La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches
  • Santé
    CHU de Toulouse : 58 jours de grève pour les agents du service transports prélèvements ›››

    Les agents du transport de sang du CHU de Toulouse sont en grève depuis 58 jours. Leur mouvement a révélé plusieurs graves dysfonctionnements, notamment des problèmes de délais, dans le transport de sang mais aucune mesure n’a été prise. Les agents du service transports prélèvements du CHU de Toulouse et du 801 de la logistique du pôle ressources matérielles avaient déposé un préavis de grève depuis le 16 octobre, et un rassemblement était organisé le (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Harcèlement
    Super U Châtellerault : on ne cède pas aux pressions ! ›››

    Désormais, il ne se passe pas un jour sans que ne soit dévoilée une nouvelle affaire de harcèlement sexuel ou sexiste au travail. La parole de celles et ceux, victimes ou témoins, qui ont osé révéler ces faits, doit être entendue et protégée des pressions. Pourtant l’Union départementale CGT de la Vienne (86) a été alertée sur les pressions que subissent depuis plusieurs mois, les salariés de l’enseigne Super U de Châtellerault, pour avoir révélé, en (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Télécoms
    STOP à la casse sociale chez SFR ›››

    Depuis le rachat de SFR par Numéricâble en 2014, les salariés paient la stratégie de Patrick Drahi. Le plan de départs volontaires (PDV) annoncé pendant l’été 2016 qui prévoyait la suppression de 5 000 emplois — plus d’un tiers des effectifs — sur l’ensemble du groupe a pris fin le 30 novembre 2017. La CGT Fapt (Fédération CGT des salariés des activités postales et de télécommunications) avait dénoncé cette casse sociale dès l’annonce de ce PDV, ce qui (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Médias
    Pour l’honneur du service public, préavis de grève à France Télévision ›››

    Dès lundi, les journalistes des rédactions nationales de France 2 et 3, Franceinfo et franceinfo.fr sont appelés à se rassembler en assemblée générale avant de procéder mardi au vote sur la motion de défiance. Avec l’objectif de préserver une information de service public, en toute indépendance. Car l’info de bonne qualité "nécessite du temps, de l’investissement et des moyens humains". Les syndicats du groupe - CGT, FO, SNJ - appellent à une grève de 24 (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Médias
    Le groupe Le Moniteur ne veut pas partager 5 millions d’euros avec ses journalistes... ›››

    Depuis qu’il a racheté le groupe Le Moniteur en 2014, Infopro digital refuse de verser aux journalistes les droits de reprographie qui leur est dû. Le SNJ-CGT a publié un communiqué à ce sujet. Ce 13 décembre à la cour d’appel de Paris devrait se dérouler le procès en appel de 73 journalistes du groupe Le Moniteur, accompagnés des syndicats SNJ et SNJ-CGT, contre leur direction, Infopro Digital. Motif de la plainte : depuis leur rachat en 2014, les (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Métallurgie
    Non au plan de licenciement de Profilage Réunion ! ›››

    La fédération métallurgie de la CGT dénonce le plan de licenciement de 40 salariés orchestré par la filiale d’ArcelorMittal qui touche en plein cœur l’une des rares usines de production industrielle qui opère encore sur le territoire de la réunion. Nous reproduisons leur communiqué du 8 décembre 2017 ci -dessous. L’annonce brutale d’un plan de licenciement de 40 salariés de l’entreprise Profilage Réunion, filiale d’ArcelorMittal, touche en plein cœur (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Agroalimentaire
    Chez Pasquier, les salarié.e.s gagnent des avancées sociales ›››

    Les syndicats CGT du groupe Pasquier avaient bien préparé, cette année, les négociations annuelles obligatoires (NAO). Avec les salariés, il avaient listé une série de revendications, ramassées dans un seul cahier de doléances. Entre autres, les salariés réclamaient une augmentation générale des salaires de 5%, l’instauration d’une prime d’ancienneté, une amélioration de la prime de départ à la retraite et une augmentation de la participation aux bénéfices. (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Vélib’ Paris
    Victoire des salarié.e.s de Cyclocity ›››

    Les salarié.e.s de la société Cyclocity, filiale du groupe JCDecaux, chargé.e.s de l’entretien et de la régulation des Vélib’, étaient en grève depuis la mi-novembre et viennent d’obtenir gain de cause, avec le soutien des syndicats Sud et CGT. En effet la société JCDecaux, prestataire historique de Vélib’ pour la ville de Paris n’a pas été retenu, en début d’année, lors de l’appel d’offres lancé par celle-ci. Le nouveau prestataire, Smovengo, qui (...)
    Voir tout le texte ›››
  • IHS - Présentation du Cahier spécial
    « La Révolution russe et le syndicalisme français » ›››

