mis à jour le 26 octobre 2014

Nouveau traité européen

Nouveau traité européen

Il est aujourd’hui évident que les politiques d’austérité les plus dures menées dans une multitude de pays en Europe les enferment dans une crise durable et ravageuse pour les salariés, privés d’emploi et retraités notamment. Dans ce contexte, le nouveau traité européen qui sanctuariserait en la généralisant l’austérité à tous les États de la zone euro pourrait être ratifié par la France.


Dernière mise à jour : 24 septembre 2012

Ce traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG), élaboré sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, fait de la pression sur les besoins sociaux la variable essentielle dans l’objectif de réduction des déficits publics. Alors que les salariés ne sont en rien responsables de la crise, ils seraient les seuls à en payer les frais. Avec les organisations syndicales membres de la Confédération européenne des syndicats (CES), la CGT s’oppose à ce traité. La France ne doit pas le ratifier car sa mise en oeuvre entraverait de fait toute perspective de nouvelle politique sociale et économique, pourtant indispensable si l’on veut contribuer à sortir durablement l’Europe de la crise. La CGT entend contribuer aux débats, avec vous salariés, privés d’emploi et retraités, en apportant son analyse et son point de vue. Elle met à votre disposition ceux-ci au travers de ce fascicule. Elle vous invite à vous exprimer auprès des parlementaires français, en signant notamment une pétition que nous mettons à votre disposition afin qu’ils ne ratifient pas ce traité. Ce serait une décision qui permettrait à la France de contribuer à réorienter les politiques européennes vers un vrai développement social et économique.