pourront continuer de bénéficier d’un accès aux services de restauration et d’hébergement pour un prix modique. Suite à la parution en juin du dernier appel d’offres « formation », la CGT Afpa avait alerté l’opinion publique sur la disparition de l’aide accordée jusqu’alors par le conseil régional Nouvelle-Aquitaine aux demandeurs d’emploi en (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Commerce
    Nouveau plan social chez Intermarché ›››

    Lors du comité central d’entreprise des 5 et 6 octobre 2017, la direction d’Intermarché Logistique (ITMLAI) a annoncé un nouveau plan social qui impactera 133 approvisionneurs alimentaires, 6 responsables approvisionneurs région et 126 caristes sur les bases frais. Un total de 265 salariés seront donc concernés par cette restructuration. Au vu du faible nombre de propositions de reclassement envisagées, de nombreux salariés seront licenciés. De (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Commerce
    A Monoprix, pas d’arrêt du travail après le suicide d’un employé ›››

    Un salarié de l’enseigne Monoprix du Raincy, en Seine-Saint-Denis, s’est suicidé sur son lieu de travail jeudi 5 octobre au matin. Employé du magasin depuis trente-quatre ans, il se serait défenestré, peu après avoir pris son service à 6 heures, du 3e étage du bâtiment, situé sur l’avenue de la Résistance, près de la gare RER du Raincy. Une enquête a été ouverte par le commissariat du Raincy, et une cellule psychologique mise en place, selon la directrice de (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Santé et travail
    400 médecins poursuivis par les employeurs chaque année ›››

    Une disposition réglementaire permet, depuis 2007, aux employeurs de poursuivre, devant l’ordre des médecins, des praticiens qui auraient établi un lien entre la pathologie du patient et ses conditions de travail dans leurs certificats. Une thèse de médecine, récemment publiée, a évalué ces plaintes et leurs conséquences entre 2011 et 2015. Il en ressort : qu’entre 2011 et 2015, les plaintes d’employeurs ont doublé alors que les autres motifs de (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Fédérations Finances et Banques et assurances
    Paris au secours des exilés du Brexit... ›››

    La fédération des banques et assurances et la fédération des finances signent un communiqué commun pour dénoncer les mesures inquiétantes présentées par Édouard Philippe le 7 septembre dernier. Alors que les salariés du privé vont encore perdre des droits au profit du patronat avec la réforme du Code du travail (plafonnement des indemnités prud’homales, fusion des instances représentatives, inversion de la hiérarchie des normes, réduction du périmètre (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Victoire syndicale
    La CGT Flunch remporte les élections professionnelles ›››

    Arrivée en tête dès le premier tour, la CGT Flunch a produit un communiqué pour remercier ses électeur, que nous vous retranscrivons ci-dessous. « La CGT Flunch tien à remercier tous les électeurs qui lui ont fait confiance lors des élections professionnelles du 26 septembre au 3 octobre 2017 (1er tour). Au niveau national, de 28,31 %, la CGT est passée à 34,03 %, et renforce sa position de première organisation syndicale représentative au sein (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Métallurgie
    Les salarié de General Electric Grenoble resteront mobilisés tant que le PSE supprimant 345 emplois ne sera pas retiré ›››

    La fédération métallurgie a produit un communiqué ce vendredi 6 octobre pour interpeller l’État quant à l’intolérable suppression d’emplois de General Electric Grenoble, que nous reproduisons ci-après. Depuis le 4 octobre 2017, les salariés de General Electric Grenoble occupent l’entrée du site, avec le soutien des élus locaux et des citoyens. Le 4 juillet 2017, General Electric a décidé de supprimer 345 emplois sur 800 à Grenoble. Suite à cette (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Métallurgie
    Pour une nouvelle convention, les métallos appellent à la mobilisation ›››

