La cgt
NOUS SUIVRE
  
Publié le mardi 1er juin 2010
Europe

Austérité à l’oeuvre et réactions sociales sur tout le continent



APERÇU DES MESURES D’AUSTÉRITÉ DANS DIFFÉRENTS PAYS EUROPÉENS

PAYS MESURES GOUVERNEMENTALES RÉACTIONS DES SYNDICATS NATIONAUX
ALLEMAGNE Prochaine annonce d’un plan d’économies budgétaires de 10 milliards d’euros par an, principalement sur les avantages fiscaux et allocations sociales
BULGARIE Passage de la TVA à 22%
- Baisse des salaires dans la fonction publique
Grâce aux mobilisations syndicales (grèves manifs), le gouvernement a abandonné son projet d’instaurer une franchise médicale substantielle
DANEMARK Réduction de 4 à 2 ans de l’indemnité de chômage
- Économie de 3,2 milliards d’euros sur 3 ans
- Gel de l’aide au développement
- Plafond pour les allocations familiales
- Suppression d’allègements fiscaux
- Baisse de 5% des salaires des ministres
Manifestation à l’appel de LO devant le Parlement, à une date encore à déterminer (avant l’été)
ESPAGNE Augmentation de la TVA de 2 points (18%)
- Réduction de 5% en moyenne des salaires dans la fonction publique
- Remplacement d’un fonctionnaire sur 10
- Gel des pensions contributives en 2011
- Recul de l’âge de la retraite à 67 ans Ø Durcissement des conditions d’accès à la retraite partielle
- Réduction de 6,45 milliards d’euros des investissements publics entre 2010 et 2011
- Suppression de la prime à la naissance (2500 euros), à partir du 1ejanvier 2011
- Réduction de 600 millions d’euros de l’APD en 2010 2011
Selon les Commissions ouvrières, ces mesures ne prévoient, ni augmentation des impôts, ni chasse à la fraude fiscale Vont entraîner une réduction de la consommation et par conséquent, une augmentation du chômage (déjà à 20%) Les Commissions Ouvrières (CCOO) ont dénoncé le plan d’austérité décidé par le gouvernement Zapatero qui frappe de plein fouet les retraités, les fonctionnaires, les personnes handicapées et les chômeurs. Pour le CCOO, ce plan "provoquera le ralentissement de la reprise économique, une augmentation du chômage et davantage d’inégalités sociales. "" La décision du gouvernement d’avancer dans la voie de la confrontation (en restant sourd aux appels à retirer le plan) obligera les syndicats à redoubler d’efforts pour préparer une riposte sociale adéquate. Riposte qu’ ont engagé aujourd’hui les salariés du secteur public - avec la grève générale le 8 juin dans les administrations publiques - et qui peut s’amplifier dans des mobilisations généralisées, si le pouvoir s’obstine dans ses politiques de coupes sociales". Quant à l’UGT, engagée elle-aussi dans les actions unitaires, elle considère que ce plan est "injuste et contreproductif" pour lutter contre la crise, "en retardant la reprise économique et en augmentant le chômage". Selon un sondage , 67% des espagnols considèrent que ces mesures sont négatives, et 75% qu’elles ne permettent pas de sortir de la crise.
FRANCE Gel des dépenses publiques pendant 3 ans
- Baisse des effectifs dans la fonction publique : non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, soit la suppression de 34.000 postes par an
- Possibilité d’une hausse de la fiscalité, par l’augmentation de la TVA
- Suppression de la prime de 150 euros versée aux familles les plus modestes
- Réduction des dépenses de fonctionnement des ministères
- Baisse des budgets d’intervention : aide au logement, allocation adulte handicapé, contrats aidés, aides à la construction, subventions, etc.
Action à l’appel de la CGT, CFDT, FSU, UNSA, SOLIDAIRES le 23 mars, 800 000 manifestants.
Action le 27 mai à l’appel de la CGT, CFDT, CFTC, FSU, UNSA, SOLIDAIRES, 1 millions de manifestants.
Nouvelle journée d’action prévue le 24 juin.
GRÈCE Hausse de l’âge moyen de la retraite (de 61,4 ans à 63,5 ans d’ici à 2015)
- Passage à 40 annuités (contre 37) pour une retraite à taux plein
- Baisses des pensions (en moyenne de 7%) d’ici à 2030 suppression des 13e et 14e mois pour celles-ci, avec compensation pour les plus basses
- Gel des salaires des fonctionnaires suppression des 13e et 14e mois
- Baisse des investissements publics
- Réduction des dépenses de fonctionnement de l’État
- Augmentation de la TVA (+ 2 points, à 23%)
- Création d’un impôt sur les constructions illégales
- Hausse des taxes sur la consommation (alcool, cigarettes, carburant…) - Réduction des dépenses militaires (les plus fortes d’Europe, 2e de l’OTAN, soit 4,5% du PIB)
De nombreuses grèves générales manifestations organisées unitairement par GSEE ADEDY Dernière en date : 19 mai 2010
HONGRIE Diminution du salaire des fonctionnaires de 10%
- Réduction des subventions à l’agriculture et aux transports publics
- Suppression du 13e mois pour les fonctionnaires
- Hausse de la TVA de 5 points (25%)
Mobilisations unitaires, notamment le 1e mai Le pays a néanmoins voté majoritairement pour la droite populiste, et 17% des suffrages sont allés au parti d’extrême droite
IRLANDE Baisse générale des allocations sociales
- Réduction de 5 à 15% des salaires des fonctionnaires
- Taxe sur les émissions de CO²
ITALIE Gel des salaires des fonctionnaires pour les 3 années à venir (dans le cadre d’économies budgétaires de 24,9 milliards)
- Départ à la retraite différé pour la majorité des salariés
- Lutte contre l’évasion fiscale
- Réduction des salaires des ministres des parlementaires de 10%
- Baisse des subventions accordées aux partis politiques
- Réduction du train de vie des ministères
- Réduction des fonds alloués aux collectivités locales, de l’ordre de 9 milliards d’euros
CGIL appelle les fonctionnaires à une manifestation le 12juin à Rome, puis à une grève générale dans toute l’Italie d’ici fin juin (après accord de son exécutif)

