La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches
  • Fédération Mines Energie CGT
    La mobilisation pour les salaires et les activités sociales continue ›››

    Forte des 100 000 signatures de la pétition revendiquant un financement pérenne des activités sociales ainsi que les moyens pour les mettre en œuvre, une délégation a été reçue par les employeurs des Industries Électrique et Gazière à l’ouverture de la commission paritaire de branche du 19 janvier. Après une interruption de séance, à la demande des employeurs qui ont pris contact avec Matignon, la négociation a été suspendue dans l’attente de la nomination (...)
    Voir tout le texte ›››
  • CETA
    Pourquoi il faut continuer à lutter contre le CETA ? ›››

    Alors que les négociations sur le Tafta (traité de libre-échange entre l’Union européenne et les États-Unis) sont provisoirement suspendues, l’Europe s’apprête à ratifier un traité similaire avec le Canada : le Ceta (Accord Économique et Commercial Global). Signé le 30 octobre dernier après plusieurs jours de blocage des parlementaires de Wallonie qui souhaitaient obtenir des garanties supplémentaires, le texte n’a pas été modifié et les déclarations (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Tunisie
    Le 23e congrès de l’Union générale tunisienne du travail UGTT ›››

    Le 23e congrès de l’Union générale tunisienne du travail UGTT à été inauguré le dimanche matin au Palais des sports de Tunis avec la participation d’environ 7000 personnes venues de tout le pays. De nombreuses délégations étrangères y étaient présentes. Le chef de la délégation de la CGT, Philippe Martinez, a remis à Hassine Abassi, Secrétaire général de l’UGTT pendant deux mandats, la médaille de la CGT. Plus de 500 délégués continueront les travaux du lundi à (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Supression de postes
    Restructuration inacceptable à La Voix du Nord ›››

    Les salariés de La Voix du Nord se mobilisent contre le « plan de sauvegarde de l’emploi » de la direction, directement lié à la loi El Khomri, qui conduira à la suppression de 178 postes sur 700 et à la fusion des rédactions d’Hénin-Beaumont et de Lens. AG du 14 janvier 2017, photographie issue du communiqué de l’intersyndicale La direction de La Voix du Nord souhaite appliquer un plan de suppression de 178 postes sur 700, qui viendrait s’ajouter aux (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Formation
    CPA, pour la CGT une "coquille vide" ›››

    Catherine Perret, dirigeante de la CGT, qualifie le CPA de «  coquille vide  » et ajoute « la CGT se bat pour un dispositif bien plus ambitieux : la création d’une sécurité sociale professionnelle ». Elle nous parle de l’échec du CPF, le successeur du DIF et nous alerte aussi sur les dangers qui menacent la formation professionnelle initiale.
    Voir tout le texte ›››
  • Lutte gagnante
    Hôpital d’Alès : les victoires s’accumulent ›››

    Après quatre années de mise en œuvre de la démarche revendicative à partir du travail impulsé par la CGT, les succès revendicatifs et les adhésions au syndicat continuent de s’accumuler. Cela fait quatre ans que les salariés de l’hôpital d’Alès (Gard) mettent en œuvre une démarche revendicative sous l’impulsion de la CGT, et celle-ci porte ses fruits : en 2016, ils avaient déjà obtenu la stagiairisation de 120 CDI pour une titularisation dans la fonction (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Auchan City de Tourcoing
    Polémique autour des résultats de l’enquête du CHSCT ›››

    En réponse à la déclaration de la direction par voie de presse concernant l’enquête du CHSCT, qui n’aurait montré aucune « faute ou erreur de la part de la hiérarchie », l’UL de Tourcoing a produit un communiqué soulignant les zones d’ombre de cette enquête. David Guilluy, directeur général d’Auchan City à Tourcoing, avait annoncé mardi dans un communiqué que « les conclusions de l’enquête du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Élections TPE
    "Tous les votes qui s’expriment jusqu’au dépouillement doivent être pris en compte" ›››

    La CGT souhaite que les votes qui pourraient parvenir le 13 janvier soient pris en compte. Pour quelle raison ? Le fait que le gouvernement ait décalé d’un temps l’élection, que ce soit arrivé pendant Noël, a créé un certain nombre de difficultés pour que les salariés votent. Donc le taux de participation à l’évidence ne sera pas supérieur à ce qu’il était en 2012. Nous avons quand même obtenu certaines satisfactions. Le président du bureau de vote voulait (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Elections dans les TPE
    La caravane de la CGT fait halte à Belleville ›››