    Le 13 octobre prochain, la Fédération CGT de la métallurgie appelle à la mobilisation. « Elle porte depuis de nombreux mois un projet de convention collective qui concerne aussi bien l’ouvrier que le cadre », explique Stéphane Flégeau, de la CGT métallurgie, dans cette interview vidéo. La fédération se bat surtout contre le projet patronal de convention collective, « une véritable régression moyenâgeuse. Le patronat veut nous faire revenir au paiement à (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Transports
    Les conducteurs font plier le gouvernement et appellent à la mobilisation le 10 octobre !! ›››

    Suite aux mobilisations du 12, du 21 et notamment du 25 septembre par les salariés des transports, se tenait, hier, une commission paritaire de branche réunissant l’ensemble des organisations syndicales et patronales composant l’ensemble des secteurs d’activités. A l’ordre du jour : la sécurisation de la rémunération dans les transporteurs, mise à mal par les ordonnances Macron. Cette réunion paritaire faisait suite à la concertation provoquée par (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Les entretiens de l’IHS
    Histoire et décadence de la CSG ›››

    D’où vient-elle ? Où va-t-elle ? La contribution sociale généralisée (CSG) a maintenant 26 ans et rentre dans sa maturité. L’occasion, au moment où les pouvoirs publics souhaitent lui assurer un avenir prometteur, de faire le point sur son passé encore frais, en compagnie de Gérard Rodriguez, du conseil d’administration de l’IHS. Nous publions les quatre premiers épisodes de notre série, composée de 13 épisodes. 1- Quand la CSG a-t-elle été créée ? Par (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Victoire syndicale
    Les travailleurs sans-papiers des Burger King parisiens obtiennent gain de cause ›››

    Exploités par le sous-traitant pour le nettoyage du géant de la restauration rapide, des salariés sans-papiers s’étaient battus pour dénoncer leurs conditions de travail inhumaines et pour obtenir leur régularisation. « Chaque nuit, je commence à minuit et je ne finis jamais avant 4 heures ou 5 heures. Le mardi, je dois même rester jusqu’à 6 heures 30, car on me demande d’attendre que le manager de Burger King arrive avant de partir. Mais je ne suis (...)
    Voir tout le texte ›››
  • GM&S
    Lacrymogènes contre les salariés et élus locaux ›››

    A l’occasion du déplacement du chef de l’Etat à Egletons en Corrèze, les salariés de GM&S - dont l’usine a été reprise par le groupe GMD - accompagnés de nombreux élus locaux, espéraient une rencontre pour obtenir des garanties d’accompagnement des 156 licenciés du site (lire notre article). Ils ont été accueillis par la gendarmerie mobile et des gaz lacrymogènes. La préfecture de la Creuse a par ailleurs déclaré qu’Emmanuel Macron n’irait pas à (...)
    Voir tout le texte ›››
  • International
    Syndicaliste en Afghanistan : un combat pour la paix ›››

    Comment passer de commandant des moudjahidines à président de la principale confédération syndicale afghane ? « Avec l’invasion des soviétiques en 1979, il a fallu libérer le pays et prendre les armes », nous a expliqué Maroof Qaderi, ex-commandant moudjahidine donc. Par la suite, il a fallu encore se battre pour restaurer le droit de militer interdit par les Talibans et autorisé de nouveau en 2014. Devenir le président de NUAWE, syndicat créé en 1964, (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Actualité juridique
    Pour la Cour européenne des droits de l’Homme, l’accès aux mails privés d’un salarié est prohibé ›››

    Cette contribution de Philippe Boislandon, conseiller du salarié CGT à Lyon, a été publié sur le site du commerce et services CGT. Jusqu’où un employeur peut il aller dans la surveillance des e-mails de ses salariés ? Cette question a donné lieu a un arrêt récent de la Cour Européenne des Droits de l’Homme en date du 5 septembre 2017, qui rappelle les limites à la surveillance de la messagerie des salariés. Les faits : Un ingénieur roumain a été (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Commerce
    Les salarié·e·s d’Hôtel Park Hyatt Vendôme arrachent 225 € d’augmentation ! ›››

