La cgt

NOUS SUIVRE
  
Publié le lundi 26 octobre 2009

Le NSTS et les structures de la CGT



Avec une Cgt qui ne rayonne que sur un quart des salariés en activité, comment imaginer une transformation sociale par la conquête d’un nouveau statut du travail salarié sans s’interroger sur la Cgt elle-même, son organisation, ses structures ?

C’est l’un des enjeux du 49e Congrès confédéral qui traitera ces questions dans ses débats et résolutions en décembre 2009. Ceci, sachant que nous ne partons pas de rien. En effet, même si depuis plusieurs années, notre volonté de faire vivre des propositions telles que le NSTS et la SSP se heurte à des difficultés, parfois des faiblesses structurelles, nous avons néanmoins innové en créant des formes d’organisation fondées sur trois critères essentiels :
- une Cgt disponible au plus près des salariés (proximité) ;
- une Cgt qui décide démocratiquement, qui vérifie à travers l’expérience la justesse de ses décisions et ne ferme jamais le débat (efficacité) ;
- une Cgt qui mutualise les moyens militants et matériels pour s’implanter durablement (solidarité).

Faire reculer la précarité, l’exclusion, les bas salaires…, cela veut dire agir avec les salariés les plus éloignés du monde syndical. Ils sont dans l’artisanat, l’aide à la personne, le commerce, dans la saisonnalité, la sous-traitance (sur et hors du lieu de travail de l’entreprise donneuse d’ordres), etc. Avec eux, nous sortons du schéma classique d’une Cgt majoritairement implantée dans les grandes entreprises, la Fonction publique... En nous ouvrant à ces nouvelles catégories salariées, nous traitons non seulement la nature de l’emploi et de l’entreprise, mais aussi la sociologie des salariés eux-mêmes et le fossé qui les sépare du monde syndical.

Ainsi, ces salariés qui sont parmi les premiers concernés, considèrent souvent que la proposition de la Cgt leur est inaccessible, tout comme est inaccessible le syndicat Cgt qui la porte ! Un paradoxe d’autant plus insupportable que, tant dans les sondages d’opinion que lors des élections prud’homales, ces mêmes salariés accordent leur confiance à la Cgt.

Autant de contradictions qu’il nous faut dépasser en créant des passerelles entre toutes les catégories de salariés et entre eux et la Cgt. Ceci dans le but de construire un syndicalisme qui, en France comme en Europe ou à l’international, soit fort et efficace face à la crise ; un syndicalisme de conquête de droits sociaux, pour tous !

Il s’agit de mesurer, dans toute la Cgt, le lien indispensable entre conquête du NSTS et capacité réelle de nos organisations de construire cette conquête avec tous les salariés. Après un examen plus attentif, nous pouvons considérer que le NSTS et la sécurité sociale professionnelle constituent de formidables opportunités pour gagner, avec les syndicats, les salariés, dans les débats sur le syndicalisme en général et sur le syndicalisme Cgt en particulier.
Un vaste chantier… Ouvert au public !