La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches
  • Asie
    Les travailleurs du thé Darjeeling en lutte pour un salaire minimum décent ›››

    La CGT et la NTUI apportent leur soutien aux salariés des plantations de thé au Bengale occidental pour l’obtention d’un meilleur salaire minimum. Avec la confédération syndicale NTUI (New Trade Union Initiative, confédération indienne la plus proche de la CGT), la CGT soutient les grévistes des plantations de thé au Bengale occidental qui fait suite à l’appel lancé par le Forum conjoint des syndicats (plateforme de tous les syndicats des régions des (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Commerce
    Campanile Bussy-St-Georges et Arcueil : victoire pour les sans-papiers des sous-traitants ›››

    13 salarié.e.s sans papiers des sociétés sous-traitantes pour les hôtels Campanile de Bussy-St-Georges et Arcueil vont obtenir leurs documents de demandes de régularisation. En grève le 2 août pour obtenir leur régularisation, 12 femmes de chambres et équipiers salariés du sous-traitant EGNH pour l’hôtel Campanile de Bussy-St-Georges, ont obtenu moins de 24h plus tard les papiers nécessaire au dépôt de leur dossier de régularisation en préfecture. (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Palestine
    Notre camarade Pascal Mauriéras enfin libre ›››

    Ce matin à l’aéroport de Roissy se sont retrouvé-e-s des nombreux militant-e-s de la CGT et de l’AFPS pour chaleureusement accueillir Pascal Maurieras, marin CGT et John Turnbull capitaine canadien du navire Freedom, partie intégrante de la « flottille de la liberté contre le blocus imposé depuis plus de dix ans à toute la population palestinienne de Gaza ». Dans la nuit du vendredi 3 au samedi 4 août 2018 en pleine eau internationale le bateau a (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Proche-Orient
    La CGT proteste contre les actes de piraterie pratiqués par les forces israéliennes, ainsi que les arrestations de syndicalistes à cette occasion ›››

    Suite à un nouvel arraisonnement d’un navire par les autorités israéliennes, la CGT exige que le gouvernement français s’engage — entre autres — à saisir les organisations internationales afin que le gouvernement israélien soit condamné lourdement et qu’il cesse ses actions intempestives et illégales. Dans la nuit du vendredi au samedi 4 août, le Freedom, deuxième bateau de la « Flottille de la Liberté » a été arraisonné dans les eaux internationales. (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Île-de-france
    La direction de la tour Eiffel rompt les négociations ›››

    Alors que la direction de la société d’exploitation de la tour Eiffel (Sete) a suspendu les négociations avec les syndicats relatives à la réorganisation de la vente des billets pour ce monument. La CGT fustige ce projet qui met "les agents d’accueil à bout". Mercredi après-midi, la direction de la tour Eiffel a fermé le monument emblématique de Paris, visité par plus de 6 millions de personnes par an. La raison ? La suspension des négociations (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Commerce
    Fnac-Darty : des engagements non respectés et 20 millions d’euros d’amende à la clé ! ›››

    L’autorité de la concurrence vient de sanctionner le groupe Fnac-Darty par une amende de 20 millions d’euros pour le non-respect des engagements pris, suite au rachat par la Fnac de Darty. Cette sanction est la première infligée à une entreprise conditionnant une opération de concentration. En l’espèce, en 2016, lors de l’autorisation du rachat par la Fnac de Darty, le groupe était tenu de céder 6 de ses magasins afin de pouvoir valider le (...)
    Voir tout le texte ›››
  • International
    Israël une fois de plus viole les conventions internationales et exerce un blocus sur Gaza ›››

    Une fois de plus, dimanche, Israël a violé les conventions internationales en interceptant la flottille de la Liberté. Le bâtiment principal de la flottille a été intercepté dans les eaux internationales (à 50 milles nautiques de Gaza), détourné vers le port israélien d’Ashdod. Toutes les personnes à bord (équipage et passagers) ont été incarcérées. Parmi ces militants se trouve une de nos compatriotes Sarah Katz. Le comportement des autorités françaises dans (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Asie
    Démocratie au Cambodge ? ›››

