La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

Bourse du travail

Villejuif : les organisations syndicales expulsées vont porter plainte

jeudi 7 septembre 2017

Nouvel épisode dans l’expulsion des syndicats de la Bourse du Travail à Villejuif. A l’appel des organisations départementales CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES, CFDT ET UNEF, vendredi 1er septembre, une mobilisation syndicale unitaire a eu lieu devant et à l’intérieur de la Mairie de Villejuif. Pour rappel, la mairie qui avait décidé de vendre la Bourse du travail avait saisi la justice, et le 9 août dernier, le tribunal administratif de Melun avait condamné les organisations syndicales à quitter les lieux le 10 septembre au plus tard, avec une astreinte de 200 euros à verser par jour de retard, et 2 000 euros de frais de justice à la mairie.

Le maire LR, Franck Le Bohellec, a annoncé son intention de porter plainte contre les organisations syndicales les accusant d’avoir "saccagé" voire "pillé" les lieux. Face à ces accusations, les syndicats vont, de leur côté, porter plainte pour diffamation. "Ainsi, quand Mr Le Bohellec déclare qu’un de ses adjoints a été agressé par les manifestants, il fait preuve d’une malhonnêteté absolue. L’adjoint, lui-même, reconnait qu’il a fait un malaise et que ce sont ces mêmes manifestants qui l’ont secouru et qui ont appelé les pompiers" peut-on lire dans le communiqué commun des syndicats qui avaient anticipé la tentative de désinformation en postant sur les réseaux sociaux des vidéos qui montrent que l’action s’est déroulée dans le calme.

"Enfin et surtout, les chiffres avancés par le Maire sur le coût du fonctionnement de 70 000 euros par mois de la Bourse du Travail pour la Mairie de Villejuif sont totalement farfelus. Là aussi, nous tenons à disposition du public nos factures", expliquent les organisations syndicales".

Et les organisations syndicales de rappeler qu’un service public, comme peut l’être, d’une certaine manière, une bourse du travail, n’est pas un coût pour la collectivité mais un outil essentiel au service de l’intérêt général, du bien commun et de la démocratie locale. Un rassemblement est prévu le samedi 9 septembre à 11 heures à l’angle Place des Fusillés et de la rue Georges Lebigot.

Télécharger le communiqué

Voir le dossier "Pas de conquêtes sociales sans libertés syndicales"