CISL UIL paraissent ouverts aux mesures d’austérité

LETTONIE Baisse de 20% du salaire des fonctionnaires
- Objectif de réduction des dépenses publiques de 40% sur 5 ans, d’où fermetures d’hôpitaux et d’écoles
Nombreuses manifestations, souvent durement réprimées par les forces de l’ordre
LITUANIE Réduction du budget de la culture de 15%
- Baisse de 12% du salaire des fonctionnaires
PAYS-BAS Recul de l’âge de la retraite de base à 67 ans
PORTUGAL Réduction des investissements publics de 24,5% dans les administrations centrales
- Gel des salaires des fonctionnaires
- Augmentation de 3,2% des impôts indirects
- Réduction de 1,3% des impôts directs, par la baisse de la taxe professionnelle de 7,4% et l’augmentation de l’impôt sur le revenu de 1,1%
- Privatisation totale ou partielle de 18 entreprises
- Augmentation générale de la TVA de 1%
- Entre 1% et 1,5% d’augmentation de l’impôt sur le revenu
- Réduction du budget de la défense de 40%
Propositions de la CGTP-IN :
- Modifier les critères du Pacte de stabilité et de croissance et obtenir des délais plus longs pour la réduction des déficits publics (actuellement arrêtés à fin 2012)
- Réindustrialiser le pays, lutter contre l’économie souterraine, la corruption et les activités illégales
- Assurer la croissance réelle des salaires et des retraites, afin de relancer la consommation
- Instaurer une taxe de 30% sur les dividendes
- Mettre en place un impôt sur la fortune
- Lutter contre l’évasion fiscale et la fraude

Grande manifestation prévue à Lisbonne le 29 mai 2010

ROUMANIE - Réduction de 25% des salaires dans la fonction publique
- Baisse des pensions de 15%
- Suppression immédiate de 10% des postes dans la fonction publique
Plusieurs manifestions organisées à travers le pays, réunissant jusqu’à 50.000 personnes
ROYAUME UNI Gel des embauches dans la fonction publique
- Baisse des dépenses des différents ministères (sauf santé, défense et aide au développement
- Réduction des subventions aux « quangos » (‘quasi ongs’)
- Abolition du « Child Trust Fund » pour les moins de 7 ans
Réaction extrêmement négative du mouvement syndical, qui craint un retour au « Thatchérisme » RMT (cheminots) : « C’est le coup d’envoi d’une guerre de l’austérité » ‘Child Trust Fund’ : fonds créé par les Travaillistes et dont le mot d’ordre était « pas d’enfants pauvres » A l’annonce du plan de réduction de 7 milliards d’euro du budget - dans un premier temps - le secrétaire général des TUC britanniques a déclaré : "C’est une grave erreur du gouvernement que de se focaliser sur le déficit alors qu’il devrait se concentrer sur la restauration de la croissance et les mesures à prendre pour stopper un chômage grandissant". Les leaders syndicaux évoquent des mesures plus "dangereuses et pernicieuses" encore que celles imposées "dans les pires moments de l’ère Thatcher". Les syndicats du secteur public dénoncent un plan dévastateurs de démantèlement, avec des conséquences dramatiques en terme d’emploi. On estime l’impact immédiat de ces premières annonces à plus de 30 000 suppressions d’emplois.