    Les élections cambodgiennes se sont déroulées ce dimanche. Le Premier ministre Hun Sen a tout fait pour que les résultats lui soient acquis : Il a dissous le principal parti d’opposition il y a un an, enfermant son premier dirigeant, et poussant son second dirigeant à l’exil en France. Ne restaient alors plus que deux enjeux. Le premier était la participation au vote. Le parti d’opposition dissous, les syndicats — ceux qui ne sont pas des affidés du (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Énergie
    L’électricité n’est pas une affaire d’épicier ! ›››

    Plusieurs enseignes de grande distribution ont pour projet de fournir de l’électricité aux particuliers dans un marché en pleine expansion. Ainsi, après le groupe Casino, c’est l’enseigne E. Leclerc qui vient d’annoncer qu’elle se lance à son tour dans la course. Le principe se veut séduisant : permettre au consommateur de faire des économies conséquentes en lui reversant une partie des factures... en bons d’achats utilisables chez Leclerc ! La (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Uberisation
    Mobilisation à Bordeaux des coursiers à vélo travaillant chez Deliveroo ›››

    Décidément, les coursiers Deliveroo de Bordeaux doivent redoubler de vigilance pendant l’été ! L’an dernier, c’était à la même période que la direction de la plateforme de livraison de repas Deliveroo modifiait, unilatéralement, les contrats de « ses » livreurs à vélo, et leur imposait le paiement à la course. Cette année, nouvelle attaque : la plateforme Deliveroo décide, toujours unilatéralement, de modifier sa tarification et de facturer les courses en (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Métallurgie
    En route vers la précarité avec le contrat de chantier ! ›››

    Principalement utilisé dans le bâtiment, le contrat de chantier fait une entrée remarquée — et inquiétante — dans la plus importante branche de France : la métallurgie (1,4 millions de salariés). Le contrat de chantier, « CDI » pouvant prendre fin une fois un chantier achevé, vient de faire son entrée dans le secteur de la métallurgie, plus importante branche de France avec 1,4 millions de salariés. Trois organisations — CFDT, CFE-CGC et FO — ont signé (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Débat
    Laïcité et entreprise... Parlons-en ! ›››

    La laïcité, on en parle... tellement, que les contours de sa réalité deviennent floues... Au risque – comble de l’ironie – d’alimenter le rejet de l’autre. Au risque de travestir cette belle idée pour lui faire porter, au-delà de la religion, celle de la culture et de la pensée unique. La CGT se devait de prendre cette question à bras le corps. Elle a décidé de le faire le mardi 10 juillet, en collaboration avec l’union départementale du Rhône, dans le (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Seine-et-Marne
    Rassemblement devant la préfecture pour exiger le respect des droits fondamentaux ›››

    Mercredi 11 juillet a eu lieu un rassemblement à l’initiative de la CGT devant la Préfecture de Seine-et-Marne (77) afin de protester contre les injustices subies depuis plusieurs mois par des agents de la préfecture. En l’espèce, les droits fondamentaux y sont bafoués, notamment le respect des droits des agents de retour de congés familiaux ou de maladie, suite à un accident de travail... de plus, de façon générale, l’égalité femmes-hommes n’y (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Discrimination syndicale
    Loïc Deschamps, délégué CGT chez Altran, convoqué en vue de son licenciement ›››

    Délégué central CGT chez Altran Technologies à Toulouse, Loïc Deschamps était convoqué ce 10 juillet, pour un entretien préalable à licenciement. S’il ignorait les motifs de cette procédure, il ne s’en est pas étonné : depuis le bras de fer engagé avec la direction en 2009 pour non respect de la convention collective, ce sont neuf militants syndicaux (deux représentants FO, un représentant Sud et six représentants CGT) qui ont été, souvent pendant la (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Occitanie
    Une lutte gagnante pour les aides-soignantes du SSIAD ADMR Vic-Fezensac et Eauze ›››

    Après 12 jours de conflits, avec une direction ayant de nombreuses connivences parmi les élus locaux, les aides-soignantes du SSIAD ADMR Vic-Fezensac et Eauze ont obtenu la satisfaction de leurs revendications. "J’ordonne que vous repreniez le travail demain !!", dit la présidente en rompant les négociations sans avoir compris ce qu’est un conflit social et la signature d’un protocole de fin de conflit ! Depuis le 22 juin, 18 aides-soignantes (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Justice
    Le Tribunal de Pau reconnait le droit à l’exercice syndical pour Mireille Palisse mais... ›››

