La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

Bas-Rhin

La CGT dit non au projet du GCO Strasbourg

lundi 29 janvier 2018

L’Union départementale CGT 67 du Bas-Rhin s’oppose au projet de Grand Contournement Ouest Strasbourg (GCO) en rejoignant le collectif GCO non merci. En dépit des rapports démontrant son inutilité pour désengorger l’A35 et l’Eurométropole de Strasbourg, ce dernier sera prohibitif pour les salariés qui souhaitent l’utiliser de par son coût, 240 euros par mois, avec des conséquences environnementales préoccupantes.

Plus de 500 personnes se sont retrouvées dimanche matin à Ernolsheim-sur-Bruche pour protester contre la décision de l’État de poursuivre le projet du GCO. Ce dernier apparaît comme un lot de consolation fait à Vinci après l’abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes.

Un projet inutile
En l’espèce, la question de l’utilité du projet du GCO Strasbourg est à souligner tant ce dernier ne répond pas à son objectif premier qui est de désengorger l’A35. En l’espèce, les salariés se rendant à Strasbourg pour travailler ne prendront pas cette autoroute puisque par principe elle la contourne. Même les pro-GCO reconnaissent aujourd’hui qu’elle ne désengorgera pas Strasbourg. Au lieu de se lancer dans ce projet coûteux qui ne créera pas d’emplois pérennes, la CGT plaide pour un développement des Services Publics et des transports en commun.

Une autoroute pour riche

Plus révoltant encore, les salariés pour lesquels cette autoroute aurait été utile ne pourront dans les faits pas la prendre. En l’espèce, pour l’emprunter tous les jours afin d’aller au travail, il faudra débourser au péage quelque 240 euros par mois alors que ces mêmes salariés ne gagnent que le Smic, soit 1.149,07 euros nets. Les salariés en question n’emprunteront donc pas le GCO, les contraignants ainsi à se voir bloquer dans les bouchons. Ce projet est donc inutile pour l’immense majorité et trop coûteuse pour celles et ceux qui en auraient un usage quotidien.

Des conséquences environnementales préoccupantes
Si ce projet est mis en œuvre, ce sont quelque 300 hectares des meilleures terres agricoles d’Europe qui seront détruites, ainsi que 10 hectares de forêts. Outre la défiguration certaine du paysage où passera l’autoroute, cette dernière pourrait donner le coup de grâce au Grand Hamster d’Alsace, pour la préservation duquel l’Europe fait pression sur la France. Notre pays encourt une très lourde amende en cas de non-respect de ses engagements dans la préservation de ce mammifère parmi les plus menacés de France. Le gouvernement a conscience de l’effet néfaste que pourrait avoir ce projet sur l’environnement puisqu’il a bloqué le deuxième avis défavorable du Conseil National de la Protection de la Nature (CNPN) du 20 décembre 2017.

Ainsi, la CGT demande l’abandon de ce projet caduc, au profit du développement des services publics et des transports en commun.