La cgt
NOUS SUIVRE
  
Publié le vendredi 28 septembre 2007

Déclaration de la Cgt sur la Birmanie



La CGT apporte son soutien aux manifestations organisées ce jour en France, en solidarité avec les travailleurs et le peuple birman qui manifestent pacifiquement suite à l’imposition drastique du prix du carburant et à l’appauvrissement des populations.
Elle appelle à des interventions et des délégations auprès de l’Ambassade de Birmanie afin que cesse immédiatement la répression sanglante perpétrée par la junte militaire et les forces de sécurité et que soient libérées toutes les personnes emprisonnées, y compris les défenseurs des droits syndicaux.
Le Conseil de Sécurité de l’ONU présidé actuellement par la France doit agir d’urgence pour amener la junte militaire à ouvrir le dialogue avec l’opposition birmane pour sortir de la crise, sans quoi il doit envisager des sanctions effectives contre le régime birman. La diplomatie française doit obtenir des autorités de la Russie et de la Chine de ne pas opposer leur veto à une telle résolution.
Dans ce contexte, la CGT réaffirme que les activités économiques des grands groupes français comme Total, avec d’autres groupes multinationaux présents en Birmanie alimentent financièrement la junte militaire. Elles contribuent à la poursuite d’une politique fondée sur l’utilisation de la force et de l’intimidation pour dénier au peuple la démocratie et le respect du droit, en premier lieu le respect des droits fondamentaux au travail.
La CGT demande au gouvernement français de prendre toutes les mesures qui s’ imposent pour persuader les entreprises établies en Birmanie de suspendre leurs relations économiques et commerciales avec ce pays jusqu’à ce que la démocratie soit établie et que le travail forcé soit éradiqué.

Voir Communiqué de presse de la coordination des syndicats Cgt du groupe Total sur la situation en Birmanie en pdf.