    La CGT insertion Probation, ainsi que de nombreux syndicats et associations, étaient intervenus pour soutenir Mylène Palisse, sanctionnée disciplinairement d’une exclusion de 7 jours avec sursis pour s’être exprimée dans le journal L’Humanité en avril 2016. Un recours contre cette décision vient de faire l’objet d’un jugement du Tribunal de Pau, le 29 juin, qui maintient la sanction, mais ​rappelle clairement que même au sein de l’administration (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Intérim
    Manpower : Stop à la discrimination syndicale ! ›››

    Depuis le 3 juillet, 8h15, des élus de la CGT Manpower occupent l’agence de Montpellier pour dénoncer les discriminations syndicales dont ils sont la cible. Ils exigent de la direction que leur soit confié des missions à la hauteur de leur qualification et l’assurance que leur progression ne soit ni freinée, ni stoppée du fait de leur engagement syndical. La CGT Manpower a alerté la direction, par la voie de sa Secrétaire à la Vie Syndicale, Marie (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Pouvoir d’achat
    Augmenter les salaires, pensions et minima sociaux : c’est possible et urgent ! ›››

    La CGT présente ses revendications pour améliorer le pouvoir d’achat des français. La question du pouvoir d’achat est une des premières préoccupations des salariés, des privés d’emploi et des retraités. Il s’agit de l’aspiration légitime à pouvoir vivre dignement et ce quelle que soit sa situation sociale ou professionnelle. Il s’agit aussi de permettre une relance de l’économie, dont tous conviennent qu’elle ne pourra véritablement se faire que grâce à (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Santé
    Grève de la faim à l’hôpital de Belle-Île-en-Mer pour dénoncer le passage au privé de la blanchisserie ›››

    La CGT avait dénoncé, début juin, la précipitation avec laquelle la direction de l’hôpital Yves Lanco avait décidé de la fermeture de la blanchisserie de l’établissement, jusque là sous convention avec un groupement d’intérêt public, pour offrir ce marché à un prestataire privé. Malgré des propos rassurants de leur direction, début juin, lorsque la CGT s’était étonnée du procédé, le couperet est tombé : cinq salariés perdent leur emploi et le service de (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Isère
    Lutte gagnante des territoriaux de Grenoble ›››

    Mobilisés, les agents territoriaux de la municipalité de Grenoble ont obtenu la satisfaction de leurs revendications, notamment sur les rémunérations des plus bas salaires. Alors que sur le principe, la CGT est opposée au RISFEEP, qui lie le régime indemnitaire au poste occupé, plutôt qu’au grade, la CGT seule a obtenu, grâce à la mobilisation, la satisfaction de ses revendications avec : La rétroactivité pour 2018 La majoration (...)
    Voir tout le texte ›››

Face à la crise

La Confédération européenne des syndicats réclame un "nouveau deal"

Déclaration de Paris de la CES le 28 mai 2009

mercredi 10 juin 2009

L’Europe est à un carrefour. L’Europe est confrontée au retour du chômage
de masse. Le nombre d’emplois appelés à disparaître au cours de l’année est
tel qu’il faut remonter aux années 1930 pour retrouver des chiffres
comparables. Et pourtant, à ce jour, la réponse des autorités (tant
européennes que nationales) est inadaptée à l’ampleur du problème.

