La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

Commerce

Le directeur du Carrefour Express de Merville souhaite la chambre à gaz aux syndicalistes

mardi 28 novembre 2017

Frédéric Roussel, directeur de plusieurs supérettes de la région d’Armentières (59), souhaite mettre « tous les syndicalistes dans la chambre à gaz ha Hitler » (sic !).

C’est fortuitement que le secrétaire général du syndicat du transport CGT d’Armentières et des environs, David Waegemacker a découvert les propos, condamnés par la loi, tenus par ce « monsieur » :
consulté par une salariée du Carrefour Express de Merville pour une procédure de licenciement, c’est en cherchant des informations sur le profil Facebook du directeur de la supérette qu’il est tombé sur des déclarations ignobles, lisibles de tous, tenues au moment de la mobilisation contre les ordonnances Macron, en octobre.

Les faits

Le profil de Frédéric Roussel, depuis, a été « nettoyé », mais pas assez vite cependant, et un huissier, mandaté par la CGT, a pu constater les faits.
Depuis, les plaintes contre lui s’accumulent.

Plaintes

Pour sa défense, Frédéric Roussel, interrogé le 21 novembre par le quotidien La Voix du Nord, a déclaré que « ce commentaire, c’était une réponse à un copain. C’était de l’ironie. Personne ne l’a lu. » Et de rajouter, sûr de son droit : « C’est une page personnelle avec 99 % de photos de rallyes. Si le commissariat me convoque, j’irai. Et je m’expliquerai. Si je dois retirer le commentaire, je le ferai. Si je dois payer aussi. »

Pour David Waegemacker, les justifications et l’attitude de ce directeur sont inacceptables.

Conclusion

L’Union locale CGT a conservé sur son site internet des captures d’écrans des propos tenus par Frédéric Roussel « pour ne pas oublier » et appelle à une manifestation devant le magasin de Merville, mercredi 29 novembre à 9h.