La cgt

NOUS SUIVRE
  

Ensemble, le 1er Mai 2015, pour mondialiser le progrès social

Ensemble, le 1er Mai 2015, pour mondialiser le progrès social

La journée de solidarité internationale des travailleurs avait, le 1er mai 2015, une résonance particulière en Europe. A l’appel de la Confédération européenne des syndicats (CES), les travailleurs étaient appelés, partout, à manifester pour dénoncer les politiques d’austérité et leurs dégâts sociaux et économiques.

Affiliées ou non à la CES, les organisations syndicales françaises CGT, FSU, Solidaires et Unsa appelaient l’ensemble des salariés, retraités et privés d’emploi à participer à cette mobilisation pour :

  • promouvoir la protection sociale ;
  • combattre et réduire le chômage ;
  • permettre la création d’emplois ;
  • développer les investissements pour relancer l’activité économique ;
  • promouvoir les services publics ;
  • améliorer les salaires, les retraites, les pensions et les minima sociaux
  • promouvoir l’égalité salariale femmes-hommes.

Lire l’appel de la CGT, de la FSU, de Solidaires et de l’Unsa

Lire aussi le tract de la CGT pour le 1er mai 2015


Dernière mise à jour : 10 juin 2015

La pluie qui tombait sur la France n’aura pas découragé les manifestants à participer aux nombreuses initiatives, très souvent unitaires, organisées, le vendredi 1er mai 2015, à travers tout le territoire : 301 initiatives ont ainsi rassemblé plus de 110 000 manifestants pour exiger un autre projet social.

Ils étaient 12 000 à Paris, à défiler de la Place de la République à celle de la Nation à l’appel de la CGT, de la FSU, de Solidaires, de l’Unsa, mais aussi de l’Unef, de l’UNL et de plusieurs associations (notre vidéo) ; 10 000 à Marseille ; 7 000 à Toulouse ; 3 500 à Bordeaux ; 3 000 à Lyon ; 2 000 à Montpellier, Nice, Strasbourg et Grenoble ; 1 800 à Caen ; 1 500 à Nantes, Rennes et Perpignan ; 1 200 à Clermont-Ferrand, Bayonne et Pau ; 1 000 à Toulon, Tarbes, Nancy, Avignon, Rouen et Albi ; 800 à Tour, Angers, Cherbourg, Hennebont et Metz ; 750 à Valence ; 600 à Saint-Brieuc ; 500 à Lavelanet, Dijon, le Puy-en-Velay et Orléans…

A l’appel de la Confédération européenne des syndicats (CES) des manifestations se sont également tenues dans la plupart des grandes villes d’Europe pour dénoncer, comme en France, les conséquences des politiques d’austérité imposées par l’Union européenne et faire grandir, partout, l’exigence de politiques au service du progrès social.

La CGT fut représentée dans nombre de ces manifestations dont celle organisée par le DGB, à Hambourg (Allemagne), le 1er mai.

Pour un très grand nombre d’unions départementales CGT, cette journée internationale des travailleurs fut aussi, en 2015, l’occasion de célébrer les 120 ans de la CGT, le 1er mai mais également durant les jours suivants, comme à Caen (Calvados), Tulle (Corrèze), Grenoble (Isère), Agen (Lot-et-Garonne), Saint-Lô (Manche), Saint-Mihiel (Meuse), au Creusot (Saône et Loire), Montauban (Tarn et Garonne), Limoge (Haute-Vienne) ou encore près de Narbonne (Aude), où se tenait, dimanche 3 mai, un débat sur les 120 ans de la CGT auquel participait son secrétaire général, Philippe Martinez.

Lire le communiqué de la CGT