La cgt

NOUS SUIVRE
  

Mon salaire pour vivre, c’est capital !

Mon salaire pour vivre, c’est capital !

Les salaires et pensions sont une des préoccupations majeures des Français. Ils sont au centre d’un affrontement idéologique mené par le patronat qui hélas impose ses vues au gouvernement. La presse, la télévision, les patrons, le gouvernement nous répètent à l’envi que « rémunérer le travail pénaliserait la compétitivité des entreprises », que notre modèle social est un handicap dans la guerre économique. Ils nous assènent cette pseudo « vérité » alors que les indicateurs économiques montrent que nos entreprises souffrent d’un manque d’investissement, d’une trop forte rémunération des actionnaires et d’une consommation en déclin faute d’emplois et de salaires corrects. C’est cette même pensée unique que les gouvernements et le patronat européens mettent en œuvre par tous les moyens dans le seul but de réduire ce qu’ils appellent le « coût du travail » : nos salaires directs ou nos salaires socialisés, c’est à dire le financement de nos systèmes solidaires de protection sociale.

Retrouvez l’entretien vidéo de Philippe Martinez


Dernière mise à jour : 2 juillet 2015

Comme plusieurs milliers internautes.
Signez la pétition

La CGT lance une campagne d’initiatives multiformes sur les salaires dans les entreprises afin de permettre aux salariés d’exprimer leurs besoins et formuler leurs revendications, de se mobiliser pour obtenir de réelles négociations dans les branches, dans les entreprises et pour ce qui est des agents publics, dans les services publics et la fonction publique. Les militants de la CGT iront à la rencontre des salariés, des jeunes, des retraités et leur proposeront de signer une carte pétition (ou la pétition en ligne) qui sera remise le 25 juin lors d’un grand temps fort sur les salaires.

Les propositions CGT :
✔ l’augmentation du Smic de 10% au 1er juillet ;
✔ la revalorisation des salaires et pensions ;
✔ l’égalité salariale femmes - hommes ;
✔ la reconnaissance des qualifications.

Photo Eric Baudet - Divergence