    Ce 12 janvier 2017, la caravane des TPE s’était arrêtée à Belleville à Paris. Ici beaucoup de travailleurs de la communauté chinoise exercent dans des Très petites entreprises, mais beaucoup sont sans-papiers. Ce n’est pas parce qu’ils ne peuvent pas voter qu’ils n’ont pas de droits. La CGT est là pour les sensibiliser !
    Voir tout le texte ›››
  • Discrimination syndicale
    La justice s’acharne contre les ex-salariés Goodyear ›››

    Venues de toute la France plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées de la fin de la matinée au milieu de l’après-midi mercredi 11 janvier devant le Palais de Justice d’Amiens pour soutenir les huit anciens salariés. Sur les huit ex-salariés de Goodyear poursuivis pour la séquestration de deux cadres en janvier 2014 ou violence en réunion juste avant la fermeture de l’usine de pneus d’Amiens, un seul est totalement relaxé. Les 7 autres sont (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Clinique de l’Ormeau
    "Les salariés ont le sentiment d’avoir abattu un colosse" ›››

    François Dousseau, secrétaire général de l’Union départementale des Hautes Pyrénées, a participé à la mobilisation des salariés de la clinique de l’Ormeau depuis le 8 novembre. Il détaille pour cgt.fr les péripéties d’un combat social homérique. Peux-tu nous expliquer à quoi correspond cette augmentation du RAG (rémunération annuelle garanti) de 8,33% qu’ont réussi à arracher les syndicalistes de la clinique ? La RAG est la rémunération annuelle garantie (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Auchan City de Tourcoing
    Plainte déposée pour "non-assistance à personne en danger" ›››

    Une plainte contre X pour « non-assistance à personne en danger » et « mise en danger de la vie d’autrui » a été déposée le 10 janvier par Fadila, jeune caissière d’Auchan City à Tourcoing, suite à sa fausse couche sur son lieu de travail. Nous en parlions dans un précédent article : Fadila, caissière de 23 ans en contrat de professionnalisation à l’Auchan City de Tourcoing, avait été victime d’une fausse couche sur son lieu de travail, n’ayant pas reçu la (...)
    Voir tout le texte ›››
  • International
    Tchad : mouvement social en hausse, démocratie en berne… ›››

    Depuis plus de quatre mois un mouvement social important se développe au Tchad. Le non-paiement des salaires des fonctionnaires, des pensions des retraités, des subsides des maitres communautaires, un insupportable plan d’austérité comportant 16 mesures dont la diminution de 50% des indemnités des fonctionnaires, la suppression des bourses des étudiants, sont au centre des revendications des organisations syndicales UST, CIST, SYNECS regroupées au (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Droit de grève
    Après sept ans de lutte : victoire pour Xavier Chuat ›››

    En mai et juin 2009, un conflit éclate dans les industries électriques et gazières avec une forte participation des salariés pour l’augmentation des salaires, une prime de 1500 € et la renationalisation d’EDF-GDF. Dans son communiqué, le Syndicat CGT Ouest Ile-de-France rappelle les faits de ce conflit pendant lequel 240 camarades ont été sanctionnés. Xavier Chuat, responsable syndical CGT à Saint-Denis était l’un d’eux. Il a été accusé d’entrave à la (...)
    Voir tout le texte ›››
  • CAC 40
    Les salariés produisent les richesses, les actionnaires se gavent ›››

    Les entreprises du CAC 40 ont distribué 55,7 milliards de dividendes et de rachats d’actions, c’est le résultat de l’amélioration de leur santé financière et notamment de celle des banques. Année « faste » pour les actionnaires. Elles se sont rapprochées du record des 56 milliards versés en 2014 et notamment des 57,1 milliards distribués en 2007, juste avant le krach financier. La progression est notable par rapport à 2015, autour de 43 milliards. Dans (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Clinique de l’Ormeau
    Les grévistes de Tarbes ont enfin gagné ! ›››

    Les salariés de la clinique de l’Ormeau ont signé ce 9 janvier un protocole de fin de grève qui leur est largement favorable. La lutte paie. Il aura fallu 64 jours de grève, l’occupation successive du conseil départemental des Hautes-Pyrénées et de l’agence régional de santé (ARS) Occitanie, des barrages filtrants, des salariés en grève renversés et frappés, des lettres ouvertes, des pétitions, des caisses de grève... pour qu’un protocole de fin de conflit (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Bulletin de paie
    Simplifier ou dissimuler ? ›››