    La société STN Groupe, sous-traitante pour l’hôtel Park Hyatt Vendôme à Paris, vient de signer un accord avec la CGT-Hôtel de prestige et économiques (HPE). Les femmes de chambre, équipiers et gouvernantes vont voir leurs salaires revalorisés de 225 € bruts par mois en moyenne et ont obtenu une deuxième journée par an au titre de l’habillage-déshabillage ainsi qu’une journée supplémentaire de congés payés après cinq ans d’ancienneté. Belle victoire (...)
    Voir tout le texte ›››

Négociations de la Convention assurance chômage

Les propositions de la CGT

mercredi 9 mars 2016 , par Alessandro Vitagliano
Dans cette vidéo Eric Aubin, dirigeant de la CGT, nous parle des propositions de la CGT dans la négociation assurance chômage.

Cet article vise à faire connaître les propositions de la CGT dans la négociation assurance chômage. Elles ont été construites à partir du constat partagé suivant :
la précarité est un fléau dans notre société et un coût pour l’assurance chômage,

• les entreprises usent et abusent des ruptures conventionnelles, notamment concernant les seniors,
• tous les clignotants sont au rouge : chômage des jeunes, des seniors et de longue durée,
• la durée au chômage augmente,
• Les employeurs n’assument pas leurs responsabilités en matière de formation de leurs salariés.

Avec ces propositions, la CGT entend améliorer le sort des demandeurs d’emploi dont seuls 43,3 % sont indemnisés. Elle vise l’objectif d’un accompagnement qui leur permette un retour à l’emploi dans de bonnes conditions.
Elle entend réduire le déficit en s’attaquant aux causes.

C’est dans cet esprit que la délégation CGT c’est rendue à ces négociations en ayant l’ambition d’apporter une nouvelle pierre à la construction d’une sécurité sociale professionnelle.

Situation de l’Unedic

La CGT a donc construit ses propositions en s’atta- quant aux causes du déficit et avec l’objectif de construire une sécurité sociale professionnelle amé- liorant la vie des salariés et des demandeurs d’emploi.

Les deux principales causes du déficit de l’Unédic sont :
1. la précarité ;
2. conséquences de mesures qui amènent à un transfert de caisses.

1. La précarité

Selon les services de l’Unédic, la précarité coûte à l’assurance chômage près de 9,3 milliards d’euros.

Derrière précarité, il faut entendre :
• contrats courts ;
• temps partiel, activité réduite.
Dans la dernière convention, une sur cotisation a été mise en place. Elle n’a rapporté que 70 millions d’euros contre 150 attendus. Si on prend la mesure compensatrice qui permettait aux employeurs de bénéficier d’une réduction des cotisations pour les embauches de salariés de moins de 26 ans qui a coûté 74 millions, le solde est négatif à hauteur de 4 millions d’euros.
De plus, les contrats d’intérim ont été écartés de la sur cotisation avec l’argument selon lequel le PRISME s’engageait à créer 20 000 CDI intéri- maire. Aujourd’hui, 2 882 ont été créés.
L’objectif n’a donc pas été atteint.

Propositions de la CGT
Niveau de cotisation
Sur cotisation des contrats courts et à temps partiel
CDD et intérim :
• contrat de moins de un mois : 12,40 % de cotisation patronale,
• contrat de un à deux mois : 10,40 % de cotisation patronale,
• contrat de deux à six mois : 8,40 % de cotisation patronale.

Pour tout contrat supérieur à six mois ou en CDI, le taux normal est appliqué, soit 6,4 %. Seuls seraient exclus de cette taxation les remplacements pour maladie, congé maternité, congé parental, formation.

Les contrats à temps partiels de moins de 24 h hebdomadaires seront taxés sur la base d’un temps plein, la sur cotisation salariale étant prise en charge par l’employeur.

