La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

CGT Commerce et Services

Des employés d’un site Sodexo à Dreux en grève de la faim contre la fermeture du site

lundi 27 novembre 2017

Trois employés d’un site Sodexo à Dreux dans l’Eure-et-Loir, site promis à la fermeture, ont entamé leur 15e jour de grève de la faim devant le siège de Sodexo France à Guyancourt (Yvelines) pour réclamer le paiement de leurs jours non travaillés.

Le mouvement de protestation avait débuté il y a plus d’un mois, après l’annonce de la fermeture de la cuisine centrale de Dreux, employant 62 personnes. Une trentaine de salariés grévistes de Sodexo avaient notamment bloqué les grilles du site. "Vous avez choisi de fermer la cuisine centrale de Dreux pour des raisons apparemment
économiques, la loi Macron vous permettant maintenant de pouvoir le faire et de mettre au chômage une grosse partie des salariés" s’adressait la CGT Sodexo du site à au directeur général du groupe. Et d’ajouter " une entreprise comme Sodexo proposant à ses actionnaires un dividende en hausse de 14,6 % ne devrait pas pouvoir licencier ses salariés !".

Trois grévistes de la faim demandent à la direction de les recevoir avec leurs délégués syndicaux. Ils réclament "des indemnités de fin de conflit et le paiement de leurs jours de grève", a indiqué à l’AFP l’un d’entre eux. La CGT exige le maintien de la production de l’ensemble des repas, afin de maintenir l’emploi de l’ensemble des salariés. D’ores et déjà un traiteur local, éventuel repreneur, est intéressé pour reprendre 25 salariés. La CGT a par ailleurs interpellé le Maire de Dreux pour que l’ensemble des 2200 repas de la ville restent produits à la cuisine centrale de Dreux.

Le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), signé par FO, la CFE-CGC et la CFDT, est actuellement "en cours de validation auprès de l’inspection du travail", a rapporté l’AFP le 24 novembre. "Nous sommes contre ce plan de sauvegarde de l’emploi", a expliqué la CGT Sodexo du site qui se dit contre les éventuelles enveloppes individuelles négociées et les primes au départ et pour qui la priorité est le maintien de l’emploi.

Le groupe avait implanté en 2009 à Dreux une cuisine centrale industrielle appelée à servir jusqu’à 45.000 repas par jour dans le sud de l’Ile-de-France. La direction a annoncé fin août la fermeture du site, invoquant la tendance à un retour aux circuits courts et aux produits frais et locaux.

Source : communiqués CGT Commerce et Services et dépêche AFP
Image : Gilles Bassignac / Divergence Images