    La simplification du bulletin de paie est effective depuis le 1er janvier 2016 pour les entreprises volontaires, elle sera obligatoire pour celles d’au moins 300 salariés dès le 1er janvier 2017 et pour toutes les entreprises, dès le 1er janvier 2018. Dans un soi-disant souci de faciliter la lecture du bulletin de paie, le gouvernement a fait le choix de regrouper par « risques » les lignes de cotisations de protection sociale. Les autres (...)
    Voir tout le texte ›››
  • #ElectionsTPE2016

    Les belles équipes !
    ›››

    Depuis des semaines, les camarades collent, tractent, affichent et déploient des banderoles pour la campagne TPE. Diaporama de ces équipes qui ne lâchent rien.
    Voir tout le texte ›››
  • Répression syndicale
    Soutenons Céline Boussié, lanceuse d’alerte poursuivie en justice ›››

    La CGT appelle à un rassemblement le 13 janvier 2017 devant le Tribunal de Toulouse pour soutenir Céline Boussié, poursuivie abusivement par la direction de l’institut médico-éducatif de Moussaron. Source : site du comité de soutien de Céline La CGT dénonçait déjà en 1997 des situations de dysfonctionnement et de maltraitance institutionnelle au sein de l’institut médico-éducatif de Moussaron. L’affaire n’avait cependant pas abouti, compte tenu des (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Vivarte, distribution de prêt-à-porter et de chaussures
    Le sort du groupe est entre les mains de "fonds vautours" ›››

    Le 5 janvier une quarantaine de salariés du groupe Vivarte* s’étaient regroupés à la mi-journée devant Bercy, où les représentants de l’intersyndicale (CGT, FO, CFTC, CFE-CGC) ont été reçus dans l’après-midi par le cabinet de Christophe Sirugue. Les syndicats du groupe se sont déclarés "extrêmement déçus". Gérald Gautier, représentant de FO, s’est exprimé au nom de l’ensemble des syndicats présents, il a résumé "Ils partagent nos constats mais n’ont pas (...)
    Voir tout le texte ›››

Négociations de la Convention assurance chômage

Les propositions de la CGT

mercredi 9 mars 2016 , par Alessandro Vitagliano
Dans cette vidéo Eric Aubin, dirigeant de la CGT, nous parle des propositions de la CGT dans la négociation assurance chômage.

Cet article vise à faire connaître les propositions de la CGT dans la négociation assurance chômage. Elles ont été construites à partir du constat partagé suivant :
la précarité est un fléau dans notre société et un coût pour l’assurance chômage,

• les entreprises usent et abusent des ruptures conventionnelles, notamment concernant les seniors,
• tous les clignotants sont au rouge : chômage des jeunes, des seniors et de longue durée,
• la durée au chômage augmente,
• Les employeurs n’assument pas leurs responsabilités en matière de formation de leurs salariés.

Avec ces propositions, la CGT entend améliorer le sort des demandeurs d’emploi dont seuls 43,3 % sont indemnisés. Elle vise l’objectif d’un accompagnement qui leur permette un retour à l’emploi dans de bonnes conditions.
Elle entend réduire le déficit en s’attaquant aux causes.

C’est dans cet esprit que la délégation CGT c’est rendue à ces négociations en ayant l’ambition d’apporter une nouvelle pierre à la construction d’une sécurité sociale professionnelle.

Situation de l’Unedic

La CGT a donc construit ses propositions en s’atta- quant aux causes du déficit et avec l’objectif de construire une sécurité sociale professionnelle amé- liorant la vie des salariés et des demandeurs d’emploi.

Les deux principales causes du déficit de l’Unédic sont :
1. la précarité ;
2. conséquences de mesures qui amènent à un transfert de caisses.

1. La précarité

Selon les services de l’Unédic, la précarité coûte à l’assurance chômage près de 9,3 milliards d’euros.

Derrière précarité, il faut entendre :
• contrats courts ;
• temps partiel, activité réduite.
Dans la dernière convention, une sur cotisation a été mise en place. Elle n’a rapporté que 70 millions d’euros contre 150 attendus. Si on prend la mesure compensatrice qui permettait aux employeurs de bénéficier d’une réduction des cotisations pour les embauches de salariés de moins de 26 ans qui a coûté 74 millions, le solde est négatif à hauteur de 4 millions d’euros.
De plus, les contrats d’intérim ont été écartés de la sur cotisation avec l’argument selon lequel le PRISME s’engageait à créer 20 000 CDI intéri- maire. Aujourd’hui, 2 882 ont été créés.
L’objectif n’a donc pas été atteint.