Télécharger la Déclaration de Paris de la Confédération Européenne des Syndicats

Cette forte augmentation du chômage s’explique par la domination du modèle
économique néolibéral au cours des 30 dernières années, un modèle dont
l’effondrement a provoqué la catastrophe économique que l’Europe et le reste
du monde connaissent aujourd’hui. Nombreux sont ceux qui se sont adonnés
à une version moderne de l’alchimie parmi les leaders du secteur des services
financiers pléthorique. A Wall Street, à Londres et dans toutes les autres
places financières de premier plan, la prudence à long terme a été négligée
au profit de la cupidité et de la spéculation. Avant l’effondrement on a ainsi
assisté à une forte augmentation de l’inégalité, à la croissance des emplois
précaires et à des pressions visant à réduire l’influence des états providence,
les droits des travailleurs et les négociations collectives. Il convient d’y
ajouter aujourd’hui un chômage croissant, des réductions des dépenses
publiques et un effondrement de la demande dans de nombreux pays.
Les citoyens se tournent vers les gouvernements à travers l’action du secteur
public, et vers les syndicats pour établir l’équilibre démocratique qui a été
cédé aux marchés. La CES demande que « jamais plus » le capitalisme
financier ne puisse infliger une crise comparable au monde, à l’Europe et aux
travailleurs ; et que jamais plus les inégalités croissantes ne suscitent
l’encouragement, l’indifférence ou la négligence des gouvernements
démocratiques.

La CES soutient pleinement la cause du mouvement syndical international
dans la lutte contre la crise. L’Europe a un rôle important et spécifique à
jouer dans ce contexte. L’UE est la seule dans le monde à avoir la capacité
d’exercer une action directe et coordonnée sur ce qui constitue la plus grande
entité économique individuelle au monde. Elle doit donc ouvrir la voie, et non
emboîter le pas. On a trop eu l’impression qu’elle était cantonnée à un
second rôle, derrière celui des grands pays. Or, si l’UE n’est pas capable de
mener une action concertée en faveur du progrès économique et social, ses
principales réalisations que sont le marché unique, la monnaie unique et
l’élargissement seront soumises à une pression accrue car les Etats membres
chercheront à développer leurs propres approches en matière de commerce,
de politique monétaire et de relations internationales. L’UE doit assumer ses
responsabilités par rapport aux Etats membres tout en subissant une extrême
pression, et agir de manière à éviter de dépendre du Fonds monétaire
international. L’intervention doit en tout cas viser à préserver la cohésion
sociale, plutôt que de réduire les dépenses publiques et les services publics.

L’UE doit adopter une approche convaincante face au chômage. La CES
réclame un nouveau Deal social dans l’UE en guise de moteur de justice
sociale et en faveur d’emplois plus nombreux et de meilleure qualité, avec les
principaux points suivants :
Des emplois plus nombreux et de meilleure qualité : investir dans un
vaste plan européen de relance afin d’insuffler un nouvel élan en faveur
de la croissance et des emplois.
La CES demande au Conseil européen et à la Commission de concevoir un plan européen d’investissement totalisant 1%
annuel du PIB européen pour les trois prochaines années afin d’offrir des
emplois plus nombreux et de meilleure qualité, d’encourager l’innovation, la
recherche et le développement, de favoriser l’emploi dans les secteurs clés,
d’investir dans les nouvelles technologies vertes et durables, et d’assurer des
services publics de grande qualité. L’éducation et la formation tout au long
de la vie sont des éléments essentiels dans le développement d’emplois plus
nombreux et de meilleure qualité. Il est maintenant temps pour l’Europe
d’offrir aux travailleurs les qualifications requises pour une économie de
demain sobre en carbone, à travers des technologies vertes et des emplois
plus qualifiés.
Des systèmes de protection sociale plus forts afin d’assurer plus de
sécurité et d’éviter l’exclusion sociale. La CES réclame un agenda social
européen puissant et constructif afin de permettre aux gens de conserver un
emploi bien rémunéré et de garantir la protection de tous travailleurs ainsi
qu’une formation appropriée, en tenant compte de la diversité,
particulièrement dans le respect de l’égalité homme-femme, et de la
nécessité de préserver la cohésion sociale et l’accès aux services publics pour
tous. La politique sociale et les services publics à travers l’Europe doivent
être préservés, renforcés et non affaiblis par une application rigide du Pacte
de Stabilité, contraignant à des compressions prématurées et importantes
dans les déficits budgétaires une fois que l’activité économique cesse de
reculer. De telles compressions priveraient les états membres de bénéficier
de la relance économique et endommageraient les services publics.
Des droits plus forts pour les travailleurs et la fin de la prépondérance
des principes de marché à court terme. Pour mettre fin aux inégalités
croissantes, il faut disposer de droits plus forts, en particulier au niveau
transnational. La CES demande un Protocole de progrès social donnant la
priorité aux droits sociaux et à l’action collective et un renforcement de la
directive sur le détachement de travailleurs fondé sur l’égalité de traitement
et le respect au droit qui est d’application dans le lieu de travail. La CES
réclame également une participation effective des travailleurs et une
démocratie économique, sociale et dans le monde du travail. Il est
particulièrement urgent de renforcer les droits des travailleurs afin de mettre
un terme à l’utilisation croissante de diverses formes de travail atypiques et
peu sûres. Une directive temps de travail contraignante et sans dérogation
est primordiale.
Un meilleur salaire : le renforcement des négociations collectives. Il
faut rejeter les gels de salaires, les baisses du salaire nominal et des
pensions. À un moment où la demande s’effondre, il est essentiel de protéger
le pouvoir d’achat. La CES demande par conséquent un renforcement des
négociations collectives et des instruments de formation de salaire avec
l’objectif d’assurer des niveaux de salaire minimum décent dans tous les pays
européens et des augmentations du salaire réel et des pensions pour soutenir
la reprise économique. La Banque Centrale Européenne (BCE) doit également
être impliquée dans la croissance et dans la recherche d’un plein emploi de
qualité, et pas simplement dans la stabilité des prix. La BCE ne doit pas
chercher à influencer et à affaiblir les négociations salariales en augmentant
prématurément les taux d’intérêt dès que la crise immédiate semble être
terminée. La CES demande à la BCE un conseil consultatif de partenaires
sociaux européens.

