La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Travail  >> Assurance chômage

Assurance chômage

Assurance chômage

Sur le front du chômage, hélas l’hirondelle d’août n’annonçait pas le printemps et on n’est évidemment pas surpris que l’Unédic table sur 44.000 chômeurs supplémentaires d’ici à fin 2014, ni que l’Insee prévoie sur la même période une hausse de 0,2 point du taux de chômage, à 9,9% de la population active en métropole. En un an le chômage de longue durée a augmenté de 10 %, les jeunes et les plus de 50 ans étant les plus touchés, l’ancienneté moyenne d’inscription à Pôle Emploi continue d’augmenter atteignant maintenant 532 jours. La moitié des salariés sans emploi n’est pas indemnisée et la pauvreté augmente. C’est dans ces conditions d’une massification durable du chômage que le gouvernement veut s’en prendre au chômeurs en renforçant les contrôles tout en dérégulant le "marché du travail" avec l’idée martelée pat le Medef que les licenciements d’aujourd’hui préparent les emplois de demain.
C’est dans ce contexte aussi que se développe la contestation sociale de la dernière convention d’assurance chômage, tant chez les intermittents du spectacle que chez les intérimaires où parmi les privés d’emploi. La Cgt continue de demander des droits réellement nouveaux pour tous les demandeurs d’emploi et des négociations loyales : c’est pourquoi elle a assigné les signataires de l’accord du 22 mars, dont est issue la convention, au Tribunal de Grande Instance de Paris. La juge du TGI à l’issue de l’audience du 30 septembre a annoncé un délibéré le 18 novembre 2014.

La CGT appellait à manifester, samedi 6 décembre 2014, « Pour le droit au travail et l’accès à l’emploi de qualité » Privés d’emplois et précaires se sont retrouvés, à Paris, pour plus de justice sociale, contre le chômage et contre la précarité.
Voir « Chômeurs et précaires, pas invisibles », l’article et le reportage vidéo de la Nouvelle vie ouvrière sur la manifestation du 6 décembre 2014 à Paris.


Dernière mise à jour : 20 mars 2015

Une réunion présidée par le ministre du Travail s’est tenue le 21 octobre sur les "chômeurs de longue durée" et les jeunes. A rebours des déclarations scandaleuses du ministre du Travail visant à faire croire que les privés d’emploi choisiraient leur situation, la CGT exige des mesures d’urgence pour répondre à la hausse continue du chômage.
la lutte continue contre cet accord injuste qui fait payer aux demandeurs d’emploi le déficit du régime d’assurance chômage plombé par l’abus des contrats précaires qui représentent 51% des entrées à Pôle Emploi, par le recours massif aux ruptures conventionnelles pour se débarrasser des seniors, notamment.
Rappelons qu’à l’occasion de ces négociations, le patronat a refusé de mettre le moindre centime sur la table. Tout comme d’ailleurs, il a refusé de discuter des propositions que la CGT a faites pour :
- mieux indemniser ;
- mieux former les demandeurs d’emploi ;
- lutter contre la précarité.