Propositions de la CGT
Niveau de cotisation
Sur cotisation des contrats courts et à temps partiel
CDD et intérim :
• contrat de moins de un mois : 12,40 % de cotisation patronale,
• contrat de un à deux mois : 10,40 % de cotisation patronale,
• contrat de deux à six mois : 8,40 % de cotisation patronale.

Pour tout contrat supérieur à six mois ou en CDI, le taux normal est appliqué, soit 6,4 %. Seuls seraient exclus de cette taxation les remplacements pour maladie, congé maternité, congé parental, formation.

Les contrats à temps partiels de moins de 24 h hebdomadaires seront taxés sur la base d’un temps plein, la sur cotisation salariale étant prise en charge par l’employeur.

Mieux indemniser les plus précaires
Aucune indemnisation ne doit être inférieure au seuil de 80 % du Smic.

Activité partielle, y compris pour l’intérim
Le salarié reprenant une activité réduite pourrait cumuler ses salaires avec les allocations perçues. La limite étant soit l’atteinte du Smic pour ceux dont l’indemnisation est inférieure au Smic, soit le dernier salaire pour les autres.

2. Conséquences de mesures qui amènent à un transfert de caisses

Une autre cause du déficit, au-delà des conséquences liées à la crise, est liée à des évolutions législatives, des accords qui ont eu des effets de transfert de caisse, c’est le cas notamment :

• des ruptures conventionnelles dont le nombre de 2 millions, depuis la création, a été franchi en octobre dernier et les 350 000 pour l’année 2015 alors que les démissions sont en baisse. Avec les ruptures conventionnelles, nous avons un effet d’aubaine certain, notamment concernant le chômage des seniors qui résulte plus de pré-retraites déguisées ;
• le report de l’âge légal de départ en retraite de 60 à 62 ans qui renvoie nombre des plus de 60 ans à l’assurance chômage.

Une des conséquences est notamment l’allongement de la durée du chômage avec :

• pour le chômage de longue durée :
– chômeurs de un an à moins de deux ans : +81000 en un an,
– chômeurs de deux à trois ans : + 20 100 en un an,
– chômeurs de plus de trois ans : + 114 800 en un an,

• pour la durée moyenne du chômage des plus de 50ans :
– 546 jours contre 518, soit + 28 jours en un an.

Si le chômage des jeunes de moins de 25 ans baisse sur un an de 4,5 % en catégorie A, notamment sous l’effet des contrats aidés, il augmente de 7,8 % en catégorie B et C. La durée moyenne d’indemnisation des jeunes de moins de 25 ans augmente de six jours pour passer de 162 à 168 jours.

La part des demandeurs d’emploi indemnisés au titre de l’assurance chômage, toutes catégories confondues (A, B, C, D, E), est de 44 % en intégrant les demandeurs d’emploi indemnisés au titre de la solidarité nationale.

La CGT propose de revoir les droits.
Conditions pour être indemnisé, nous proposons :
• pour les primo demandeurs d’emploi, l’abaissement de quatre à deux mois pour être indemnisé ;
• de porter la durée d’indemnisation de 24 à 30 mois et de 36 à 60 mois pour les seniors ;
• de revenir au différé d’indemnisation de 75 jours ;
• pour les démissions autres que celles relevant de motif légitime recensé, la CGT propose un passage en IPR pour étude de la situation du demandeur d’emploi avec examen des motifs ayant conduits à la démission pour une admission immédiate selon les règles fixées ;
• lorsque des salariés se retrouvent au chômage suite à la défaillance de leur employeur, fait constaté par un PV de l’inspection du travail ou par une prise d’acte, les droits à indemnisation sont ouverts sur la base des bulletins de salaire jusqu’à régularisation ultérieure par le mandataire judiciaire ;
• droits rechargeables.
Les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi et indemnisés par le régime d’assurance-chômage bénéficient d’un compte rechargeable qu’ils pourront activer à la fin de leurs droits ouverts en tenant compte des éléments suivants :
• un jour de travail égal à un jour de droits ;
• période de référence d’activation du droit rechargeable équivalente à la durée de l’ouverture du droit ;
• niveau d’indemnisation : le demandeur d’emploi, au bout d’un mois de travail consécutif peut demander le recalcul de son taux. Les périodes de formation de maternité et de maladie sont neutralisées.