    L’expérience révolutionnaire qui se joue en Russie en 1917 sera à l’origine d’importantes reconfigurations politiques et syndicales en France et en Europe. Quelles furent les conséquences, sur le mouvement ouvrier, de la crise morale et stratégique survenue après le ralliement à l’Union sacrée ? Comment a été reçue la révolution russe par les militants ? Comment a-t-elle été comprise ? Quelle fut la part des circonstances dans les choix opérés ? Dans (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Organisations
    Création d’un nouveau comité régional CGT en Occitanie ›››

    La fédération des finances CGT a produit un communiqué sur la création d’un comité régional CGT « Occitanie » issu des ex-comités régionaux Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, suite à la fusion de ces deux régions. La première conférence du comité régional CGT « Occitanie » a réuni à Carcassonne sur deux jours des délégué·e·s venu·e·s des 13 départements de la région Occitanie et des fédérations, dont celle des finances. Elle s’est terminée mercredi 6 (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Ile-de-France
    Grand Paris : des réformes sans vraie concertation ›››

    Créée en janvier 2016, « La métropole du Grand Paris est constituée en vue de la définition et de la mise en œuvre d’actions métropolitaines afin d’améliorer le cadre de vie de ses habitants, de réduire les inégalités entre les territoires qui la composent, de développer un modèle urbain, social et économique durable, moyens d’une meilleure attractivité et compétitivité au bénéfice de l’ensemble du territoire national. » (Extrait de l’article L. 5219-1 I du (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Libertés syndicales
    Le personnel de l’OPH de Bobigny toujours en lutte ›››

    Face au projet de privatisation de 4 000 logements sociaux, la CGT continue de mener la lutte à l’Office Public de l’Habitat de Bobigny. Pour rappel, la direction avait notamment tenté de remettre en cause le résultat des élections pour destituer la déléguée syndicale CGT Nadia Giunta et son suppléant Christian Jacquin. La justice avait été rendue par le tribunal d’instance de Bobigny le 10 octobre dernier, et la direction de l’OPH avait été déboutée. Le (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Holiday Inn Clichy (92)
    Solidarité avec les salarié.e.s en grève depuis 50 jours ! ›››

    Depuis 50 jours maintenant, 11 salariés du prestataire de nettoyage Héméra, femmes de chambre, gouvernantes et équipiers de la sous-traitance, employés par l’Holiday Inn de Clichy (92) font grève pour dénoncer leurs conditions de travail et s’opposer à des mutations. Soutenus par la CNT et la CGT-Hôtels de prestige et économiques, 11 salariés réclament que soient ouvertes des négociations, pour obtenir leur internalisation, le respect de leurs contrats (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Agroalimentaire
    De nombreuses actions dans tous les sites Coca-Cola ›››

    Les salariés de la firme organisent la lutte après l’annonce par la direction d’une nouvelle suppression de plus de 200 emplois. Cet énième plan de casse du travail ne passe pas. La Fédération nationale agroalimentaire et forestière (Fnaf) CGT annonce dans un communiqué en date du 6 décembre que de nombreuses actions se développent sur tous les sites de Coca-Cola suite à l’annonce de la suppression de plus de 200 emplois, en lien avec l’application (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Services publics
    La CGT de la mairie de Toulouse appelle à la grève le 8 décembre ›››

    La Fédération des Services Publics de la mairie de Toulouse appelle à la grève ce 8 décembre au Square De Gaulle à 9h pour demander l’arrêt des suppressions de postes et de certains services publics, ainsi que l’amélioration des conditions de travail des agents. La mairie de Toulouse va présenter ce 8 décembre un nouveau plan d’économie budgétaire qui prévoit une baisse de 31 millions des dépenses de fonctionnement. Ces économies touchent essentiellement le (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Protection sociale
    Financement de la Sécurité sociale 2018 : encore des allègements de cotisations patronales ›››

    Le 5 décembre dernier, le Projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) 2018 a été définitivement adopté. Comme annoncé, il acte le basculement des cotisations « salariés » d’assurance maladie et d’assurance chômage sur la CSG réalisés en 2 fois (au 1er janvier et au 1er octobre), et de l’augmentation de la CSG de 1,7 % intervenant au premier janvier. Surtout, ce PLFSS confirme la transformation du CICE en allégement de cotisations en 2019. (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Législatif
    Non-respect du Smic et des durées maximales de travail : le ministère compréhensif ›››