Mieux indemniser les plus précaires
Aucune indemnisation ne doit être inférieure au seuil de 80 % du Smic.

Activité partielle, y compris pour l’intérim
Le salarié reprenant une activité réduite pourrait cumuler ses salaires avec les allocations perçues. La limite étant soit l’atteinte du Smic pour ceux dont l’indemnisation est inférieure au Smic, soit le dernier salaire pour les autres.

2. Conséquences de mesures qui amènent à un transfert de caisses

Une autre cause du déficit, au-delà des conséquences liées à la crise, est liée à des évolutions législatives, des accords qui ont eu des effets de transfert de caisse, c’est le cas notamment :

• des ruptures conventionnelles dont le nombre de 2 millions, depuis la création, a été franchi en octobre dernier et les 350 000 pour l’année 2015 alors que les démissions sont en baisse. Avec les ruptures conventionnelles, nous avons un effet d’aubaine certain, notamment concernant le chômage des seniors qui résulte plus de pré-retraites déguisées ;
• le report de l’âge légal de départ en retraite de 60 à 62 ans qui renvoie nombre des plus de 60 ans à l’assurance chômage.

Une des conséquences est notamment l’allongement de la durée du chômage avec :

• pour le chômage de longue durée :
– chômeurs de un an à moins de deux ans : +81000 en un an,
– chômeurs de deux à trois ans : + 20 100 en un an,
– chômeurs de plus de trois ans : + 114 800 en un an,

• pour la durée moyenne du chômage des plus de 50ans :
– 546 jours contre 518, soit + 28 jours en un an.

Si le chômage des jeunes de moins de 25 ans baisse sur un an de 4,5 % en catégorie A, notamment sous l’effet des contrats aidés, il augmente de 7,8 % en catégorie B et C. La durée moyenne d’indemnisation des jeunes de moins de 25 ans augmente de six jours pour passer de 162 à 168 jours.

La part des demandeurs d’emploi indemnisés au titre de l’assurance chômage, toutes catégories confondues (A, B, C, D, E), est de 44 % en intégrant les demandeurs d’emploi indemnisés au titre de la solidarité nationale.

La CGT propose de revoir les droits.
Conditions pour être indemnisé, nous proposons :
• pour les primo demandeurs d’emploi, l’abaissement de quatre à deux mois pour être indemnisé ;
• de porter la durée d’indemnisation de 24 à 30 mois et de 36 à 60 mois pour les seniors ;
• de revenir au différé d’indemnisation de 75 jours ;
• pour les démissions autres que celles relevant de motif légitime recensé, la CGT propose un passage en IPR pour étude de la situation du demandeur d’emploi avec examen des motifs ayant conduits à la démission pour une admission immédiate selon les règles fixées ;
• lorsque des salariés se retrouvent au chômage suite à la défaillance de leur employeur, fait constaté par un PV de l’inspection du travail ou par une prise d’acte, les droits à indemnisation sont ouverts sur la base des bulletins de salaire jusqu’à régularisation ultérieure par le mandataire judiciaire ;
• droits rechargeables.
Les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi et indemnisés par le régime d’assurance-chômage bénéficient d’un compte rechargeable qu’ils pourront activer à la fin de leurs droits ouverts en tenant compte des éléments suivants :
• un jour de travail égal à un jour de droits ;
• période de référence d’activation du droit rechargeable équivalente à la durée de l’ouverture du droit ;
• niveau d’indemnisation : le demandeur d’emploi, au bout d’un mois de travail consécutif peut demander le recalcul de son taux. Les périodes de formation de maternité et de maladie sont neutralisées.

Exemple : Chômeur avec vingt-quatre mois de droits ouverts
Un demandeur d’emploi a une période de vingt-quatre mois ouverts. Durant ces vingt-quatre mois, il retravaille à plusieurs reprises pour une durée totale de quarante-cinq jours. À l’issue des vingt-quatre mois, il se verra ouvrir un droit supplémentaire de quarante-cinq jours d’indemnisation.

