La cgt
NOUS SUIVRE
  
Publié le jeudi 9 septembre 2004

La CGT Condamne les actes barbares commis le 11 septembre



La CGT tient à affirmer son opinion au moment où chacun vit l’extrême tension au plan international provoquée par les attentats terroristes perpétrés aux États-Unis. Elle s’appuie en cela sur les valeurs humaines, solidaires et pacifiques qui sont celles du syndicalisme qui rassemble des femmes et des hommes au-delà de leur nationalité, leur sensibilité politique ou leur croyance religieuse.
La CGT a condamné les actes barbares commis le 11 septembre dernier qui, ayant visé mortellement des salariés, de simples citoyens, ont atteint profondément tous les travailleurs et tous les peuples. Ces attentats ne représentent ni un affrontement entre civilisations, ni l’expression dévoyée d’une réaction contre l’oppression. Ils sont le produit d’un fanatisme qui poursuit ses objectifs dangereux. Celui-ci doit être fermement combattu. Les responsables doivent être recherchés et punis, les réseaux démantelés.
Au moment où une intervention militaire se dessine, la CGT réaffirme son rejet de toute démarche de représailles ou de vengeance qui se retournerait contre d’autres peuples, d’autres travailleurs. La guerre ne peut être une solution pour éradiquer le terrorisme. De la même façon, la CGT s’oppose à toute campagne qui viserait à assimiler toute communauté aux terroristes.
Nous vivons, en fait, un moment crucial qui devrait conduire à construire de nouvelles réponses au plan politique, économique et social.
Il est urgent que la communauté internationale vienne en aide au peuple afghan et évite une nouvelle catastrophe humanitaire.
Notre priorité est celle de la reconnaissance pour toutes les sociétés de leur droit au développement. Il est urgent de prendre des dispositions concrètes pour l’annulation de la dette qui pèse douloureusement sur les peuples des pays les plus déshérités. Cela passe par la mise en œuvre à l’échelon international de droits sociaux, par une remise en cause de la domination des marchés financiers et des multinationales, par un meilleur partage des richesses qui ouvre une véritable perspective pour les jeunes, ceux du Tiers-Monde qui désespèrent comme ceux qui sont exclus dans nos sociétés.
Des réponses doivent être apportées aux problèmes les plus urgents. C’est notamment le cas de la situation au Moyen Orient. Nous appuyons l’exigence de la création d’un véritable État palestinien et la reconnaissance réciproque de l’État d’Israël nécessaires au respect du droit fondamental à la sécurité et à la dignité pour tous les habitants et habitantes de cette région.
Une telle ambition justifie la mise en place de nouvelles institutions internationales favorisant de nouvelles relations entre les peuples et leurs États, assurant un réel pouvoir d’intervention démocratique sur les réalités mondiales, que ce soit dans le domaine politique, économique, social ou de la sécurité. La France, l’Union Européenne doivent porter plus fortement les exigences de démocratie, de progrès social et de paix.
C’est sur cette base que la CGT multipliera les débats dans les entreprises, développera ses propres initiatives et appréciera les convergences possibles.
Cela pose aussi avec force la nécessité de rassembler tout le syndicalisme au plan national, européen et mondial.