    Le ministère du Travail a présenté ce 27 novembre un projet de loi « pour un État au service d’une société de confiance », dit « droit à l’erreur », qui a fait bondir le syndicat Travail emploi formation professionnelle (CGT-TEFP). Présenté dans les médias comme un texte de loi cherchant à simplifier les relations entre les administrés et l’État, ce projet vise en fait « à protéger les intérêts de ceux qui sont coutumiers » des erreurs de déclaration vis-à-vis (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Ferc Sup
    Temps de travail : le Conseil d’État donne raison aux syndicats de l’université de Lorraine ›››

    Après cinq années de procédure, le Conseil d’État vient de donner raison aux trois syndicats (CGT FERC Sup de l’université de Lorraine - FO - FSU) en rejetant le pourvoi de l’université de Lorraine. Le Conseil d’État confirme l’annulation de la décision du conseil d’administration du 20 novembre 2012 relative au temps de travail des personnels BIATSS, à savoir les personnels de la fonction publique (Bibliothèques, Ingénieurs, Administratifs, Techniques, (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Finances
    Cap 2022, vers la suppression de 120 000 emplois ›››

    Le gouvernement a lancé le 13 octobre dernier son plan de modernisation de la fonction publique d’État, Cap 2022. Un comité composé de hauts fonctionnaires sera chargé de faire des propositions, agrémenté d’un grand débat national. Pour la CGT, ce comité aura pour fonction de supprimer des fonctions, ou de les confier au privé, afin de se débarrasser de 120 000 emplois. « Les ministères de Bercy et les établissements semi-publics sont en danger ! Pourtant (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Ordonnances Macron-Medef
    La Confédération du travail de RDC soutient la lutte contre la loi Travail XXL ›››

    De passage en République démocratique du Congo, des camarades de l’espace international de la CGT ont pu constater que la lutte contre les Ordonnances Macron s’est internationalisée, jusqu’à trouver un écho à Kinshasa, capitale de la RDC. Guy Kuku, président de la Confédération du travail (CDT), principale confédération syndicale en RDC, se dit en empathie avec les combats menés en France contre cette attaque sans précédent contre le Code du travail. Pour (...)
    Voir tout le texte ›››

Offensive du Medef sur la durée du travail

Cinq bonnes raisons de défendre les 35 heures

mardi 2 septembre 2014 , par Frédéric Dayan

Si Matignon a pris soin de démentir le tout nouveau ministre de l’Economie en assurant qu’il ne toucherait pas aux 35 heures, il a néanmoins indiqué qu’on ouvrirait des négociations par branche pour déroger à la durée légale du travail. Sous la pression du Medef, depuis le gouvernement Fillon de nombreuses dérogations aux 35 heures ont été imposées. Ce qui est en jeu pour le patronat en supprimant une fois pour toutes la référence aux 35h, c’est d’obtenir la suppression des obligations de majoration pour les heures supplémentaires.
A noter que ce 4 septembre, la CGT est auditionnée par une commission d’enquête parlementaire à l’Assemblée nationale sur "l’impact de la réduction progressive du temps de travail".

Invité de France Info le 29 août, le secrétaire général de la CGT est revenu sur le débat sur les 35 heures. Et il a critiqué beaucoup des déclarations qui ont émaillé cette rentrée économique et sociale.

Arguments

Beaucoup de choses ont été dites, surtout, beaucoup de bêtises, à propos de la loi Aubry sur les 35 heures. Accusée à tort et sans preuves de nuire à la compétitivité des entreprises, elle n’a cessé depuis son adoption de faire l’objet d’attaques et de remises en cause. Pourtant, régulièrement, des enquêtes d’opinion montrent l’attachement des salariés à la réduction du temps de travail.

Voici 5 bonnes raisons de défendre la réduction du temps de travail. Celles ci sont étayées par des études et des chiffres officiels. Cet argumentaire est également en ligne sur le site de l’Union générale des ingénieurs, cadres et techniciens CGT.

1 En France, la durée moyenne hebdomadaire pour l’ensemble du salariat à temps complet est de 39,5 heures

C’est ce que relève la dernière enquête sur le temps de travail de la DARES.Elle est donc supérieure à la durée légale hebdomadaire de 35 h (ou 1 600 h par an).

