La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

Énergie

Engie prône la fin des tarifs réglementés de vente

mercredi 11 octobre 2017

La fédération nationale mines-énergie CGT (FNME-CGT) dénonce la proposition insensée du groupe gazier et rappelle ses revendications dans un communiqué paru le 10 octobre.

S’inscrivant dans la continuité des ordonnances, le groupe Engie s’est rapproché du gouvernement pour proposer l’adoption très rapide d’une loi qui programme l’extinction des tarifs réglementés de ventes (TRV) de gaz et d’électricité.

Il demande notamment qu’y soient inscrits :
- la fin des contraintes pesant sur Engie pour assurer la sécurité d’approvisionnement afin d’alléger ses coûts ;
- un ajustement des effectifs en six ans, soit la suppression des 811 emplois affectés aux tarifs réglementés chez Engie ;
- la suppression du statut des industries électriques et gazières (IEG) pour l’activité commerciale.

La suppression du dernier dispositif de service public en matière de vente d’énergie conduirait directement à un renchérissement du prix des énergies et à un risque majeur sur la continuité de fourniture. Cette mesure serait par ailleurs un pas de plus vers l’organisation d’un dumping social à grande échelle.

A contrario de ces orientations source d’une destruction du droit social, la FNME-CGT revendique :
- le maintien des TRV gaz et électricité et la protection des consommateurs contre une hausse des prix ;
le respect par tous les fournisseurs de leurs obligations en matière de sécurité d’approvisionnement — en particulier, les stockage de gaz, indispensables à l’équilibre du réseau, doivent être remplis à l’entrée de l’hiver et payés par tous les fournisseurs, sans répercussion sur les factures des clients, car déjà pris en compte dans les TRV ;
- le maintien et le renforcement de conseillers clientèle à Engie SA, pour un service de qualité ;
- le maintien du statut des IEG pour toutes les activités énergétiques, de la production à la vente, en y intégrant les énergies renouvelables, donc tous les salariés du secteur.

Constatant que le marché déréglementé mis en place par les directives européennes ne fonctionne pas, la FNME-CGT met en garde le gouvernement « contre les graves conséquences qu’auraient les propositions du groupe Engie. Elle appelle les organisations syndicales, les élus locaux et nationaux et les associations de consommateurs à réclamer des comptes au gouvernement et à faire la clarté sur ce qui est en train de se tramer. [...] Ce n’est pas en continuant à démanteler [le secteur] que l’on va répondre [à ses] enjeux industriels, économiques et sociaux ».