La cgt
NOUS SUIVRE
  
Publié le vendredi 3 février 2012

Les immigrés sont-ils un coût pour le contribuable ?



Un credo cher au Front National et pas seulement.

Notre pays
compte 2,5 millions d’immigrés
actifs en 2009. Soit 8,8 % de la population
active totale, une proportion constante
depuis trente ans. Le nombre d’immigrés
entrés en France pour des raisons économiques,
la même année, était de l’ordre de
20 000, soit 0,04 % de la population totale.
Cette proportion est de 0,2 % en Espagne,
Italie, Royaume-Uni et de 0,1 % pour l’ensemble
des pays de l’OCDE. Précisons que
les immigrés sont surreprésentés dans
les secteurs précaires et mal payés, qu’ils
connaissent un taux de chômage
deux fois plus élevé que les
autres. On les accuse volontiers
de « manger » l’argent du contribuable.
Mais une étude réalisée
en 2010 par l’université de Lille 3
pour le compte du ministère des
Affaires sociales révèle que les immigrés,
plus jeunes que la moyenne, reçoivent de
l’État 47,9 milliards d’euros de prestations
sociales, mais lui reversent 60,3 milliards
sous forme de cotisations et d’impôts. Soit
un solde positif de 12,4 milliards d’euros
en leur faveur.