Entre 2003 et 2011, elle a augmenté pour toutes les catégories socioprofessionnelles :
- ouvriers (+2,3%)
- employés (+2,2%) ;
- profession intermédiaire (+4,3%) ;
- cadres (+5,8%).

Pour les cadres, l’horaire hebdomadaire est passé de 42,6 h en 2003 à 44,1 h en 2011.

Et l’horaire annuel passe pour les cadres de 1765 h (2003) à 1867 h (2011). Cette augmentation du temps de travail s’explique notamment par l’extension du forfait jour à l’ensemble des salariés introduite par les gouvernements Fillon. Ainsi, entre 2003 et 2011, le nombre de salariés en forfait jours est passé de 5 à 12,5%. Pour les seuls salariés en forfait jours l’horaire annuel est de 1 939 heures ! A noter que ces chiffres tiennent compte des jours RTT supplémentaires accordés aux cadres en forfait jours.

Le travail de nuit augmente également

3,5 millions de personnes, dont plus d’un million de femmes, travaillent régulièrement la nuit, selon la Dares, soit un million de plus qu’il y a 20 ans. Parmi les salariés amenés à travailler de nuit, il ne s’agit plus d’une modalité occasionnelle mais d’une organisation du travail régulière (la proportion de travailleurs nocturnes « habituels » a doublé en 20 ans).

Le travail s’intensifie

L’intensification du travail générée notamment par les changements organisationnels incessants et un rythme de travail de plus en plus contraint est une réalité partagée par de plus en plus de salariés.

Ainsi, selon la DARES, la part des salariés dont le rythme de travail est imposé par un contrôle ou un suivi informatique est passée de 25% en 2005 à 35% en 2013. Cette hausse est plus sensible pour les cadres (+12 points) et les professions intermédiaires (+13 points).

L’enjeu aujourd’hui est donc d’obtenir une effectivité de la réduction du temps de travail (en particulier pour les ingénieurs, cadres et techniciens).

2 En faisant sauter la durée légale du temps de travail, on baisse les salaires

Aujourd’hui, les employeurs disposent des souplesses nécessaires pour augmenter le temps de travail des salariés au-dessus de 35h, dans la limite de 48h par semaine ou de 44h sur une durée consécutive de 12 semaines.

Ces limites disparaissent même pour les salariés en forfait jours. Par contre, dès lors que l’on dépasse les 35h, les heures supplémentaires doivent être majorées.

En supprimant la référence aux 35h, le patronat veut obtenir la suppression des obligations de majoration pour les heures supplémentaires.

3 La baisse du temps de travail s’est accompagnée d’une hausse de la productivité

Selon l’INSEE, les 35h sont à l’origine de gains de productivité de 4 à 5% pour les entreprises.

Suite aux 35h, en 2004, la France se place au 2ème rang mondial pour la productivité horaire du travail (devant les Etats-Unis, l’Allemagne, le Japon, le royaume Uni, l’Italie,…) et à 20% au-dessus de la moyenne Européenne.

4 La baisse du temps de travail est un levier de création d’emploi

Entre 1998 et 2002, la mise en place des 35 heures a permis la création d’environ 350 000 emplois supplémentaires, selon une étude de la DARES publiée en 2007. Auxquels il faut ajouter près de 50 000 emplois indirects dans les secteurs du sport, des loisirs, et du tourisme.

« Les 35h n’ont pas eu d’impact négatif sur les coûts salariaux. Les coûts salariaux unitaires (masse salariale sur valeur ajoutée) ont baissé de 10% entre 1996 et 2002, liés aux allègements de charges et aux gains de productivité », soulignait ainsi Martine Aubry en 2004.

En ramenant la durée effective moyenne hebdomadaire du travail de 39,5 h (durée moyenne actuelle) à 35 h cela libèrerait l’équivalent de 2,7 millions d’emplois.

5 Si le patronat souhait faire travailler plus les salariés, qu’il s’attaque aux temps partiels…

Le gouvernement et le patronat feraient mieux de s’attaquer aux temps partiels qui explosent et concernent maintenant 18% des salarié-e-s (dont 80% de femmes !).

Les temps partiels sont aujourd’hui le 1er facteur d’inégalité salariale entre les femmes et les hommes.

Pourtant, les emplois à temps partiels bénéficient à plein des exonérations de cotisations sociales sur les bas salaires.

Les emplois à temps partiels sont donc subventionnés par les pouvoirs publics.