La cgt
NOUS SUIVRE
  
Publié le jeudi 16 avril 2009
Droits de l’Homme

Ensemble, sauvons Mumia Abu-Jamal



La CGT participe activement à la campagne pour la libération du journaliste noir américain Mumia Abu-Jamal, condamné à mort en 1982 pour le meurtre d’un policier blanc - ce qu’il a toujours nié - à l’issue d’un procès raciste dont l’iniquité est internationalement reconnue (Commission des Droits de l’Homme de l’ONU, Parlement Européen, Amnesty International).

La CGT est membre du Collectif Unitaire National de soutien à Mumia Abu-Jamal depuis sa création en 1995, lequel rassemble aujourd’hui une centaine d’organisations associatives, politiques, syndicales et des collectivités territoriales qui, à l’exemple de la ville de Paris, ont élevé Mumia au rang de citoyen d’honneur.

Confédération, Fédérations, Unions Départementales, Unions Locales, syndicats, nombreuses sont les organisations de la CGT impliquées dans ce combat pour la défense du droit à la vie, contre l’assassinat légal qu’est la peine de mort et pour son abolition universelle. Le syndicat national des journalistes CGT et le syndicat général du livre et de la communication écrite CGT ont fait de Mumia Abu-Jamal leur adhérent d’honneur.

Devenu l’une des figures emblématiques du combat contre la peine de mort, Mumia continue de crier son innocence et demande un nouveau procès. Depuis 30 ans cette affaire a connu de nombreux rebondissements judiciaires pour aboutir récemment à une première grande victoire : sa condamnation à mort a été commuée en prison à vie (*). Mumia est enfin sorti du couloir de la mort. Il ne sera donc pas exécuté. Nul doute que l’ampleur de la mobilisation internationale y a largement contribué, l’engagement des militants et des organisations de la CGT aussi.
Pour autant, le combat pour un nouveau procès et sa libération continue, tout comme celui pour l’abolition universelle de la peine capitale.

La CGT est de tous les combats pour la défense des droits humains, en France et partout dans le monde où ils sont bafoués. Elle appelle ses organisations à investir ce terrain de luttes où le plus souvent les droits économiques et sociaux sont en cause.