La solidarité européenne en guise de protection contre les excès du
capitalisme financier : il est essentiel de mettre en place une
réglementation effective des marchés financiers et une distribution équitable
des richesses, et d’éviter un retour au capitalisme casino ou au « statu quo »
des 20 dernières années sur les marchés financiers. La CES réclame une
augmentation importante des dépenses sociales européennes en élargissant
les activités des fonds structurels européens, notamment le Fonds social
européen et le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation. Il faut
également lutter contre la concurrence fiscale et supprimer les paradis fiscaux
parce qu’ils menacent la base fiscale des états et l’Europe sociale. Plus
spécifiquement, il s’agit d’oeuvrer dans le sens d’une harmonisation des
impôts sur les sociétés. Une initiative européenne doit être prise en matière
d’imposition des opérations financières.
Il est essentiel de renforcer l’intégration des questions sociales dans toutes
les politiques européennes et d’introduire des dispositions sociales dans les
marchés publics, en reconnaissant les conventions collectives appropriées, en
s’assurant que la concurrence n’est pas pervertie par un dumping social ou
par des politiques déflationnistes, en protégeant les retraites et les allocations
sociales, et en renforçant les salaires minimum et la couverture des
négociations collectives. La dimension sociale de l’Europe est trop modeste
depuis trop longtemps. Il est temps à présent de renforcer l’Europe et de
rétablir ses ambitions sociales.
Au cours de la période à venir, la CES élaborera sa stratégie et se mobilisera
afin de relever les énormes défis qui nous attendent, notamment dans la
perspective d’une politique industrielle basée sur l’innovation, la recherche et
le développement durable. Plus particulièrement, la CES et ses affiliés se
mobiliseront le 7 octobre pour soutenir la journée d’action mondiale de la CSI
sur le travail décent. La CES appelle le Conseil européen, le nouveau
Parlement européen et la nouvelle Commission à agir rapidement. La CES
insiste auprès du patronat pour qu’il s’engage dans un dialogue social sur de
telles questions et participe à la résolution de la crise.

Le double objectif de cette Déclaration est le suivant : combattre la crise
et gagner demain. Ses idées doivent être largement diffusées et débattues
car la déroute du monde financier frappe durement l’Europe. Mais le
syndicalisme européen doit saisir cette occasion pour aboutir à une meilleure
société, plus équitable, et à une Europe sociale plus forte et plus intégrée. La
participation massive des travailleurs aux manifestations de la CES de la mi-mai
témoigne d’un soutien exponentiel pour notre agenda. Les
organisations affiliées s’engagent à se mobiliser derrière la Déclaration de Paris de la CES.