Exemple : Chômeur avec vingt-quatre mois de droits ouverts
Un demandeur d’emploi a une période de vingt-quatre mois ouverts. Durant ces vingt-quatre mois, il retravaille à plusieurs reprises pour une durée totale de quarante-cinq jours. À l’issue des vingt-quatre mois, il se verra ouvrir un droit supplémentaire de quarante-cinq jours d’indemnisation.

Emploi des seniors

On observe une hausse du nombre de demandeurs d’emploi senior catégorie A de près de 70 % en quatre ans. Pour les plus de 60 ans, une hausse de 874 % toutes catégories confondues.
Sur les 128 400 demandeurs d’emploi supplémentaires sur un an, 74 500 ont plus de 50 ans.
Le chômage des seniors continue de croître pour atteindre 1 269 000, soit 47 % du total des demandeurs d’emploi catégories A, B et C.
80 % des ruptures conventionnelles sont à l’initiative de l’employeur.

La CGT propose que
• l’employeur qui est à l’origine d’une rupture conventionnelle d’un salarié âgé de plus de 50 ans contribue à l’assurance chômage à hauteur de 12 % du montant de la transaction ;
• celui qui est à l’origine d’une rupture conventionnelle d’un salarié âgé de plus de 55 ans contribue à l’assurance chômage à hauteur de 10 % du montant de la transaction ;
• celui qui est à l’origine d’une rupture conventionnelle d’un salarié âgé de plus de 60 ans contribue à l’assurance chômage à hauteur de 8 % du montant de la transaction.
Cette contribution ne peut, en aucun cas, être retenue sur le montant de la transaction qui bénéficie au salarié.

Déplafonnement

Il ne peut y avoir déplafonnement des cotisations sans déplafonnement des prestations.
Selon une note de l’Unédic, environ 133 000 personnes seraient concernées par un déplafonnement des cotisations pour un nombre de 1 200 qui le seraient par un relèvement des prestations. L’économie réalisée serait de l’ordre de 700 millions d’euros.

La CGT propose :
• un déplafonnement simultané des contributions et des allocations.

Formation des demandeurs d’emploi

Comme le soulignait la DARES dans une enquête de septembre 2014 sur la mise en œuvre du CSP, « les bénéfices de la formation sont d’autant plus importants pour les [demandeurs d’emploi] adhérents au CSP que ceux-ci sortent tout juste de l’emploi et se projettent très vite dans l’emploi »

Par ailleurs, l’ambition affichée du gouvernement de former plus de demandeurs d’emploi et de trouver les financements correspondants ne doit pas occulter la responsabilité des employeurs en matière de formation.

La qualification est la meilleure garantie pour le maintien dans l’emploi, tout en étant un élément pour la compétitivité des entreprises.

C’est pourquoi la CGT propose :
Lorsqu’un demandeur d’emploi s’inscrit à Pôle Emploi et peut justifier d’au moins vingt-quatre mois de travail dans les cinq dernières années dans son ou ses précédents emplois, il doit bénéficier d’un droit à une formation diplômante ou quali- fiante financée par l’entreprise, ouverte sur les douze premiers mois d’indemnisation à Pôle Emploi. A fortiori quand il n’a pas bénéficié de formation lors des cinq dernières années.
En cas de défaillance de l’entreprise, la formation pourra être financée :
• par le CSP ;
• par les contributions « professionnalisation » mutualisées au sein de l’OPCA auquel l’entre- prise a versé sa contribution formation (1 %) ;
• dans le cadre de la portabilité du CIF pour les demandeurs d’emploi sortant d’un CDI qui aujourd’hui perdent tout droit au CIF à la rup- ture de leur contrat de travail ;
• dans le cadre du CIF CDD ou intérimaires pour les travailleurs précaires.
Les différentes modalités de financement restent à déterminer, l’important étant qu’aucun privé d’emploi ne soit privé de cet accès à une formation qualifiante ou diplômante lui permettant une réelle reconversion professionnelle.

En ce qui concerne l’indemnisation

• Garantir au demandeur d’emploi entrant en formation une allocation équivalente à l’ARE perçue pendant toute la durée de la formation.

Le 4 pages, en PDF, des propositions CGT