La cgt
NOUS SUIVRE
  
Publié le lundi 10 janvier 2005

La Cgt condamne l’assassinat du syndicaliste irakien Hadi Saleh



La Cgt condamne l’assassinat de Hadi Saleh, secrétaire aux relations internationales de la Confédération irakienne des syndicats (IFTU), mardi 4 janvier, à son domicile de Bagdad.

La Cgt condamne l’assassinat de Hadi Saleh, secrétaire aux relations internationales de la Confédération irakienne des syndicats (IFTU), mardi 4 janvier, à son domicile de Bagdad.
Dans une interview récente, Hadi Saleh avait averti que « les conditions de la guerre rendent très dangereux l’exercice de l’activité syndicale », les syndicalistes étant considérés comme « collaborateurs d’un état créé par les Américains et cibles légitimes » ou « victimes du crime organisé ».
Ce meurtre, précédé de tortures, d’un dirigeant syndical de premier plan, s’inscrit dans une série d’assassinats et d’enlèvements de syndicalistes depuis plusieurs mois, touchant des enseignants, des cheminots, des ingénieurs du pétrole. Il représente une manifestation tragique supplémentaire d’une volonté d’empêcher le développement d’organisations syndicales, garantes du développement démocratique du pays et du respect des droits humains.
En la personne de Hadi Saleh, ses assassins ont voulu éliminer un symbole.
Emprisonné pendant cinq ans pour son militantisme syndical sous le régime de Saddam Hussein, puis exilé en Suède, il s’était opposé à la guerre américaine en Irak.
Retourné dans son pays après la chute de Saddam Hussein, il a oeuvré sans relâche à mettre un terme à l’occupation du pays et à la reconstruction du syndicalisme, avec la création en mai 2003 de la Fédération des syndicats IFTU, malgré les obstacles, érigés par les autorités d’occupation comme par le gouvernement intérimaire, au fonctionnement du syndicalisme.
La Cgt salue la mémoire de Hadi Saleh. Elle adresse à sa famille ses condoléances et assure les travailleurs et syndicalistes d’Irak et leurs organisations de son soutien solidaire dans leurs luttes.
Elle exige du gouvernement intérimaire qu’il garantisse la protection des représentants des travailleurs, conformément à la convention 135 de l’OIT ratifié par l’Irak.