Emploi des seniors

On observe une hausse du nombre de demandeurs d’emploi senior catégorie A de près de 70 % en quatre ans. Pour les plus de 60 ans, une hausse de 874 % toutes catégories confondues.
Sur les 128 400 demandeurs d’emploi supplémentaires sur un an, 74 500 ont plus de 50 ans.
Le chômage des seniors continue de croître pour atteindre 1 269 000, soit 47 % du total des demandeurs d’emploi catégories A, B et C.
80 % des ruptures conventionnelles sont à l’initiative de l’employeur.

La CGT propose que
• l’employeur qui est à l’origine d’une rupture conventionnelle d’un salarié âgé de plus de 50 ans contribue à l’assurance chômage à hauteur de 12 % du montant de la transaction ;
• celui qui est à l’origine d’une rupture conventionnelle d’un salarié âgé de plus de 55 ans contribue à l’assurance chômage à hauteur de 10 % du montant de la transaction ;
• celui qui est à l’origine d’une rupture conventionnelle d’un salarié âgé de plus de 60 ans contribue à l’assurance chômage à hauteur de 8 % du montant de la transaction.
Cette contribution ne peut, en aucun cas, être retenue sur le montant de la transaction qui bénéficie au salarié.

Déplafonnement

Il ne peut y avoir déplafonnement des cotisations sans déplafonnement des prestations.
Selon une note de l’Unédic, environ 133 000 personnes seraient concernées par un déplafonnement des cotisations pour un nombre de 1 200 qui le seraient par un relèvement des prestations. L’économie réalisée serait de l’ordre de 700 millions d’euros.

La CGT propose :
• un déplafonnement simultané des contributions et des allocations.

Formation des demandeurs d’emploi

Comme le soulignait la DARES dans une enquête de septembre 2014 sur la mise en œuvre du CSP, « les bénéfices de la formation sont d’autant plus importants pour les [demandeurs d’emploi] adhérents au CSP que ceux-ci sortent tout juste de l’emploi et se projettent très vite dans l’emploi »

Par ailleurs, l’ambition affichée du gouvernement de former plus de demandeurs d’emploi et de trouver les financements correspondants ne doit pas occulter la responsabilité des employeurs en matière de formation.

La qualification est la meilleure garantie pour le maintien dans l’emploi, tout en étant un élément pour la compétitivité des entreprises.

C’est pourquoi la CGT propose :
Lorsqu’un demandeur d’emploi s’inscrit à Pôle Emploi et peut justifier d’au moins vingt-quatre mois de travail dans les cinq dernières années dans son ou ses précédents emplois, il doit bénéficier d’un droit à une formation diplômante ou quali- fiante financée par l’entreprise, ouverte sur les douze premiers mois d’indemnisation à Pôle Emploi. A fortiori quand il n’a pas bénéficié de formation lors des cinq dernières années.
En cas de défaillance de l’entreprise, la formation pourra être financée :
• par le CSP ;
• par les contributions « professionnalisation » mutualisées au sein de l’OPCA auquel l’entre- prise a versé sa contribution formation (1 %) ;
• dans le cadre de la portabilité du CIF pour les demandeurs d’emploi sortant d’un CDI qui aujourd’hui perdent tout droit au CIF à la rup- ture de leur contrat de travail ;
• dans le cadre du CIF CDD ou intérimaires pour les travailleurs précaires.
Les différentes modalités de financement restent à déterminer, l’important étant qu’aucun privé d’emploi ne soit privé de cet accès à une formation qualifiante ou diplômante lui permettant une réelle reconversion professionnelle.

En ce qui concerne l’indemnisation

• Garantir au demandeur d’emploi entrant en formation une allocation équivalente à l’ARE perçue pendant toute la durée de la formation.

Le 4 pages, en PDF, des propositions CGT